Site icon Data Security Breach

Promulgation de la loi Quantum Computing Cybersecurity Readiness Act

Le président américain Joe Biden met en place la loi Quantum Computing Cybersecurity Preparedness Act. Elle est censée protéger les systèmes et les données du gouvernement fédéral contre la menace de violations de données utilisant la technologie quantique.

Alors que des scientifiques chinois ont annoncé le crack de mots de passe (RSA) grâce au calcul quantique, les Etats-Unis se préparent à s’armer d’une loi pour se protéger ! La loi, baptisée Quantum Computing Cybersecurity Preparedness Act (QCCRA), est conçue pour protéger les systèmes et les données du gouvernement fédéral contre la menace de violations de données utilisant la technologie quantique. Cette loi porte sur la migration des systèmes informatiques des agences exécutives vers la cryptographie post-quantique.

La cryptographie post-quantique est un chiffrement suffisamment puissant pour résister aux attaques des ordinateurs quantiques développés à l’avenir. La loi ne s’applique pas aux systèmes de sécurité nationale.

Une fois que les National Institutes of Standards and Technology (NIST) ont publié des normes de cryptographie post-quantique, l’OMB publiera des directives exigeant que chaque agence exécutive élabore un plan de migration des technologies de l’information de l’agence vers la cryptographie post-quantique.

Les ordinateurs quantiques peuvent casser les algorithmes cryptographiques existants. Les experts estiment que l’informatique quantique atteindra ce stade dans les 5 à 10 prochaines années, rendant potentiellement toutes les informations numériques vulnérables aux acteurs de la cybermenace avec les protocoles de cryptage existants.

La loi (H.R. 7535) oblige chaque agence de créer et de maintenir une liste à jour des technologies de l’information utilisées pouvant être vulnérables au déchiffrement par des ordinateurs quantiques. Elles doivent également créer un processus d’évaluation des progrès de la transition des systèmes informatiques vers la cryptographie post-quantique. Ces exigences doivent être remplies dans les six mois suivant l’adoption de la loi.

Des experts chinois cassent le cryptage RSA à l’aide d’ordinateurs quantiques

Un groupe de chercheurs chinois a surpris la communauté de la cybersécurité en affirmant qu’ils avaient réussi à casser le type de cryptage le plus répandu sur le Web, le RSA. Pour cela, les experts ont utilisé des ordinateurs quantiques, bien qu’il soit généralement admis qu’ils ne constituent pas actuellement une menace pour l’ algorithme RSA.

Le Financial Times écrit sur la percée des spécialistes chinois. Fin décembre, les chercheurs ont publié un article (PDF) détaillant une méthode de craquage de l’algorithme RSA à l’aide d’un ordinateur quantique équipé de seulement 372 qubits (bits quantiques).

Rappelons que RSA est au cœur d’une grande partie du chiffrement en ligne. Les rapports d’un piratage réussi ont alerté les spécialistes de la sécurité de l’information, car IBM a promis cette année de mettre à la disposition des clients l’ordinateur quantique le plus puissant, le système Osprey à 433 qubits.

Il n’est pas difficile d’imaginer ce qui attend RSA dans ce cas : il ne survivra tout simplement pas. Roger Grimes, l’un des vénérables experts dans le domaine de la cybersécurité, a noté qu’il s’agit d’un moment très important dans l’histoire de la sphère de la cybersécurité (si les affirmations des experts chinois s’avèrent vraies). « En fait, cela signifie que les autorités d’un pays pourront révéler les secrets d’autres pays. », souligne Grimes.

On comprend mieux le choix des Américains de se pencher, rapidement, sur la Quantum Computing Cybersecurity Preparedness Act.

Quitter la version mobile