Cyber-attaque DDoS Leak Piratage

L’ampleur moyenne des attaques DDoS a considérablement augmenté en 2013

vacances en toute sécurité protégez votre vie 2.0

Arbor Networks Inc., fournisseur de solutions de sécurité et de gestion de réseaux d’entreprises et d’opérateurs, vient de transmettre à datasecuritybreach.fr les dernières tendances en matière d’attaques DDoS pour le premier semestre 2013. Ces statistiques révèlent que ces attaques continuent de représenter une menace importante à l’échelle mondiale et que leur ampleur, leur fréquence et leur complexité sont en nette augmentation par rapport à la même période l’an dernier.

« ATLAS nous procure une formidable visibilité de bout en bout sur Internet », commente à datasecuritybreach.fr Darren Anstee, architecte en solutions pour Arbor Networks. « Nous observons quotidiennement une progression dans l’ampleur, la fréquence et la complexité des attaques DDoS. C’est un vecteur d’attaque de plus en plus populaire. Avec tous les outils aujourd’hui disponibles il est facile de lancer des attaques ou d’y participer. »

En hausse

– L’ampleur moyenne des attaques en bits par seconde (bit/s) est en hausse de 43% au premier semestre : 46,5% des attaques dépassent à présent 1 Gbit/s, soit une augmentation de 13,5% par rapport à 2012. – La proportion des attaques comprises entre 2 et 10 Gbit/s a plus que doublé, passant de 14,78% à 29,8%. – La proportion des attaques supérieures à 10 Gbit/s a augmenté de 41,6% au premier semestre. – Enfin, le nombre total d’attaques enregistrées dépassant 20 Gbit/s a plus que doublé comparé à l’ensemble de l’année 2012.

En baisse

– La durée des attaques tend à se raccourcir : 86% d’entre elles durent désormais moins d’une heure. – La taille des attaques en paquets par seconde (PPS) paraît être en diminution, inversant ainsi la forte tendance à la hausse observée fin 2011 et tout au long de 2012.

« Le volume croissant des attaques de grande visibilité, mêlant notamment des attaques à motivation politique, des actes de guerre électronique commandités par des Etats, des actions militantes, des crimes organisés ou de simples actes de malveillance sans véritable motif, s’explique par la facilité d’accès des bots ou botnets, disponibles en location, et des outils d’attaque distribués en crowdsourcing », termine à datasecuritybreach.fr Jeff Wilson, analyste principal en sécurité réseau chez Infonetics Research.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets