Site icon Data Security Breach

OPEN SSL : 49% des serveurs vulnérables et 14% exploitables

OpenSSL a publié un avis consultatif détaillant un certain nombre de difficultés sérieuses.

La vulnérabilité CVE-2014-0224 sera la plus problématique pour la plupart des déploiements car elle peut être exploitée par l’intermédiaire d’une attaque réseau active de type « Man the Middle ». Cette vulnérabilité permet à un attaquant actif sur un réseau d’injecter des messages ChangeCipherSpec (CCS) des deux côtés d’une connexion et de forcer les deux parties à se mettre d’accord sur les clés à utiliser avant que tous les éléments relatifs à la clé ne soient disponibles. Ce qui entraîne la négociation de clés faibles. (Pour en savoir plus sur le sujet, voir l’analyse technique pertinente d’Adam Langley).

Bien que pratiquement toutes les versions d’OpenSSL soient vulnérables, ce problème est exploitable seulement si les deux parties utilisent OpenSSL et (2) si le serveur utilise une version vulnérable d’OpenSSL de la branche 1.0.1. La bonne nouvelle est que la plupart des navigateurs ne s’appuient pas sur OpenSSL, ce qui signifie que la plupart des internautes ne seront pas affectés. Cependant, les navigateurs Android utilisent OpenSSL et sont donc vulnérables à cette attaque. De plus, de nombreux outils en mode ligne de commande et assimilés utilisent OpenSSL. En outre, les produits pour réseaux VPN seront une cible particulièrement intéressante s’ils reposent sur OpenSSL comme c’est le cas pour OpenVPN.

Qualys teste une vérification à distance pour CVE-2014-0224 via SSL Labs. Suite au test qui a permis d’identifier correctement les serveurs vulnérables, Qualys a lancé une analyse sur l’ensemble des données du tableau de bord SSL Pulse. Les résultats indiquent que près de 49% des serveurs sont vulnérables. Environ 14% (de l’ensemble des serveurs) peuvent être victimes d’un exploit parce qu’ils exécutent une version plus récente d’OpenSSL. Les autres systèmes ne sont probablement pas exploitables, mais leur mise à niveau s’impose car il existe probablement d’autres moyens d’exploiter cette vulnérabilité.

Si vous souhaitez tester vos serveurs, la toute dernière version de SSL Labs propose un test de vérification pour la vulnérabilité CVE-2014-0224.

Quitter la version mobile