Les cyberattaques subies par l’Europe émanent majoritairement de l’intérieur de l’Europe

Les données de Threat intelligence indiquent que les attaques subies par l’Europe émanent davantage de l’intérieur de ses frontières que de toute autre partie du monde. Les Pays-Bas ont lancé 1,5 fois plus d’attaques contre des systèmes en Europe que les États-Unis et la Chine réunis

D’après une nouvelle analyse de F5 Labs, les cyberattaques qui frappent l’Europe émanent davantage de l’intérieur de ses frontières géographiques que de toute autre région du monde. Ce constat s’appuie sur une étude du trafic d’attaque à destination des adresses IP européennes entre le 1er décembre 2018 et le 1er mars 2019, de même que sur une comparaison avec les tendances observées aux États-Unis, au Canada et en Australie.

Principaux pays à l’origine des attaques

Les systèmes déployés en Europe sont ciblés par des adresses IP du monde entier. En examinant une carte mondiale, le F5 Labs a découvert que les pays originaires des attaques en Europe étaient analogues à ceux visant l’Australie et le Canada, mais différents de ceux s’attaquant aux États-Unis (qui subissent beaucoup moins d’attaques en provenance d’adresses IP européennes que l’Europe). Les Pays-Bas se classent en tête des 10 premiers pays à l’origine des attaques, devant les États-Unis, la Chine, la Russie, la France, l’Iran, le Vietnam, le Canada, l’Inde et l’Indonésie. Les Pays-Bas ont lancé 1,5 fois plus d’attaques contre des systèmes européens que les États-Unis et la Chine réunis, et six fois plus que l’Indonésie.

Principaux réseaux (ASN) et FAI à l’origine des attaques

Le réseau néerlandais de HostPalace Web Solution (ASN 133229) est celui qui a lancé le plus grand nombre d’attaques, suivi par le Français Online SAS (ASN 12876). Vient ensuite NForce Entertainment (ASN 43350), lui aussi néerlandais. Ces trois entreprises sont des hébergeurs Web dont les réseaux apparaissent régulièrement dans les listes F5 Labs des principaux réseaux d’acteurs malveillants5.

72 % des ASN1 d’attaque répertoriés appartiennent à des fournisseurs d’accès Internet. 28 % à des hébergeurs Web. Dans le cadre de son analyse, F5 Labs a également identifié les 50 premières adresses IP qui s’attaquent à l’Europe2. Aussi les entreprises sont-elles désormais exhortées à vérifier leurs logs réseau afin de détecter les connexions émanant de ces adresses IP. De la même manière, les propriétaires de réseaux doivent enquêter sur les éventuelles violations imputables à ces adresses IP.

Principaux ports ciblés

L’examen des principaux ports ciblés a permis à F5 Labs d’établir le type de systèmes dans la ligne de mire des attaquants. En Europe, le port 5060 est celui qui a subi le plus d’attaques. Il est utilisé par le service SIP (Session Initiation Protocol) pour la connectivité VoIP (Voice over IP) aux téléphones et aux systèmes de vidéoconférence. L’analyse du trafic d’attaque visant une destination spécifique lors d’événements mondiaux majeurs, tels que les récents sommets entre Donald Trump et Kim Jung Un ou encore Vladimir Poutine, montre que ce port est systématiquement pris pour cible. Le port 445, dédié à Microsoft Server Message Block (SMB), est le deuxième le plus attaqué, devant le port 2222, couramment utilisé en tant que port Secure Shell (SSH) non standard.

Bien se protéger

Au vu des recherches il est recommandé aux entreprises de procéder à des analyses de vulnérabilité externes constantes afin d’identifier les systèmes exposés publiquement et de déterminer sur quels ports.

Il convient de bloquer les ports les plus sujets aux attaques sur tous les systèmes exposés publiquement (par exemple le port Microsoft Samba 445, ou les ports SQL 3306 et 1433) ou de mettre en place des mesures de gestion des vulnérabilités. Les applications Web qui reçoivent du trafic sur le port 80 doivent en outre être protégées au moyen d’un pare-feu pour applications Web (WAF), être continuellement analysées pour détecter les éventuelles vulnérabilités et se voir appliquer en priorité des mesures de gestion des vulnérabilités, notamment, sans s’y limiter, la correction des bugs et l’installation de correctifs.

Un grand nombre d’attaques par force brute sur les ports prenant en charge des services d’accès tels que SSH. C’est pourquoi toutes les pages de connexion publiques doivent disposer de mécanismes de protection adéquats contre ce type d’attaques.

Les logs !

Les administrateurs réseau et les ingénieurs en sécurité doivent passer en revue les logs réseau afin d’identifier toutes les connexions vers les principales adresses IP à l’origine d’attaques. Dès lors qu’une entreprise subit des attaques émanant d’une de ces adresses IP, elle doit porter plainte pour violation auprès des FAI et des propriétaires des ASN de manière à ce qu’ils procèdent à la mise hors service de ces systèmes d’attaque.

Sara Boddy, directrice de la division Threat Research chez F5 Labs explique : « Concernant le blocage des adresses IP, l’établissement de longues listes de blocage peut se révéler difficile, tout comme le blocage d’adresses IP de FAI offrant des services Internet à des abonnés susceptibles de figurer parmi ses clients. Dans ces cas de figure, un appareil IoT infecté à l’insu de son propriétaire sera probablement utilisé comme système d’attaque et ne sera sans doute jamais désinfecté. Bloquer l’intégralité du trafic d’ASN ou de FAI peut poser problème pour la même raison. Le blocage de tout leur réseau empêcherait des clients d’engager des relations commerciales avec son entreprise. Sauf s’il s’agit d’un FAI desservant un pays dans lequel son entreprise n’exerce pas d’activités. Dans ce cas, le blocage géolocalisé au niveau d’un pays peut être un moyen efficace de filtrer un grand volume de trafic d’attaque et d’épargner à son système un traitement inutile. Il est par conséquent préférable de bloquer le trafic en fonction du schéma d’attaque sur ses pare-feu réseau et WAF.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *