Banque BYOD Cloud Cyber-attaque Cybersécurité DDoS Entreprise Mise à jour Patch Piratage

Pour une approche mixte de la protection des données contre les attaques DDoS à venir

Cloud

Pour de nombreuses entreprises qui veulent mettre en œuvre une stratégie de défense anti-DDoS, se pose le dilemme d’une réelle efficacité : doivent-elles déployer des appliances sur site ou s’abonner à un service cloud anti-DDoS ? Cette décision ne peut pas être prise à la légère ni sans analyser le vaste champ des nouvelles menaces DDoS.

Les plus visibles sont les attaques volumétriques par force brute qui cherchent à saturer le réseau et perturber les services et les opérations, tandis que les attaques ‘low et slow’ qui s’en prennent à la couche applicative, sont plus difficiles à détecter. Quelle que soit la taille ou la complexité de l’attaque, l’arrêt de l’activité provoqué par un DDoS entraîne d’importantes baisses d’activité et des pertes de revenus. On estime qu’un incident peut coûter plusieurs centaines de milliers d’euros. Sans parler des conséquences et du nécessaire examen des faits pour déterminer quelles infractions ont eu lieu et comment gérer les dommages survenus auprès des clients.

Solution cloud anti-DDoS
Les attaques volumétriques massives se produisent quand l’agresseur sature la  bande passante du réseau en envoyant énormément de trafic. Les attaques par saturation sont largement médiatisées et le plus souvent associées à un DDoS,  car elles sont le plus évident et le plus manifeste exemple de ces vecteurs d’attaque de plus en plus subtils. Avec un service cloud de défense à la demande contre les DDoS qui se trouve hors site, l’intervention humaine joue un rôle-clé. Lorsqu’une attaque est détectée, le Responsable de la Sécurité doit prendre la décision d’activer la bascule vers le fournisseur Cloud de service anti-DDoS. Le temps moyen entre la détection et la mitigation d’une attaque est variable et peut atteindre une heure. Or, la majorité des attaques volumétriques consommant une grande quantité de bande passante ne dure pas plus d’une demi-heure : le temps que la défense à la demande se mette en place, l’attaque est terminée et le mal est fait.

De plus, avec une solution Cloud anti-DDoS hors site, la visibilité de l’attaque et l’analyse correspondante commencent seulement après que le trafic ait été re-routé vers le service de nettoyage, ce qui fournit très peu d’informations sur l’événement de sécurité. Certaines entreprises qui subissent des attaques volumétriques* à grande échelle, souscrivent à un service cloud anti-DDoS continu. Cette solution apporte évidemment plus de sécurité, mais elle génère des coûts très importants.

Défense sur site en temps réel
Les solutions de défense DDoS sur site, conçues à cet effet, sont des produits de sécurité des réseaux basés sur des appliances déployées entre Internet et le réseau de l’entreprise. Cette approche crée une première ligne de défense qui empêche les pannes de réseau et de service provoquées par les attaques DDoS. Comment ? En inspectant la fréquence du trafic de la ligne et en bloquant les attaques en temps réel, tout en laissant circuler les « bons » flux, sans les interrompre. La défense sur site a comme avantage de procurer une visibilité complète et sophistiquée, tout en fournissant les renseignements de sécurité sur l’attaque DDoS (et toutes les autres cyber-menaces) qui ciblent les services exposés à Internet.

Une fois connue la nature du déploiement, l’exécution de la politique de mitigation contre le trafic dû aux attaques doit être réalisée sans faux-positifs, avec un niveau de débit performant et une efficacité maximale en termes de sécurité. La technologie sur site est conçue pour gérer les attaques volumétriques du réseau par DDoS, de type SYN Flood, les attaques par réflexion et usurpation amplifiées** frauduleuses, utilisant par exemple les protocoles DNS et NTP ou les attaques de la couche applicative qui sont presque impossibles à détecter avec les solutions hors site de mitigation des attaques DDoS.

L’ approche mixte est sans doute la solution
Comme l’a mentionné récemment le SANS Institute, « des solutions anti-DDoS composées d’équipements sur site, d’équipements des fournisseurs d’accès à Internet et/ou d’architectures de mitigation sont près de quatre fois plus efficaces que les solutions sur site seules ou les solutions de services seuls. La sophistication croissante des attaques DDoS et le caractère sensible de la perturbation des services marchands exigent à la fois une protection locale et une protection en amont, travaillant en totale synchronisation « . L’expérience des entreprises qui ont mis en place avec leur fournisseur de service à la demande un système assis sur la visibilité des attaques apportée par les solutions sur site montrent toute la pertinence de cette analyse
Autre avantage d’une telle approche : le dispositif local réduit considérablement la fréquence de passage à la mitigation cloud, ce qui allège les coûts associés à ces basculements et fournit toujours une protection contre toutes les formes d’attaques par DDoS.

Cette nouvelle stratégie de lutte contre les DDoS fournit aux entreprises le meilleur des deux mondes, en combinant la résilience et la dimension des solutions du cloud computing avec la protection en temps réel, la visibilité sophistiquée et l’inspection granulaire du trafic des solutions sur site. Ce type d’approche constitue une véritable ligne de défense avancée contre la panoplie des menaces DDoS qui évoluent en permanence. (Par Adrian Bisaz, Vice President Sales EMEA de Corero Network Security))

*Les attaques à volume important représentent moins que 20% des attaques par déni de service. La plupart sont inférieures à la bande passante de l’accès.
**En quoi consiste une attaque par réflexion ? C’est une attaque où le pirate ment sur son adresse IP. Il envoie des paquets avec une adresse IP source qui n’est pas la sienne. Les réponses à ces paquets mensongers sont envoyées à l’adresse IP source indiquée, c’est-à-dire celle de la victime. Le trafic reçu par la victime peut être énorme en raison de l’amplification. Les attaques par déni de service par réflexion utilisent un protocole comme DNS ou NTP.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets