TEMP.Periscope

TEMP.Periscope : Des pirates Chinois, amateurs d’éléctions présidentielles ?

Il n’y aurait pas que les pirates Russes amateurs d’éléctions ? Le groupe d’espionnage chinois TEMP.Periscope cible le Cambodge avant les élections de juillet 2018, et révèle un large éventail d’activités au niveau mondial.

TEMP.Periscope – La société américaine FireEye, une des « sources » des médias concernant les « pirates Russes« , annonce avoir examiné une série d’activités du groupe d’espionnage chinois TEMP.Periscope, qui révèlent un intérêt majeur pour les événements politiques au Cambodge, illustré par des cyber attaques actives contre de multiples acteurs cambodgiens liés au système électoral du pays. Ceci comprend des cyber attaques contre des entités gouvernementales cambodgiennes chargées du contrôle des élections, ainsi que le ciblage de figures de l’opposition. Cette campagne a lieu alors que se préparent les élections générales dans le pays, qui auront lieu le 29 juillet prochain. TEMP.Periscope a utilisé la même infrastructure pour une série d’activités visant des cibles plus traditionnelles, dont l’industrie de la défense aux Etats Unis et une société de l’industrie chimique en Europe. Voir notre article précédent consacré au ciblage par le même groupe de sociétés d’ingénierie et de transport maritime aux Etats Unis.

Gloabalement, selon FireEye, cette activité indique que le groupe exploite une importante architecture d’intrusion et un large éventail d’outils, et cible des victimes très diverses, ce qui est en ligne avec la stratégie traditionnelle des acteurs chinois en matière d’APT (menaces persistantes avancées). Nous pensons que cette activité fournit au gouvernement chinois une visibilité étendue sur les élections cambodgiennes et les actions du gouvernement de ce pays. De plus, ce groupe est clairement capable de mener simultanément plusieurs intrusions à grande échelle ciblant un large éventail de types de victimes.

Notre analyse a également renforcé notre affirmation que ces activités peuvent être attribuées à ce groupe de pirates chinois. Nous avons observé les outils que nous avions précédemment attribués à ce groupe, les cibles visées sont en ligne avec ses actions passées et sont également très similaires aux operations APT connues menées par le Chine. En outre, une adresse IP originaire de Hainan en Chine a été enregistrée pour des activités C2 (command and control).

TEMP.Periscope en bref

Actif depuis au moins 2013, TEMP.Periscope s’est principalement intéressé à des cibles du secteur maritime dans de nombreux domaines, dont l’ingénierie, le transport, la fabrication, la défense, les agences gouvernementales et la recherche universitaire. Toutefois, le groupe a également ciblé des services de consulting et les industries high tech, de la santé et des medias. Ses cibles identifiées sont principalement basées aux Etats Unis, même si des organisations en Europe et au moins une à Hong Kong ont également été touchées. TEMP.Periscope coincide en termes de ciblage, ainsi que de tactiques, techniques et procédures (TTPs), avec le groupe TEMP.Jumper.

Description de l’incident

FireEye a analysé trois serveurs qu’il pense être contrôlés par TEMP.Periscope, ce qui lui a permis d’obtenir des informations sur les objectifs et les tactiques opérationnelles du groupe, ainsi qu’un grand nombre de données techniques d’attribution/validation. Ces serveurs était “open indexés” et donc accessibles par quiconque sur l’Internet public, sans exiger la moindre identification. Ce type d’erreur permet d’obtenir des informations intéressantes sur les activités d’un groupe car, à la différence de données contenues dans des messages de spear phishing, des acteurs malveillants n’anticipent pas que ces données puissent être analysées. L’analyse de FireEye couvre la période allant d’avril 2017 jusqu’à aujourd’hui, la plupart des opérations actuelles étant concentrées sur les élections au Cambodge. Pour l’heure, nous retenons les domaines concernés.

Deux serveurs, Domain 1 et Domain 2, fonctionnent comme des serveurs C2 et des sites d’hébergement traditionnels, alors que le troisième, Domain 3, fonctionne comme un serveur SCANBOX actif. Les serveurs C2 contenaient à la fois les logs et le malware. Une étude des trois serveurs a révélé une adresse IP d’un acteur potentiel située à Hainan en Chine, et des données volées provenant d’attaques potentielles ciblant d’autres industries et secteurs dont l’éducation, l’aviation, la chimie, la défense, les administrations gouvernementales, le monde maritime et le high tech dans de multiples régions du monde. Les fichiers sur les serveurs comprenaient des malwares nouveaux (DADBOD, EVILTECH) et précédemment identifiés (AIRBREAK, EVILTECH, HOMEFRY, MURKYTOP, HTRAN, and SCANBOX ) utilisés par TEMP.Periscope.

Attaques sur les entités liées aux élections cambodgiennes

L’analyse des logs des victimes associées avec les serveurs identifiés a révélé des attaques ciblant de multiples entités cambodgiennes, principalement celles liées aux élections de juillet 2018. De plus, un email de spear phishing séparé analysé par FireEye a mis en évidence une action simultanée ciblant des figures de l’opposition au Cambodge. L’analyse a révélé que des organisations gouvernementales cambodgiennes et des individus ciblés avaient été attaqués comme la Commission Nationale des Elections, Ministère de l’Intérieur, Ministères des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Sénat du Cambodge, Ministère de l’Economie et des Finances. Des membres du Parlement représentant le Parti cambodgien du Sauvetage National. De multiples personnalités cambodgiennes partisans des droits de l’homme et de la démocratie ayant écrit des articles critiquant le parti actuellement au pouvoir. Deux diplomates cambodgiens en poste à l’étranger et de multiples organes de presse au Cambodge.

Le Domain 2 a été identifié comme le serveur C2 pour un malware AIRBREAK attaché à un message leurre envoyé à Monovithya Kem, Directeur Général Adjoint, Affaires Publiques, Parti Cambodgien du Sauvetage National (CNRP), et à la soeur de Ken Sokha, leader (emprisonné) d’un parti cambodgien de l’opposition. Le document leurre prétend provenir de LICADHO (une ONG cambodgienne fondée en 1992 pour promouvoir les droits de l’homme).

Une infrastructure également utilisée pour des opérations contre des entreprises privées

’infrastructure décrite plus haut a également été utilisée contre des entreprises privées en Asie, en Europe et en Amérique du Nord. Ces entreprises appartiennent à des industries très diverses, dont l’éducation, l’aviation, la chimie, le monde maritime et le high tech. Beaucoup de ces attaques sont en ligne avec les activités précédentes de TEMP.Periscope en direction des secteurs du maritime et de la défense. Toutefois, nous avons également découvert une attaque visant une société européenne dans la chimie très implantée en Asie, ce qui démontre que ce groupe est une menace pour des entreprises partout dans le monde, et particulièrement celles ayant des intérêts en Asie.

Un malware MURKYTOP de 2017 et des données contenues dans un fichier lié au domain 1 suggère qu’une entreprise impliquée dans l’industrie de la défense aux Etats Unis, peut être en lien avec la recherche maritime, a également été attaquée. De plus, des attaques probables d’une entreprise du secteur américain de la défense et d’une entreprise européenne dans la chimie ayant des bureaux en Asie ont été découvertes sur les serveurs “open indexés”.

Les Downloaders et Droppers AIRBREAK révèlent des indicateurs leurres

Les noms de fichiers pour les downloaders AIRBREAK trouvés sur les sites “open indexés” suggèrent aussi un intérêt marqué pour des cibles associées à la géopolitique liée à l’Asie orientale. De plus, l’analyse des sites downloaders AIRBREAK a révélé un serveur associé qui souligne l’intérêt de TEMP.Periscope pour la politique au Cambodge. Les downloaders AIRBREAK redirigent les victimes vers les sites indiqués pour afficher un document légitime mais leurre tout en téléchargeant un contenu malveillant AIRBREAK à partir d’un des serveurs C2 identifiés. A noter que le site hébergeant les documents légitimes n’a pas été compromis. Un domaine C2 supplémentaire, partyforumseasia[.]com, a été identifié comme la fonction de rappel (callback) pour un downloader AIRBREAK référençant le Parti Cambodgien du Sauvetage National.

Le serveur SCANBOX utilisé pour prévoir des opérations futures

e serveur SCANBOX actif, Domain 3, héberge des articles liés à la campagne actuelle au Cambodge et à des opérations plus larges. Les articles trouvés sur le serveur indiquent le ciblage d’intérêts liés à la géopolitique Etats Unis – Asie orientale, à la Russie et à l’OTAN. Les victimes sont probablement attirées sur le serveur SCANBOX soit via une attaque stratégique de site web soit via des liens malicieux dans des emails ciblés, l’article étant présenté comme un leurre. Les articles proviennent de contenus open source disponibles directement en ligne.

La suite de malwares de TEMP.Periscope

L’analyse du catalogue de malwares contenus sur les trois serveurs révèle une suite classique de contenus malveillants utilisés par TEMP.Periscope, dont les signatures d’AIRBREAK, MURKYTOP, et de HOMEFRY. De plus, l’enquête de FireEye a révélé de nouveaux outils, EVILTECH et DADBOD.

Les données contenues dans les logs renforcent l’attribution à la Chine

FireEye suit les activités de TEMP.Periscope depuis 2013 et de multiples facteurs nous conduisent à affirmer qu’il agit au nom du gouvernement chinois. Notre analyse des serveurs et des données associées dans cette dernière campagne renforcent cette affirmation. Les données du log d’accès au panneau de contrôle indique que les opérateurs sont probablement basés en Chine et travaillent sur des ordinateurs fonctionnant en langue chinoise. Les cibles historiques de TEMP.Periscope restent cohérentes avec les objectifs du gouvernement chinois, et les outils qu’il utilise sont cohérents avec ceux utilisés par de nombreuses autres équipes chinoises. Un log sur le serveur a révélé des adresses IP qui avaient été utilisées pour se connecter au logiciel employé pour communiquer avec le malware implanté sur des machines victimes. L’une de ces adresses IP, 112.66.188.xx, est située à Hainan, en Chine. D’autres adresses appartiennent à des serveurs virtuels privés, mais des éléments indiquent que les ordinateurs utilisés pour se connecter sont configurés pour fonctionner en chinois.

Perspectives et Implications

Les operations révélées ici fournissent un nouvel éclairage sur les activités de TEMP.Periscope. Nous connaissions déjà l’intérêt de cet acteur pour les affaires maritimes, mais cette campagne malveillante apporte des indications supplémentaires indiquant que ce groupe va cibler le système politique de pays possédant une importance stratégique. Le Cambodge a été un supporter fiable de la position de la Chine dans le Sud de la Mer de Chine au sein de forums internationaux tels que l’ASEAN, et figure parmi les partenaires importants du pays. Bien que le Cambodge soit classé comme Autoritaire dans le Democracy Index de The Economist, le récent renversement surprise du parti au pouvoir en Malaisie peut motiver la Chine à surveiller étroitement les élections du 29 juillet au Cambodge.

Le ciblage de la commision électorale est particulièrement significatif, en raison du rôle stratégique qu’elle joue pour inciter les gens à voter. Nous n’avons pas encore suffisamment d’informations expliquant pourquoi cette organisation a été attaquée – simplement pour récolter des informations ou dans le cadre d’une opération plus complexe. Quelle que soit la raison, cet incident est l’exemple le plus récent de l’implication aggressive d’un état nation dans les processus électoraux dans le monde. Bien que des activités liées à des élections aient seulement été découvertes en Asie du Sud Est, ce serait une erreur d’assumer que ces menaces ne peuvent pas se reproduire ailleurs.

Nous pensons que TEMP.Periscope va continuer à cibler un large éventail d’entités gouvernementales, d’organisations internationales et d’entreprises privées, particulièrement celles travaillant dans l’ingénierie ou des processus chimiques utilisés par des navires. Nous ne pensons pas qu’il va modifier beaucoup voire même un seul élément révélé par cette enquête, mais il continuera probablement à développer de nouvelles architectures d’intrusion via de nouveaux domaines, sites compromis, certificats et outils. FireEye prévoit que ces intrusions vont se poursuivre et monter en puissance aussi longtemps que le groupe y trouvera un intérêt.

4 commentaires sur “TEMP.Periscope : Des pirates Chinois, amateurs d’éléctions présidentielles ?”

  1. Les hackers ne sont que des russes ou des chinois.Pourtant la France va embaucher des hackers pour sa cyberdéfense.Et ça la France ne le cache plus.

    1. Bonjour,
      Ne pas confondre, pirate et hacker. Les états recrutent dans le monde de la cybersécurité. La sécu est une option de l’informatique trop longtemps oubliée. Il le faisait avant, sans en parler. Aujourd’hui, ils communiquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *