Site icon Data Security Breach

Vos anciens employés sont-ils partis avec vos données ?

Seuls 40% des dirigeants de PME en France sont certains que leurs anciens employés ne peuvent pas accéder aux actifs numériques de leur entreprise.

Une récente enquête sur le comportement des petites et moyennes entreprises en temps de crise montre que les réductions de personnel peuvent entraîner des risques supplémentaires en matière de cybersécurité. Preuve en est, seuls 40% des dirigeants d’entreprises françaises sont sûrs que leurs anciens employés n’ont pas accès aux données stockées dans le cloud de l’entreprise, et seulement 39% d’entre eux sont certains qu’ils ne peuvent plus utiliser les comptes de l’entreprise. En comparaison à la moyenne globale, s’élevant respectivement à 51% et 53% (des chiffres toujours insuffisants), la France fait figure de mauvaise élève.

Si les études ont montré que les entreprises se sont attachées à fidéliser leurs équipes au maximum pendant la pandémie, il n’en reste pas moins que nombre d’entre elles risquent encore de devoir recourir à des suppressions de postes afin de réduire les coûts en temps de crise. Kaspersky a interrogé plus de 1 300 dirigeants de petites et moyennes entreprises pour connaître les stratégies privilégiées pour maintenir les activités à flot, et quels risques cyber ces mesures pourraient entraîner.

Parmi les personnes interrogées, plus de la moitié des répondants et 6 Français sur 10 ont dit être incapable d’affirmer avec certitude que leurs ex-employés n’ont pas accès aux actifs numériques de l’entreprise. Sur la base de ces données, il apparaît que les réductions de personnel peuvent faire courir des risques supplémentaires à la sécurité des données de l’entreprise et à ses moyens d’existence. L’utilisation abusive de ces données par d’anciens employés dans le cadre d’un nouvel emploi ou pour se faire de l’argent est une préoccupation majeure pour les dirigeants d’entreprises. Les résultats de l’enquête suggèrent que la plupart d’entre eux s’inquiètent de voir d’anciens collaborateurs partager les données internes de l’entreprise avec de nouveaux employeurs (63% à l’international, 66% en France), ou qu’ils fassent usage de données corporate comme les bases de données de leurs prospects existants pour se lancer à leur compte (60%).

Dans l’ensemble, 31% des responsables interrogés considèrent les réductions d’effectifs comme une mesure à considérer pour réduire les coûts en cas de crise. Les chefs d’entreprise français sont moins disposés à envisager des réductions d’effectifs que la moyenne globale, avec seulement 20% des répondants estimant qu’il s’agit là d’une possibilité.

Les mesures de réduction des coûts les plus pratiquées en France incluent la diminution des dépenses marketing (41%) et des dépenses liées aux véhicules (34%), suivie par la diminution des coûts attribués à la formation du personnel (24 %). Quant à la cybersécurité, 14% des dirigeants de PME françaises sont susceptibles de réduire les sommes allouées à ce poste de dépense, c’est plus que la moyenne, et très au-dessus, par exemple, des 5% obtenus au Royaume-Uni !

« Tout accès non autorisé peut devenir un réel problème pour toutes les entreprises, car cela peut affecter la compétitivité d’une société lorsque les données de celles-ci sont transférées à un concurrent, vendues ou supprimées » explique Bertrand Trastour, directeur général de Kaspersky France. « Ce problème se complique lorsque les employés utilisent des services non professionnels (« shadow IT ») qui ne sont pas directement déployés ou contrôlés par les départements informatiques de l’entreprise. Si l’utilisation de ces services n’est pas maîtrisée après le licenciement d’un employé, il est fort probable que l’ex-employé ait toujours accès aux informations partagées via ces applications.« 

Sécurité de votre entreprise

Gardez le contrôle du nombre de personnes ayant accès aux données critiques de l’entreprise, en réduisant la quantité de données accessibles à l’ensemble des employés. Il est plus probable que les incidents adviennent dans des entreprises où trop d’employés manipulent des informations confidentielles qui peuvent être vendues ou utilisées d’une manière ou d’une autre.

Mettez en place une politique d’accès aux actifs de l’entreprise, notamment aux boîtes mail, aux dossiers partagés et aux documents en ligne. Tenez-la à jour et pensez à supprimer l’accès si un employé quitte l’entreprise. Utilisez un logiciel de sécurité d’accès au cloud pour gérer et surveiller l’activité des employés dans les services de cloud de votre entreprise, et vous aider à appliquer les politiques de sécurité.

Effectuez des sauvegardes régulières des données essentielles de l’entreprise pour garantir leur sécurité en cas d’urgence.

Effectuez une veille régulière des données essentielles de l’entreprise ayant pu fuite, comme la veille proposée par le service veille ZATAZ.

Donnez des directives claires quant à l’utilisation des services et des ressources externes. Les employés doivent savoir quels outils ils doivent ou ne doivent pas utiliser et pourquoi. Lors du passage à un nouveau logiciel de travail, il faut mettre en place une procédure pour que les services informatiques et les autres responsables puissent le valider en amont.

Encouragez les employés à avoir des mots de passe forts pour tous les services numériques qu’ils utilisent, et à en changer régulièrement.

Rappelez régulièrement au personnel l’importance de respecter les règles de base en matière de cybersécurité (gestion sécurisée des comptes, des mots de passe, des e-mails et bonnes pratiques en ligne). Un programme de formation complet permettra à vos travailleurs non seulement d’acquérir les connaissances nécessaires mais aussi de les mettre en pratique.

Quitter la version mobile