Site icon Data Security Breach

Des ultrasons pour sécuriser vos transactions

nigériane déclaration des revenus une cyberattaque casino

Etonnante invention que celle proposée par la société CopSonic. Derrière cette start-up française basée à Montauban, Emmanuel Ruiz. Son idée, permettre de combattre le phishing et de proposer une nouvelle forme de sécurité informatique en faisant vibrer les sites officiels de manière à contrer les contrefaçons et à proposer une triple authentification.

Comment ? Via une technologie qui remplace l’identification visuelle par un ultra son. La sécurité fonctionne ainsi : une banque, un FAI ou une boutique en ligne installe sur son site l’invention de CopSonic. Le système de protection installé sur le portail à protéger diffuse un son qui fera réagir l’application de contrôle installé sur un téléphone portable ou une tablette. Si un pirate, un escroc, un adepte du phishing tente de reproduire la page protégé, il ne pourra pas reproduire le son de CopSonic « Notre sécurité diffuse un son unique pour chaque vérification, explique à la rédaction de Data Security Breach Emmanuel Ruiz. L’escroc ne pourra pas le reproduire« . Bilan, une sécurité quasi parfaite. Le client, face à son application muette, pourra ainsi s’assurer que le site qui lui est présenté est officiel ou non. L’idée de CopSonic est aussi de proposer une troisième authentification en plus de votre mot de passe, d’une double-authentification comme Google/Facebook peut le proposer [Lire]. En gros, en plus de vos précieux sésames (login et mot de passe) le site diffuse un ultra son qui permettra de valider votre accès après que votre smartphone soit reconnu.

Captcha et paiement en ligne à la vitesse du son
Autre possibilité que propose l’invention de la jeune PME, un système anti-spam, anti-brute force basé sur les ultrasons. A la base, un captcha est soit sous forme de chiffre et de lettres qui s’affichent à l’écran. Une série de lettres/chiffres qu’il faut reproduire pour pouvoir écrire un message dans un forum par exemple. L’opérateur Orange propose quant à lui une version avec des images. Le client doit retrouver des animaux, des moyens de locomotions ou des plantes afin de valider sa demande de son mot de passe. Bref, un captcha permet de contrer les robots spammeurs/pirates. Le but de CaptchaSonic est d’éliminer ou de limiter les actions des spammeurs et des robots dans les pages web.

DataSecurityBreach a pu tester l’outil. Au lieu d’avoir à déchiffrer un captcha graphique sur la page de validation, l’application gratuite propose de se passer de taper la moindre information. L’application sur le smartphone reçoit le son et valide le fait que vous soyez bien un humain. Autre possibilité, Pixeliris, une technologie de paiement mobile sans contact qui utilisent les ultrasons pour échanger des données sécurisées à travers les micros et enceintes des téléphones. Compatible avec 100% des téléphones mobiles… même si Apple freine la mise à disposition des applications de l’entreprise Française. En attendant, les possesseurs de smartphones sous Androïd et Windows phone peuvent déjà profiter de cette protection étonnante.

En attendant que la France s’intéresse un peu plus à ce beau projet, la Mission Economique de l’Ambassade de France-UBIFRANCE au Canada a sélectionné CopSonic, avec 9 autres start-ups Françaises, pour participer à la deuxième édition du French Tech Tour Canada (FTT) qui se déroulera du 2 au 6 Juin 2014 à Toronto (Canada). Plus de 25 entreprises avaient postulé pour prendre part à cette tournée. Les 10 entreprises ont été sélectionnées par les partenaires de l’événement incluant Bell, Telus, BlackBerry, Air Canada, Emerillon Capital, CGI, KPMG, … En novembre 2013, Pixeliris fut la seule entreprise française choisie pour représenter la France au cours d’une session de démonstration en petit comité avec le président français François Hollande, le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius, le président Israélien Shimon Peres et le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Quitter la version mobile