Site icon Data Security Breach

Les données des mateurs de porno partagées

Vous êtes un amateur/amatrice de porno ? Les géants du divertissement pour adultes partagent les données de leurs visiteurs. De quoi débander rapidement comme va vous le montre DataSecurityBreach.fr.

Depuis quelques mois, nous entendons parler un peu partout dans les média et dans la bouche d’hommes/femmes politiques du tracking sur Internet. Après les sites de réservation de voyage ; après les publicités 2.0 ; voici que les tracking dans le monde de la pornographie attire les regards et les questions. Un internaute, indique sur son blog que “Si vous regardez du porno en 2015, même en navigation privée, vous devez vous attendre, à un moment donné, à ce que l’historique de vos vidéos soit rendu public et rattaché à votre nom.

Il ne faut pas attendre 2015 pour s’en rendre compte. D’abord via les abonnements. Placer sa carte bancaire et son mail dans ce type de site entrainement obligatoirement des logs. Votre IP, votre identifiant et votre mot de passe confirme que vous êtes le propriétaire de la donnée bancaire. Les publicités, elles aussi vous suivent. Les cookies, et votre IP, permettent d’agrandir ce big data bandant. Vous regroupez cela à un moteur de recherche de type Google et votre suivi ce fait encore plus précis. Un courriel dans votre boite aux lettres suffit à referme le string sur votre ordinateur, surtout si vous cliquez sur le lien proposé ou que vous affichiez l’image proposée dans le courriel. Les navigateurs, sécurisés ou non, laissent beaucoup de traces, comme le montre le projet de l’Electronic Frontier Foundation Panopti click.

Le piratage, très présent dans ce milieu. Entre les comptes volés (par hameçonnage, ndr) ou par piratage de sites, serveurs… Les données peuvent rapidement se retrouver sur la toile. Des données piratées de cartes bancaires, par exemple, blanchies sur des sites pornographiques. Les vrais propriétaires des informations se retrouvant ainsi « fichés » sans même le savoir. Sans parler des référencements à la sauce Black SEO qui permettent de piéger des utilisateurs. En 2007, une « maman » s’était retrouvée sur un site pornographique après le passage d’un pirate. Mauvaise blague, mais qui a mis à mal son identité numérique (IID).

Quitter la version mobile