Cybersécurité Mise à jour Patch

Les attaques DDoS sont-elles des leurres ?

Une enquête réalisée par B2B International révèle que dans la plupart des cas une attaque DDoS n’est que la partie visible de l’iceberg : 74 % des responsables interrogés signalent que les attaques DDoS contre leur entreprise se sont accompagnées d’autres incidents de sécurité informatique.

Parfois, il ne s’agit pas de simples coïncidences mais de tentatives délibérées de diversion pour détourner l’attention du personnel informatique. On parle alors de la technique de l’« écran de fumée » DDoS.

Les attaques DDoS, un moyen de détourner l’attention des services informatiques
Les participants à l’enquête citent le plus souvent les logiciels malveillants (21 %) et les piratages (22 %) comme les menaces numéro un pour leur entreprise, mais ils ne sont que 6 % à mentionner les attaques DDoS. En parallèle, les attaques DDoS coïncident souvent avec des incidents provoqués par des malwares (dans 45 % des cas) et des intrusions dans le réseau de l’entreprise (32 %). Des fuites de données ont également été détectées en même temps qu’une attaque dans 26 % des cas.

Les entreprises des secteurs de la construction et de l’ingénierie ont été confrontées à ce problème plus souvent que les autres : selon les responsables interrogés, 89 % des attaques DDoS dont elles ont été la cible sont allées de pair avec d’autres types d’attaques.

1 attaque DDoS sur 4 engendre une indisponibilité totale des services
Cependant, même sans tenir compte des dommages collatéraux, les attaques DDoS demeurent un sérieux problème qui touche de plus en plus les ressources des entreprises. En particulier, dans 24 % des cas, une attaque DDoS a causé une indisponibilité totale des services (39 % dans les entreprises publiques). Dans 34 % des cas, certaines transactions ont échoué en raison de telles attaques, ce chiffre grimpe à 64 % pour les compagnies de transport. L’an passé, ces chiffres étaient nettement plus bas : seules 13 % des entreprises avaient fait état d’une indisponibilité totale de leurs services à la suite d’attaques DDoS, et 29 % d’erreurs dans des transactions.

Un ralentissement significatif du chargement des pages web reste l’une des conséquences les plus courantes des attaques DDoS (53 % cette année contre 52 % l’an passé) ; cependant, selon l’enquête, les attaques peuvent durer des jours voire des semaines.

« Il est naturel que les attaques DDoS posent des problèmes croissants aux entreprises. Les méthodes et techniques employées par les criminels évoluent, les auteurs des attaques cherchant de nouveaux moyens de paralyser les activités de leurs victimes ou de masquer une intrusion dans leurs systèmes. Même avec un vaste contingent de personnel informatique, il est quasi impossible pour les entreprises de faire face à une attaque DDoS d’envergure et de restaurer leurs services par elles-mêmes. En outre, si une autre activité malveillante se déroule simultanément, cela démultiplie les dégâts. Le plus dangereux réside dans le fait que les entreprises soient susceptibles de ne jamais apprendre qu’elles ont été victimes d’une attaque DDoS, servant souvent d’écran de fumée », conclut à DataSecurityBreach.fr Evgeny Vigovsky, responsable des activités de Kaspersky Lab pour la protection contre les attaques DDoS.

La contre-mesure la plus efficace face aux attaques multivecteurs est une protection complète qui assure la sécurité à la fois contre les malwares, les intrusions et les attaques DDoS. Kaspersky Lab s’est spécialisé dans cette forme de protection depuis de nombreuses années et l’efficacité de ses solutions est confirmée aussi bien par des laboratoires de test indépendants que par les 270 000 entreprises clientes de la société.

Comme le blog ZATAZ.COM a pu le prouver, les attaques DDoS sont de plus en plus simple à lancer via des sites offrant, contre argent, des minutes de blocage. La grande majorité des DDoS rencontrés avaient pour mission de vanter ce genre de « boutique » de DDoS.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets