Site icon Data Security Breach

Rançonnage informatique pour les PME : dans le Béarn le patron a payé !

problème de confidentialité droits d’accès transfert de contenu sécurisé

Rançonnage informatique pour les PME – Édifiant témoignage dans le journal Sud Ouest au sujet d’une attaque de type ransomware contre une PME du Béarn. Trente mails échangés avec le pirate et une obligation de payer. Le pirate s’amusera jusqu’au bout avec son pigeon.

Le ransomware, je vous en parle beaucoup. Depuis le 1er janvier 2016, je suis à plus de 6.000 cas reçus par des particuliers, des entreprises, des associations, des collectivités territoriales. Imaginez le chiffre réel de ces attaques, sur 6 mois. Sans parler de ceux qui cachent l’attaque à leurs clients, leur patron, à leurs administrés. Et il y a ceux qui parlent. Certes anonymement, mais ils tentent de faire passer le message comme dans les colonnes du journal Sud Ouest.

On apprend qu’une entreprise de 23 salariés c’est fait piéger par un ransomware. Pour rappel, un logiciel de rançonnage n’a rien d’un virus. Sa mission, après qu’un HUMAIN est cliqué dessus, chiffrer les documents (ou le disque dur complet) de l’ordinateur touché. Les attaque se font au hasard. Le pirate lance son énorme filet mondial, tant pis pour ceux qui ont cliqué.

Rançonnage informatique pour les PME : dans le Béarn le patron a payé !

Le cas de la PME du Béarn est intéressant car la directrice de l’entreprise a conversé avec le pirate (Je suis très intrigué par les 30 courriels, NDR). Elle va finir par payer « On a essayé de négocier, mais avec eux, rien n’est négociable… » indique-t-elle dans le quotidien.

Le pirate a conclu cette transaction de plusieurs centaines d’euros en se foutant ouvertement de la tête de sa victime « J’ai pensé vous faire une blague en demandant plus d’argent, mais je me suis dit que ce ne serait pas amusant pour vous. Utilisez des serveurs de sauvegarde externe, et installez des antivirus, avec mots de passe, à l’avenir !« .

Le rançonnage informatique pour les PME est une véritable plaie, pourtant simple à éviter. Je vous proposais, dès Mai 2015, outils et conseils anti ransomwares à prodiguer à votre entourage professionnel et privé pour éviter de finir dans les mains de voleurs 2.0. Je vous déconseille fortement de payer. Ne faîte pas comme cette proposition d’un agent du FBI qui indiquait aux entreprises de payer si ces dernières souhaitaient retrouver leurs informations bloquées par un maître chanteur. Les pirates n’attendent que ça. Pensez plutôt à un budget sauvegarde, vous aurez l’air moins bête en cas d’attaque !

Quitter la version mobile