Communiqué de presse

INTERPOL et Kaspersky Lab renforcent leur partenariat en signant un nouvel accord

Kaspersky Lab confirme son engagement en faveur d’une collaboration globale dans la lutte contre le cyber crime en signant un accord de partage d’informations avec INTERPOL. Ce cadre légal va permettre de faciliter et de développer la collaboration entre Kaspersky Lab et INTERPOL en matière de partage de données sur les menaces et les activités cyber criminelles, et ce partout où elles agissent.

En matière de cyber crime, les menaces ne connaissent pas de frontières. Kaspersky Lab collabore avec d’autres acteurs de l’industrie ; ses experts coopèrent régulièrement avec INTERPOL pour partager leurs dernières découvertes avec les polices des différents pays membres. Par exemple, Kaspersky Lab a pris part à une importante opération, menée par INTERPOL, qui a permis d’identifier près de 9 000 serveurs botnet de commande et de contrôle (C2) ainsi que des centaines de sites web compromis, y compris des portails gouvernementaux au sein de l’association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).

Auparavant, Kaspersky Lab avait apporté son aide à l’INTERPOL Global Complex for Innovation (IGCI) dans le cadre d’une opération ayant permis de perturber le réseau botnet criminel Simda à Singapour. Ce réseau comptait plus de 770 000 PC infectés partout dans le monde. En outre, grâce à sa collaboration avec INTERPOL, Kaspersky Lab peut tester et améliorer un outil open source gratuit accélérant et facilitant la recherche sur les menaces. Non seulement les chercheurs gagnent du temps en réduisant leurs déplacements, mais la police accède plus rapidement à des éléments résiduels majeurs, laissés après une cyber attaque.

Renforçant la relation déjà existante entre Kaspersky Lab et INTERPOL, le nouvel accord formalise l’échange de données qui peut aider INTERPOL dans ses enquêtes et dans la découverte de preuves qui contribueront à arrêter les cyber criminels.

« Le partage d’informations est vital dans la lutte contre des menaces toujours plus nombreuses, et nous sommes fiers de réaffirmer notre engagement aux côtés d’INTERPOL,” explique Anton Shingarev, Vice-President Public Affairs de Kaspersky Lab. « Nos chercheurs en cyber sécurité sont des experts dans leur domaine et Kaspersky Lab est parfois le seul éditeur capable de détecter une infection spécifique. Grâce à notre collaboration renforcée avec INTERPOL, nous espérons aider encore davantage les différentes polices, en partageant des informations critiques sur des situations criminelles spécifiques dans leurs pays respectifs. Le cyber crime est de plus en plus complexe et il évolue très rapidement ; le secteur privé conserve souvent de précieuses données concernant des malwares, qui peuvent être la clé menant à la résolution d’une affaire. »

« Le nouvel accord entre INTERPOL et Kaspersky Lab est une étape supplémentaire dans notre engagement continue pour aider les différentes polices du monde à accéder aux informations dont elles ont besoin pour combattre les cyber menaces, » confirme Noboru Nakatani, Executive Director de l’INTERPOL Global Complex for Innovation (IGCI). « Nous avons déjà eu l’occasion de constater le rôle essentiel du secteur privé dans la lutte contre le cyber crime, un phénomène mondial qui continue de croître, de par son ampleur comme sa complexité, » explique-t-il.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets