Vidéosurveillance

Vidéosurveillance et Stockage : quel disque choisir ?

Lorsque se produit un événement de grande ampleur, les journalistes du monde entier se mettent en quête d’images de vidéosurveillance de l’incident, aussi isolé puisse-t-il paraître. Avec en moyenne une caméra pour vingt-neuf Terriens, il n’est donc guère surprenant qu’avec un peu de persévérance, un journaliste, un enquêteur, voire un simple particulier, finisse souvent par découvrir ces images. Selon une estimation, ce chiffre atteindrait même une caméra pour onze habitants sur des marchés développés tels que les États-Unis ou le Royaume-Uni. Un nombre aussi élevé de systèmes de vidéosurveillance actifs en permanence, génère une quantité gigantesque de données (brutes). Selon une étude de HIS Inc., en 2015, ce sont quelques 566 pétaoctets de données qui ont été produits en à peine une journée par toutes les caméras de surveillance nouvellement installées à travers le monde.

Avec l’accroissement de la demande de systèmes de vidéosurveillance, les clients rechercheront toujours les « meilleures » caractéristiques qui leur sont familières, à savoir les caméras et les logiciels de surveillance. Mais ils passeront peut-être à côté de l’aspect moins tangible – mais tout aussi important – du stockage des données collectées. De fait, bien que conçus pour l’enregistrement en continu de vidéo HD ou Full HD par des caméras multiples, de nombreux systèmes emploient encore des disques qui n’ont pas été spécifiquement testés pour les besoins particuliers des installations modernes de vidéosurveillance. Un disque optimisé pour des systèmes de vidéosurveillance doit pouvoir supporter la charge liée à ces systèmes afin de limiter les risques d’erreurs et de perte d’images. Un disque optimisé doit consommer un minimum d’énergie, donc dégager moins de chaleur et être moins sujet aux pannes. Une surchauffe pénalise les opérations de lecture-écriture dans un système de vidéosurveillance et réduit par ailleurs la durée de vie du disque. Si le coût d’un disque conçu pour des systèmes de vidéosurveillance peut s’avérer plus élevé au départ, celui-ci sera compensé par des gains de performances et une fiabilité accrue.

Un disque bureautique consomme en moyenne de 6 à 8 W tandis qu’un disque de vidéosurveillance, à l’instar du modèle WD Purple Surveillance, se contente de 3 à 5 W. La solution idéale de stockage pour ce type d’application doit tout à la fois offrir des niveaux élevés de performance, d’efficacité et de capacité pour des environnements difficiles. Mais comment faire la différence ?

Plusieurs critères spécifiques sont à examiner au moment de déterminer si un disque a été conçu dans l’optique de la vidéosurveillance :

* Fonctionnement en continu : un système de vidéosurveillance fonctionne souvent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Le disque doit donc être conçu et testé pour des cycles d’écriture intensifs. En comparaison, un disque bureautique est typiquement prévu pour n’être actif que 8 heures sur 24 les jours ouvrés.

 Fiabilité des performances : certains disques, tels ceux de la gamme WD Purple Surveillance, intègrent une technologie spéciale (en l’occurrence AllFrame 4K™) qui contribue à améliorer les performances en lecture ainsi qu’à réduire les erreurs et les pertes d’images.  Capacité RAID : pour plus de sérénité, il est aussi préférable de rechercher un disque offrant une capacité RAID. Un système de ce type peut combiner deux disques durs ou plus pour assurer la redondance en cas de défaillance de l’un d’entre eux, de sorte que l’enregistrement puisse se poursuivre. Cela réduit les interruptions et les risques de perte de données.

* Faible consommation : si ce critère n’apparaît pas dans la liste des priorités concernant le choix d’un disque dur, la nécessité d’un fonctionnement en continu le rend crucial. Certains disques sont conçus dans un souci de basse consommation, ce qui est synonyme de plus grande fiabilité et d’économies.

* Prise en charge d’un grand nombre de caméras : un système NVR est conçu pour prendre en charge un nombre élevé de caméras IP et aura probablement besoin d’une plus grande capacité de stockage. La vidéo 4K consomme beaucoup plus d’espace disque que la définition standard, ce qui accroît considérablement la charge de travail et le volume d’écriture de données par seconde. Les disques de vidéosurveillance sont disponibles dans des capacités allant jusqu’à 10 téraoctets pour permettre une plus longue durée de conservation et un travail plus intensif.

* Prise en charge d’un grand nombre de baies système : à mesure que des disques durs sont ajoutés dans un système, les vibrations augmentent dans le châssis, ce qui est inévitable en raison de la rotation des plateaux. Un disque adapté doit intégrer une technologie destinée à compenser les vibrations afin de contribuer à en préserver les performances.

* Compatibilité étendue avec différents systèmes : des différences dans la conception interne du châssis et du logiciel peuvent créer des problèmes d’installation physique du disque dans une baie ou encore de reconnaissance de sa capacité complète. Il faut donc rechercher des disques compatibles avec son fabricant de systèmes DVR et NVR.

Compte tenu de l’importance du stockage dans les systèmes de vidéosurveillance, il peut aussi être utile de faire appel à un calculateur de capacité pour aider à déterminer le disque et la capacité les mieux adaptés à ses besoins.

A mesure que le nombre de caméras de vidéosurveillance continuera d’augmenter, il en ira de même pour la complexité des systèmes associés. Les installateurs doivent veiller à bien connaître les différentes options disponibles et à fournir les meilleurs conseils à leurs clients afin que ceux-ci bénéficient du niveau de fiabilité, de coût et de performances qu’ils attendent.

(Jermaine Campbell, Sales Manager North Europe, Western Digital, est spécialisé dans la gestion du marketing, la planification commerciale, les ventes, la gestion de la relation client (CRM) et la stratégie Go-to-Market.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *