Site icon Data Security Breach

Les abus de permissions des applications mobiles

menaces informatiques CopyCat Igexin cyberattaques BankBot png

Les utilisateurs octroient sans le savoir un accès aux fraudeurs en échange d’applications gratuites. Comme avez pu vous le montrer Data Security Breach et zataz.com lors du Forum International de la Cyber Sécurité 2013 (Fic20133 à Lille), les applications mobiles, surtout sous Android, peuvent cacher de véritable piège. McAfee a fait parvenir à la rédaction de datasecuritybreach.fr les résultats de son étude « Mobile Security: McAfee Consumer Trends Report – June 2013 ».

Celle-ci révèle les nouveaux moyens que les cybercriminels utilisent pour leurs méfaits et, notamment, comment ils détournent les permissions accordées aux applications mobiles pour commettre des fraudes et installer des logiciels malveillants. Le rapport de McAfee montre également que les jeux sont la forme la plus courante d’applications infectées par des malwares.

Datasecuritybreach.fr a constaté que, sous le camouflage d’applications « libres », les criminels sont en mesure d’amener les consommateurs à accepter des autorisations invasives qui permettent aux fraudeurs de déployer des logiciels malveillants. Les autorisations des applications gratuites, financées par les adwares, diffusent les informations personnelles des utilisateurs qui, par la suite sont utilisées par les réseaux publicitaires en vue de diffuser des annonces ciblées. Toutefois, McAfee a constaté que 26 % des applications sont probablement plus qu’un simple publiciel. Les arnaques par SMS et les exploits de rooting ont été parmi les types de menaces les plus populaires recensés à travers une variété d’applications.

Les escroqueries aux SMS surtaxés : un problème coûteux Le rapport a examiné Fake Installer, un morceau de malware SMS dissimulé dans une application gratuite qui peut envoyer jusqu’à sept messages. Avec un prix significatif de 4 $ US par message, cette application « libre » peut coûter jusqu’à 28 $ US lorsque le malware demande au mobile du consommateur d’envoyer ou de recevoir des messages à partir d’un numéro de SMS surtaxé.

Les fausses notes des applications : lire entre les étoiles Le logiciel malveillant Fake Installer a trompé les utilisateurs des Etats-Unis, d’Inde et de 64 autres pays, dont la France, en obtenant la note de 5 étoiles sur Google Play. A partir du moment où un développeur d’application est hautement noté, les autres applications qu’il publiera seront approuvées, créant ainsi beaucoup plus d’opportunités pour les criminels de publier et de diffuser des applications porteuses de logiciels malveillants.

Des applications malveillantes par catégorie : les jeux en tête de liste Le rapport de McAfee a également identifié les applications les plus populaires contenant des logiciels malveillants. Sur les 20 premiers téléchargements d’applications de programmes malveillants, les jeux ont remporté le concours de popularité, suivis par les applications de personnalisation. Viennent ensuite, à égalité, les outils applicatifs, les applications musicales, de style de vie (une catégorie de couverture pour les contenus pour adultes) et de télévision.

L’éditeur AVG a publié, début juillet, un outil qui permet de suivre les données diffusées par les applications, et éradiquer des mobiles les intrus.

Quitter la version mobile