Site icon Data Security Breach

Recrudescence des attaques de DNS

Recrudescence des attaques de DNS : de la nécessité de repenser ses stratégies de sécurité par Rodolphe Moreno, Directeur Général France d’Infoblox pour DataSecurityBreach.fr.

Le DNS est un canal de communication à la fois fiable et furtif, ce qui en fait un vecteur idéal pour les programmeurs mal intentionnés. L’infrastructure DNS conditionne l’accès au Web : il est impossible d’accéder à un domaine Internet quand le serveur DNS qui l’administre est en panne. Commençant à entrevoir les opportunités potentielles de ces failles, les pirates se sont mis à concevoir des programmes malveillants qui exploitent les DNS pour communiquer avec des bot masters afin d’accomplir diverses activités frauduleuses. Une nouvelle génération de botnets et de menaces persistantes avancées (Advanced Persistent Threats, APT) est ainsi née, qui utilise les DNS pour infecter des machines et les contrôler, lancer des attaques réseau sophistiquées ou couvrir des activités criminelles.

Quantité de réseaux sont chaque jour piratés via les DNS, cibles faciles pour les cybercriminels car accessibles et très peu sécurisés. Ils figurent parmi les rares services quasi systématiquement autorisés à traverser les pare-feux, la plupart du temps par des proxies DNS locaux désignés. Par ailleurs, la moindre intensité du trafic DNS, au regard du trafic Web ou des e-mails, explique aussi qu’il est moins rigoureusement filtré.

Il est essentiel, désormais, que les entreprises intègrent la protection des systèmes de noms de domaine dans leur stratégie de sécurité.

Nous avons donc voulu consacrer cet article aux principaux vecteurs de menace des DNS et aux solutions dont disposent les décideurs IT pour renforcer la sécurité des réseaux de leur entreprise et de leurs fournisseurs de services.

On distingue généralement deux types d’attaques :

· celles qui visent à provoquer une interruption de services DNS, telles que les attaques par déni de service / déni de service distribué (Denial of Service, DOS / Distributed Denial of Service, DDOS), empoisonnement de cache, manipulation de réponses ou encore interception (Man-inthe- Middle, MITM) ;

· et celles qui exploitent indirectement les DNS, comme les attaques par botnets, détournement de noms de domaine, APT ou détournement de DNS (tunneling). Les principaux vecteurs utilisés par les cybercriminels : Empoisonnement de cache : l’attaquant envoie de fausses réponses DNS à un résolveur DNS, lequel les stocke dans le cache DNS pendant la durée de vie prédéfinie. L’ordinateur considère que le serveur DNS empoisonné est légitime et incite alors l’utilisateur à télécharger, sans le savoir, des contenus malveillants.

Exploitation d’anomalies dans le protocole DNS : l’attaquant envoie des requêtes ou réponses DNS mal formées au serveur DNS visé afin d’exploiter les anomalies d’implémentation du protocole du logiciel du serveur. Cette technique permet de déclencher des dénis de service, d’empoisonner le cache ou de compromettre les serveurs ciblés.

Redirection de DNS (MITM) : le protocole DNS sur UDP étant sans état, il est vulnérable aux attaques MITM, de type DNS Changer, DNS Replay ou redirection illégitime, principalement utilisées à des fins de hacktivisme, de phishing, de défacement de sites Web ou de vol de données.

Détournement de DNS (DNS Tunneling) : l’attaquant exploite le DNS tel un canal caché pour contourner les mécanismes de sécurité classiques. Les données sortantes et entrantes communiquées sont respectivement encapsulées dans des requêtes et réponses DNS. Le programme malveillant installé sur un hôte peut alors contacter son opérateur (le serveur de commande et de contrôle) et transférer les données dérobées ou exécuter des commandes sur l’hôte sans être détecté.

Détournement de noms de domaine : l’attaquant dirige l’utilisateur vers un domaine piraté imitant un domaine légitime, généralement celui d’une institution financière ou d’une agence de voyage, afin de recueillir frauduleusement des données sensibles, comme des identifiants et codes d’accès, des numéros de sécurité sociale, des codes PIN ou les numéros de cartes de paiement.

DOS / DDOS : ces attaques ont gagné en ampleur, en rapidité et en sophistication en 2012. Il en existe principalement deux variantes : · celles qui ciblent directement les serveurs d’infrastructure DNS, elles incluent également les attaques récursives, par falsification d’adresse source et par saturation de serveurs DNS, déclenchées par les botnets ; · celles qui utilisent un serveur DNS pour lancer des attaques de type DDOS par amplification ou par réflexion. L’attaquant transmet de fausses requêtes au serveur DNS pour qu’il envoie massivement des réponses DNS non sollicitées à la machine visée. Il peut également envoyer de petites requêtes DNS à plusieurs serveurs DNS pour lancer discrètement une attaque DDOS massive par amplification.

Fast Flux : le fast flux consiste à modifier rapidement et fréquemment l’adresse IP d’un hôte en raccourcissant la durée de vie des enregistrements DNS. Le domain fluxing consiste quant à lui à attribuer plusieurs noms de domaine complets (Fully Qualified Domain Names, FQDN) à une même adresse IP, celle du serveur de commande et de contrôle (C&C).

Menaces persistantes avancées (Advanced Persistent Threats, APT) : ces attaques consistent à accéder à un réseau sans y être autorisé et sans être détecté pendant de longues périodes. Comme leur nom l’indique, les APT sont des programmes malveillants avancés, persistants par nature, entièrement dédiés à un objectif spécifique. Parmi ceux-ci figurent Conficker A/B/C, Torpig, Kraken ou encore TDSS/TLD4, plus récent, qui exploitent des DNS pour communiquer avec des serveurs C&C distants afin de collecter des codes malveillants et instructions pour mener à bien leurs attaques.

Vous l’aurez compris : les vecteurs d’attaques de DNS sont si nombreux et variés qu’une seule technologie ne saurait les contrer tous. La protection complète de l’infrastructure et des services DNS suppose donc une stratégie de sécurité fondée sur plusieurs mécanismes de défense : des pare-feu DNS (systèmes qui analysent le trafic en quête de menaces, détectent les anomalies et protègent le réseau en temps réel contre les domaines malveillants) ; la mise en œuvre de DNSSEC (signature numérique des enregistrements DNS) ; des systèmes de protection contre les DOS/DDOS, des systèmes de prévention des fuites de données et d’autres protocoles, des systèmes dédiés de détection des APT (mécanismes heuristiques et autres techniques d’analyse comportementale permettant de déceler les programmes APT qui utilisent le DNS pour communiquer avec des serveurs C&C).

Les serveurs DNS apparaissent donc comme des cibles de choix pour les cybercriminels et programmeurs mal intentionnés, qui y voient un moyen simple de contourner les mécanismes de défense traditionnels pour satisfaire leurs ambitions de guerre virtuelle, d’espionnage industriel, de hacktivisme, de soutien ou de contestation politique, de vol de données, de distribution de spams ou encore d’attaques DDOS coordonnées. Les pare-feux de nouvelle génération n’offrent pas une sécurité suffisante. Seule une stratégie de défense multidimensionnelle permettra aux entreprises de se prémunir contre ces programmes malveillants et les techniques modernes qui contournent les dispositifs de sécurité grâce au DNS.

Quitter la version mobile