Site icon Data Security Breach

Faille dans Google Chrome utilisée par un logiciel espion pour smartphone

Une vulnérabilité de type « zero-day » dans Google Chrome (CVE-2022-2294) découverte lorsqu’elle a été exploitée à l’encontre de journaliste basé au Moyen-Orient.

Le logiciel espion Candiru, provenant d’une entreprise Israélienne, aurait été diffusé à partir d’une faille exploitant le navigateur de Google, Chrome. C’est l’équipe Cyber d’Avast Threat Intelligence qui a découvert la cyber attaque au Liban. Des journalistes figuraient parmi les parties visées, et que d’autres cibles en Turquie, au Yémen et en Palestine.

Google a corrigée la faille le 4 juillet 2022.

Selon le fonctionnement du malware et des tactiques utilisées pour mener l’attaque, les chercheurs l’ont attribué au fournisseur de logiciels espions Candiru, basé à Tel Aviv et connu pour vendre des logiciels d’espionnage à des clients gouvernementaux. Lors de cette attaque, un profil du navigateur de la victime, composé d’environ 50 points de données, est collecté et envoyé aux attaquants. Les informations recueillies comprennent la langue de la victime, le fuseau horaire, les informations inscrites sur l’écran, le type d’appareil, les plugins de navigateur, le référent, la mémoire de l’appareil, la fonctionnalité des cookies, etc.

Si les données collectées correspondent à ce que les attaquants recherchent, l’opération de type « zero-day » est transmise à l’appareil de la victime via un canal crypté. Une fois que les attaquants sont entrés sur la machine, une charge malveillante connue sous le nom de DevilsTongue est envoyée pour tenter d’augmenter la portée du malware afin d’obtenir un accès complet à l’appareil de la victime.

DevilsTongue est un logiciel espion avancé, capable d’enregistrer la webcam et le microphone de la victime, d’enregistrer les touches, d’exfiltrer la messagerie de la victime, son historique de navigation, ses mots de passe, sa géolocalisation, et bien plus encore.

Au Liban, les attaquants semblent avoir compromis un site web utilisé par les employés d’une agence de presse. Nous ne pouvons pas dire avec certitude ce que les attaquants ont pu chercher, mais souvent, la raison pour laquelle les attaquants s’en prennent aux journalistes est de les espionner eux ainsi que les dossiers sur lesquels ils travaillent directement, ou d’atteindre leurs sources et de recueillir des informations compromettantes et des données sensibles qu’ils ont partagées avec la presse. Une attaque comme celle-ci pourrait constituer une menace pour la liberté de la presse.

Google ayant rapidement corrigé la vulnérabilité le 4 juillet, les utilisateurs de Chrome doivent simplement cliquer sur le bouton lorsque le navigateur les invite à « redémarrer pour terminer l’application de la mise à jour. La même procédure doit être suivie par les utilisateurs de la plupart des autres navigateurs basés sur Chromium, y compris Avast Secure Browser. Les utilisateurs de Safari doivent passer à la version 15.6.

Quitter la version mobile