Cyber-attaque Cybersécurité DDoS Espionnae ID Identité numérique IOT Particuliers Piratage

Hajime, un nouveau malware IoT aux 300 000 objets sous ses ordres

Hajime

Hajime – un mystérieux malware IoT (Internet of Things) évolutif qui construit un botnet peer-to-peer géant. Récemment, le botnet s’est largement étendu, infectant des milliers d’appareils partout dans le monde. À date, le réseau compte près de 300 000 machines compromises et prêtes à travailler ensemble pour obéir aux consignes de leur donneur d’ordres. En attendant, la raison d’être de Hajime reste inconnue.

Hajime, qui veut dire « départ » ou « origine » en japonais, a montré ses premiers signes d’activité en octobre 2016. Depuis, il a évolué pour développer de nouvelles techniques de propagation. Le malware construit un gigantesque botnet peer-to-peer – un groupe décentralisé de machines compromises qui réalisent discrètement des attaques DDoS ou des campagnes de spam.

Cependant, Hajime n’est pas composé de code ou de fonctionnalités d’attaque – il contient uniquement un module de propagation. Hajime, une famille avancée et furtive, utilise différentes techniques – principalement des attaques par brute-force sur les mots de passe – pour infecter les machines. Ensuite, le malware prend des mesures variées pour se cacher des victimes. Et voici comment un appareil devient membre du botnet.

Hajime

Hajime cible tous les types d’appareils. Cependant, les auteurs de ce malware se concentrent particulièrement sur les magnétoscopes numériques, suivis par les webcams et les routeurs.

Selon les chercheurs de Kaspersky Lab, Hajime évite plusieurs réseaux, y compris ceux de General Electric, Hewlett-Packard, des services postaux américains (US Postal Service), du Département de la Défense des États-Unis et un certain nombre de réseaux privés.

L’infection venait principalement du Vietnam (plus de 20%), puis Taiwan (près de 13%), le Brésil (approximativement 9%), au moment où la recherche de Kaspersky Lab a été effectuée.

La plupart des appareils compromis sont situés en Iran, au Vietnam et au Brésil.

Globalement, pendant la durée de ses recherches pas moins de 297 499 appareils uniques partageant la configuration de Hajime « Hajime intrigue particulièrement par sa raison d’être. Alors que son réseau d’objets compromise continue de grandir, son but reste inconnu. Nous n’avons trouvé de traces de sa présence dans aucune attaque ou autre activité malicieuse.. Cependant, nous conseillons aux propriétaires d’objets connectés de changer le mot de passe de leurs appareils au profit d’un mot de passe capable de supporter une attaque par brute-force, et de mettre à jour leur firmware lorsque c’est possible » précise Konstantin Zykov, Senior Security Researcher chez Kaspersky Lab.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets