Site icon Data Security Breach

Les hébergeurs web sont-ils sécurisés ?

Les hébergeurs web sont indispensables au bon fonctionnement des activités sur internet. Sans ces serveurs, les sites en ligne ne peuvent pas être visibles par le grand public. Toutes les données (ou la majorité) essentielles au bon fonctionnement de ces plateformes se retrouvent donc sur les serveurs servant à leur hébergement. Ces derniers représentent donc une cible parfaite pour les pirates qui cherchent à s’introduire dans les systèmes informatiques pour dérober des données personnelles.

Pour éviter de se faire pirater, les hébergeurs utilisent des process de sécurité assez sophistiqués. Cependant, cela ne suffit pas, car des hackers trouvent parfois le moyen de pirater leurs serveurs. Quelles sont les techniques utilisées par les cybercriminels pour parvenir à leurs fins ? Comment les hébergeurs web peuvent-ils récupérer les données volées par les pirates ?

Comment les pirates attaquent-ils les hébergeurs web ?

Pour protéger les sites qu’ils hébergent, les hébergeurs web tels que PlanetHoster mettent en place des protocoles de sécurités très complexes. Ceux-ci ne peuvent donc pas être détruits par les attaques courantes perpétrées par les cybercriminels tels que le phishing, le malware, etc.

En général, les pirates utilisent des méthodes plus avancées telles que les attaques DDos. Un déni de service attribué ou une attaque DDoS (Distributed Denial of Service) est un piratage qui exploite les failles ou les limites de capacité particulières s’appliquant aux ressources d’un serveur d’hébergement.

Cette attaque consiste à envoyer de nombreuses requêtes à la ressource web qui subit l’attaque en vue d’entraver l’aptitude du serveur à gérer les requêtes et à bloquer son fonctionnement. Les cibles principales des attaques DDoS sont les e-commerces, les casinos en ligne ainsi que les sociétés fournissant des prestations internet comme les sites d’hébergement.

Le serveur web d’un hébergeur ne peut gérer de manière simultanée qu’un nombre limité de requêtes. En dehors de ces capacités, le canal qui relie le serveur au réseau possède également une bande passante, qui renseigne sur la limite de sa capacité. En conséquence, lorsque le nombre de demandes dépasse la capacité maximale de la ressource, la réponse aux demandes est beaucoup plus lente que d’habitude ou alors les requêtes des utilisateurs sont complètement ignorées.

L’objectif d’un pirate qui lance une attaque DDos est de bloquer le fonctionnement du serveur de l’hébergeur et exiger de l’agent pour arrêter sa manœuvre. Toutefois, dans certains cas, le déni de service attribué est perpétré pour jeter du discrédit sur l’entreprise d’hébergement qui est attaquée. En effet, si un tel problème de sécurité se pose, la crédibilité de l’hébergeur peut être remise en cause, ce qui n’est pas bon pour l’image de l’entreprise. L’attaque DDos prend donc la forme de nuisance à l’égard des activités d’un concurrent.

Comment est lancée une attaque DDos ?

Pour transmettre un nombre très important de demandes au serveur de l’hébergeur, le hacker crée souvent un « réseau zombie » via des ordinateurs infectés. S’il arrive à prendre le contrôle des ordinateurs de plusieurs employés de la société d’hébergement, grâce au piratage de leurs mots de passe, le cybercriminel peut mener des actions depuis ces appareils et lancer une attaque dont l’envergure aura raison des ressources web de sa cible.

Quelles sont les conséquences de ces cyberattaques pour les sites hébergés ?

Lorsque le serveur d’un hébergeur est attaqué, les premières victimes sont les propriétaires de sites web. Effectivement, la cyberattaque peut ralentir le fonctionnement de leurs plateformes ou les mettre hors ligne.

Une telle situation est catastrophique pour les sites web, notamment pour les boutiques en ligne. Celles-ci peuvent perdre beaucoup de clients à cause des actions menées par les pirates au niveau de l’hébergeur web. De plus, les données personnelles des utilisateurs peuvent être copiées et exploitées par les pirates pour frauder ou réaliser des opérations illégales.

En général, les données volées sont le nom, le prénom, l’adresse, le pays, la ville, le numéro de fax, le numéro de téléphone, l’identifiant et le mot de passe du compte. Problème majeur : beaucoup de personnes sur internet utilisent le même mot de passe pour tous leurs comptes en ligne. De fait, si un cybercriminel parvient à mettre la main sur cette information sensible, il peut pirater les comptes de la victime. Une véritable catastrophe sur le plan financier et moral.

Avec les autres données personnelles dérobées comme le nom, le prénom, l’adresse, la ville, etc., l’utilisateur peut être victime d’une usurpation d’identité. En d’autres termes, le pirate fait usage de l’identité de cette personne pour réaliser des opérations pouvant la mettre dans une position très inconfortable.

Par ailleurs, le piratage du serveur d’un hébergeur web peut détruire le référencement naturel des sites hébergés. Si les plateformes sont mises hors ligne ou fonctionnent mal, il est fort probable qu’elles perdent leurs positions dans les résultats de recherche. Ceci peut causer un réel préjudice aux activités de l’administration du site web, parce qu’un bon référencement naturel est un travail de longue haleine, impliquant du temps, de l’argent et beaucoup d’efforts. Par conséquent, la perte de position sur les moteurs de recherche peut ralentir considérablement l’évolution des activités de la société qui exploite la plateforme en ligne.

Comment l’hébergeur peut-il récupérer les données et les sites de ses clients ?

Afin de récupérer les données volées et réparer le tort causé aux sites des clients, il faudra retrouver l’auteur des faits. Pour ce faire, l’hébergeur web peut déposer une plainte auprès des autorités judiciaires afin qu’une enquête soit réalisée et que le cybercriminel soit arrêté.

Outre cette action, la société d’hébergement doit informer ses clients de la situation et leur demander de changer leurs identifiants et mots de passe pour empêcher le hacker de prendre le contrôle de leurs comptes en ligne. Toutefois, la meilleure arme dont disposent les hébergeurs web pour récupérer les données et les sites de leurs utilisateurs est le renforcement de leurs protocoles de sécurité.

Les prestataires ne doivent laisser aucune faille pouvant être exploitée par les pirates. Ainsi, le système informatique de l’entreprise doit être complètement sécurisé pour limiter les intrusions extérieures.

Quitter la version mobile