Site icon Data Security Breach

Le stalking, la malveillance amoureuse du 21e siècle ?

Une étude révèle que 61 % des adultes Français, âgés de 18 à 39 qui ont déjà été en couple, ont déjà stalké en ligne leur partenaire actuel ou leur ex.

Les résultats d’étude relative aux comportements d’harcèlement en ligne des consommateurs affiche des chiffres étonnant et inquiétant. Cette nouvelle étude met en lumière des différences générationnelles frappantes dans les tendances de cyberharcèlement des Français dans les relations amoureuses modernes. Plus de la moitié des Français de la génération Z et millienials (61 % des 18-39 ans) admettent avoir « stalké » en ligne leur ancien ou leur partenaire actuel, à leur insu, soit trois fois plus que les personnes de 40 ans et plus (18 %).

Traqueur né !

Près d’un tiers des Français (33 %) ayant déjà été en couple admet avoir « traquer » un ex ou un partenaire actuel en ligne en prenant de ses nouvelles à son insu et sans son consentement. Le plus alarmant ? 31 % des jeunes Français (18-39 ans) actuellement en couple estiment que leur partenaire est susceptible d’installer une application de stalking – autrement appelée « creepware » ou « stalkerware » – sur leur(s) appareil(s) pour surveiller ses activités numériques et passer en revue les textos, l’historique des appels téléphoniques, les messages directs, les e-mails et les photos. Ce chiffre est largement supérieur au pourcentage de Français âgés de 40 ans ou plus qui pensent la même chose (8 %). Parmi ceux qui ont admis avoir harcelé en ligne un partenaire actuel ou un ex , les principaux facteurs qui les auraient poussés à le faire, la curiosité (43 %) et le manque de confiance (30 %) se hissent en tête. 24% d’entre eux voulaient savoir avec qui ils étaient et 23% savoir ce qu’ils faisaient.

Les moins de 40, adepte du stalking ?

D’après Catherine Lejalle, chercheuse et sociologue sur les comportements des consommateurs en ligne « L’étude pointe des différences selon les âges et les genres. La pratique du stalking est plus forte chez les moins de quarante ans et chez les hommes. Or, elle s’inscrit dans un contexte sociétal où les valeurs phares sont la transparence et l’absence d’engagement. L’étude montre que les pratiques sont en dissonance avec les discours. Prôner la transparence et mettre en scène sa vie sur les réseaux sociaux permettent-ils de garder une part cachée en coulisses qui donne à l’autre le sentiment qu’on lui échappe ? Chanter la liberté et l’ouverture dans le couple est-il compatible avec le besoin ontologique de réassurance qui sommeille en chacun de nous ? L’étude suggère des réponses tranchées à ces deux interrogations. »

Ces nouvelles conclusions sont publiées dans le 2021 Norton Cyber Safety Insights Report (NCSIR). Réalisé en partenariat avec The Harris Poll, ce rapport a interrogé plus de 10 000 personnes dans 10 pays , dont 1 000 adultes Français, afin d’évaluer les habitudes en ligne des consommateurs et les domaines dans lesquels elles peuvent dévier vers le cyberharcèlement.

« Nous émettons des avertissements à l’intention de nos clients pour les prévenir de la présence d’applications de stalkerware potentielles sur leurs appareils. Notre dernière étude des menaces montre que l’utilisation de cette technologie invasive ne cesse de croître. Entre septembre 2020 et mai 2021, notre équipe de recherche a constaté́ une hausse de 63 % du nombre d’appareils infectés par des stalkerwares, soit l’équivalent de plus de 250 000 appareils compromis« , explique Kevin Roundy, directeur technique et spécialiste des stalkerwares au sein de la division de recherche de NortonLifeLock, Norton Labs.

Le stalkerware est une technologie disponible dans le commerce, qui peut être installée sur un appareil afin de surveiller l’activité à l’insu de l’utilisateur. Il faut généralement qu’une personne ait un accès physique à un appareil pour l’installer. Le stalkerware consomme la plupart du temps beaucoup d’énergie et de données et peut donc se faire remarquer en ralentissant les performances de l’appareil, en épuisant la batterie ou en augmentant la consommation de données. Si vous suspectez un stalkerware, il est indispensable de vérifier les paramètres et les autorisations de l’appareil pour vérifier si des applications inconnues ont accès à des éléments personnels tels que la localisation et le microphone, ou si des applications inconnues sont présentes sur l’appareil.

Inoffensif de stalker son partenaire ?

Les résultats du rapport démontrent qu’environ un tiers des Français âgés de 18 à 39 ans (31 %) estiment qu’il est inoffensif de stalker son partenaire actuel ou un ancien partenaire, soit deux fois plus que les Français de plus de 40 ans et plus qui sont de cet avis (15 %). Plus de la moitié des jeunes Français (52 %) cautionnent le stalking en ligne si l’un des partenaires ou les deux ont été infidèles ou sont soupçonnés de l’être et admettent qu’ils seraient plus susceptibles de stalker à leur tour un amant ou un ex s’ils savaient qu’ils ne se feraient pas prendre.(36 %). Il convient de noter que près de deux Français sur dix âgés de 18 à 39 ans et ayant déjà eu une relation amoureuse (17 %) admettent avoir utilisé les appareils ou les applications de santé de leur partenaire pour surveiller secrètement leur activité physique. On estime que 2,6 millions de personnes en France (5 % des adultes) ont utilisé un logiciel de harcèlement ou un logiciel de repérage, ce qui illustre l’ampleur du problème.

La familiarité avec le « stalkerware » ou « creepware » est faible. En France, 8 % en sont familiers, 23% en ont seulement entendu le nom et 68 % n’en ont jamais entendu parler, mais les jeunes adultes sont beaucoup plus susceptibles que leurs homologues plus âgés d’en être familiers (19 % chez les moins de 40 ans contre 3 % chez les 40 ans et plus). Consulter le téléphone de son partenaire (17%) et leur navigateur de recherche (15%) sont les formes les plus courantes de stalking en ligne chez les Français qui ont été en couple.

En France, les hommes sont presque deux fois plus susceptibles que les femmes d’utiliser des applications invasives pour espionner leur partenaire. 8 % des hommes qui ont été en couple ont utilisé un creepware ou un stalkerware pour surveiller le téléphone de leur ex ou de leur partenaire actuel, contre seulement 4 % des femmes. • À travers le monde2, le stalking en ligne est une pratique courante. 34 % des consommateurs ayant déjà vécus une relation amoureuse admettent avoir stalké leur ex ou leur partenaire actuel, et plus d’un tiers des Français (33 %) ont admis avoir adopté ce comportement.

Quitter la version mobile