Cyber-attaque Cybersécurité

Et si le Boeing 777 avait été piraté

Le Canada se penche sur les possibilités de pirater un avion de ligne. Avec la disparition du Boeing 777, le 8 mars dernier, plusieurs services secrets se sont penchés sur les possibilités liées à ce genre de « phénomène ». Il faut dire aussi que le vol de Malaysia Airlines n’est pas un cas unique. En mai 2003, un autre Boeing (727) disparaissait des radars au départ de Luanda (Angola). L’avion ne sera jamais retrouvé.

Du côté des cousins du grand nord, les enquêtes se penchent sur les possibilités de piratage informatique d’un avion. Transports Canada s’intéresse aux travaux d’un hacker qui annonçait, il y a quelques semaines, avoir trouvé le moyen de pirater l’ordinateur de bord d’un avion commercial.

La Direction de l’évaluation du renseignement de sûreté de Transports Canada s’est penché sur cette recherche, nous étions alors 10 mois avant la disparition du MH370. « La présentation, en avril 2013, d’un projet appelé Le hacking d’un avion: séries aériennes pratiques par le consultant en sécurité et pilote commercial Allemand Hugo Teso, au congrès de pirates informatiques Hack In The Box, à Amsterdam, a pris plusieurs organisations de sécurité des transports par surprise », souligne le document récupéré par La Presse Canada. Il avait expliqué avoir pris le contrôle d’un ordinateur de bord d’avion (via un simulateur) en utilisant une application pour téléphone Android et un petit transmetteur acheté sur eBay.

Pirate et crash d’avion : retour d’une chimère
Aussi étonnant que cela puisse paraitre, le spectre du pirate informatique aux commandes d’un avion n’est pas une nouveauté. Au mois d’août 2008, un rapport diffusé par la justice Espagnole indiquait que le vol JK 5022 (qui s’était abimé deux ans plus tôt) se serait écrasé en raison de la présence d´un cheval de Troie dans l´ordinateur central de la compagnie aérienne Spanair. Un cheval de Troie a perturbé ce qui devait permettre l’enregistrement des informations techniques du vol JK 5022. L’ordinateur, situé au siège de la compagnie aérienne à Palma de Mallorca, aurait du émettre un signal d’alarme sur ses moniteurs lorsque trois problèmes techniques similaires ont été détectés par les sondes de l’appareil. L’avion avait accumulé trois incidents qui n’ont pas été enregistrés par l’ordinateur de Spanair. (source: zataz.com)

En 2004, zataz.com vous révélait comment des « idiots » avaient tenté de faire crasher des avions de la patrouille de France. En juin 2003, la grande dame fêtait ses 50 ans. Pour son anniversaire, la Patrouille de France devait survoler le Puy-du-Fou. La représentation des Alpha-jets va être interrompue en raison d’un problème de sécurité. Des pirates s’étaient amusés à envoyer de fausses instructions de vols, qui à 850 kilomètres heures, auraient pu être catastrophique pour les pilotes.

En octobre 2008, des chercheurs des Universités de Cornell et de Virginia Tech indiquaient que des pirates pourraient faire s’écraser un avion en manipulant le GPS (Global Positioning System) des appareils. Pour réussi l’attaque, un pirate doit s’interposer entre le GPS de l’appareil et l’un des 30 satellites en orbite qui permettent de trianguler les informations de localisations. Il suffirait juste de 10 microsecondes pour perturber le moindre vol.  L’un des chercheurs avait présenté un petit boitier qui se branchait sur une simple prise électrique.

Quelques mois auparavant, nous étions alors en janvier 2008, un autre avion de la firme Boeing était montré du doigt : le Boeing 787. Une vulnérabilité de sécurité sérieuse découverte dans le réseau informatique embarqués L’instance gouvernementale en charge de l’aviation sur le territoire Américain (FAA) annonçait que les Boeing 787 étaient ouverts aux pirates informatiques. La faille permettait aux passagers d’accéder aux systèmes de contrôle de l’avion. Le réseau informatique dans le compartiment passager du « 787 Dreamliner« , conçu pour donner aux passagers un accès à Internet lors d’un vol est aussi raccordé… au contrôle de l’avion.

Nous finirons avec ce projet lancé en 2006 par une trentaine d’entreprises et universités (Airbus, Siemens, l’Université technique de Munich, …). L’idée était de travailler sur la mise en place d’un logiciel pas comme les autres. Une sorte de backdoor, une porte dérobée, qui doit équiper les avions. Mission de ce programme, permettre de piloter un avion, à distance, dans le cas où ce dernier a été pris en otage. L’hebdomadaire Der Spiegel expliquait à l’époque que ce programme devait permettre de piloter l’avion, du sol.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets