Cybersécurité DDoS Mise à jour Patch Piratage

70,2% des attaques DDoS par botnet ont utilisé des serveurs Linux au 2ème trimestre 2016

attaques DDoS
Durant la période étudiée, ce sont les ressources de 70 pays qui ont été visées par des attaques DDoS, la Chine étant le pays le plus touché (77% du nombre total d’attaques). L’Allemagne et le Canada sont tous les deux sortis du top 10 des pays visés, remplacés par la France et les Pays-Bas.

La durée des attaques a largement augmenté ce trimestre. Si le nombre d’attaques ayant duré jusqu’à 4h a diminué – passant de 68% au 1er trimestre à 60% au 2nd trimestre – la proportion de très longues attaques a augmenté. 9% des attaques ont duré entre 20h et 49h (contre 4% au 1er trimestre) et 4% ont duré entre 50h et 99h (contre 1% au 1er trimestre). Au 2nd trimestre, l’attaque la plus longue a duré 291 heures (soit 12 jours), contre 8 jours au 1er trimestre.

Bien que les méthodes d’attaques les plus utilisées demeurent SYN DDoS, TCP DDoS et HTTP DDoS, la proportion d’attaques de type SYN DDoS a été multipliée par 1,4 par rapport au trimestre précédent (pour atteindre 76%). Cette augmentation s’explique principalement par la multiplication des attaques utilisant des botnets Linux – qui sont les plus efficaces pour les attaques SYN-DDoS. C’est la première fois que Kaspersky DDoS Intelligence enregistre un tel déséquilibre entre les bots basés sur Linux (70%) et Windows (30%).

« Les serveurs Linux contiennent souvent des vulnérabilités assez classiques, sans pour autant être protégés par une solution de sécurité robuste, ce qui les rend plus sujets aux infections de bots. Les attaques réalisées par des bots Linux sont simples mais efficaces ; elles peuvent durer plusieurs semaines, alors que le propriétaire du serveur n’a pas conscience d’être à l’origine d’une attaque. De plus, en utilisant un seul serveur, les cybercriminels peuvent lancer une attaque dont la puissance sera égale à celle de plusieurs centaines d’ordinateurs personnels. C’est pourquoi les entreprises doivent se protéger en amont contre ce type de scenario, quelles que soient la durée et la complexité des attaques », commente Oleg Kupreev, Lead Malware Analyst chez Kaspersky Lab.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets