Biométrie

Biométrie à la cantine : près de 500 collèges et lycées équipés en France par Alise

La PME française Alise poursuit avec succès l’équipement biométrique RCM (reconnaissance du contour de la main) des restaurants scolaires des établissements du second degré. Datasecuritybreach.fr a appris que cet outil de gestion des accès utilise la technologie en 3D de la morphologie. Elle consiste à réaliser une photo numérique de la main pour en enregistrer la forme. En cette rentrée scolaire, 479 collèges et lycées en sont équipés, soit une augmentation de 17% par rapport à la même période l’année dernière !

Le contexte – La liste est longue des raisons qui poussent de plus en plus d’établissements à opter pour ce système en complément de la technologie actuelle, les cartes magnétiques. « Une main ne s’oublie pas, ne s’échange pas, ne se perd pas. Les avantages sont nombreux, disent les principaux et proviseurs eux-mêmes : des économies (le remplacement d’une carte magnétique est payant), moins d’administratif et plus de temps consacré à une organisation efficace du passage des élèves à la cantine, la tranquillité d’esprit pour les responsables de l’établissement et les parents – qui sont sûrs que c’est bien leur enfant qui s’est présenté au self – une facturation au juste prix, etc. »

Parmi les installations effectuées durant l’année écoulée, certaines sont situées dans cinq départements où la biométrie RCM Alise n’était pas encore présente : le Calvados, la Drôme, la Savoie, l’Yonne et Saint-Martin (Antilles). Notez d’ailleurs que même le Lycée français de Moscou a opté pour cette technologie ! En tête des régions les mieux équipées : la Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui compte 122 établissements installés, et l’Île-de-France, avec 87 collèges et lycées dotés du matériel. Les régions Rhône-Alpes, Pays de la Loire et Alsace comptent, respectivement, 45, 35 et 30 établissements équipés en biométrie RCM Alise.

cp_alise_bio_nal_septemb134.003

Comment ça marche ?

Le lecteur de biométrie RCM Alise permet l’identification des convives dans les cantines des collèges et lycées. Il suffit à l’élève de taper un code de 1 à 4 chiffres puis de poser sa main sur le lecteur. À la différence du relevé des empreintes digitales, ce système ne laisse pas de trace et rend impossible la constitution de fichiers ou l’utilisation de données personnelles à des fins abusives. Ce que dit la loi – Ces installations sont réalisées dans le strict respect des recommandations de la Cnil. En effet, la Commission nationale de l’informatique et des libertés souligne que le seul dispositif autorisé dans les établissements scolaires (AU-009) repose sur une biométrie “sans trace”, c’est-à-dire par reconnaissance du contour de la main, par opposition au relevé d’empreintes digitales, non autorisé dans les écoles. Comment Alise applique la réglementation – Toute nouvelle installation fait l’objet d’un courrier d’information adressé par le gestionnaire de l’établissement aux parents d’élèves. De plus, chaque lecteur biométrique RCM Alise est systématiquement associé à un lecteur de cartes magnétiques, une alternative qui permet de gérer le passage des convives exceptionnels ou ne souhaitant pas utiliser la borne biométrique.

Alise est spécialisée dans la gestion et le contrôle d’accès par carte et par biométrie RCM au restaurant scolaire (établissements du second degré). Basée à Venelles, près d’Aix-en-Provence, elle dispose d’une agence principale à Asnières, en région parisienne. Son succès repose, depuis sa création en 1992, sur le développement d’Arc-en-Self, logiciel permettant de gérer les aspects financiers et administratifs de l’accès à la demi-pension des restaurants scolaires. Alise propose ensuite, au rythme des développements technologiques, différents moyens de contrôle : tourniquet, barrière lumineuse, distributeur de plateaux et, depuis neuf ans, toujours avec une longueur d’avance, biométrie RCM. L’entreprise équipe près de 2 700 établissements scolaires, dont 479 en biométrie RCM, et réalisera, en 2013, un CA de près de 4 M€ HT

1 Comment
  1. 2ShEp 6 ans ago

    En lisant le titre j’ai eu peur, je pensais qu’ils allaient systématiquement relever les empreintes des étudiants. Ouf !
    Par contre si tu te fait bouffer la main pour un moustique ou une araignée, tu manges plus ^^

Comments are closed.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets