cyberattaque

Les attaques de cyber espionnage commanditées par des Etats gagnent en complexité pour échapper au radar de systèmes de détection de plus en plus efficaces. Cette nouvelle tendance est confirmée par une analyse des spécialistes de Kaspersky Lab, centrée sur la plate-forme de cyber espionnage EquationDrug.

EquationDrug est la principale plate-forme d’espionnage développée par Equation Group et utilisée depuis plus d’une décennie, bien qu’à présent largement remplacée par GrayFish, une plate-forme encore plus sophistiquée. Les tendances tactiques confirmées par l’analyse d’EquationDrug ont été observées en premier par Kaspersky Lab au cours de ses recherches sur les campagnes de cyber espionnage Careto et Regin notamment.

Des techniques qui évoluent pour rester toujours plus indétectables
Les experts ont observé qu’après les succès croissants du secteur dans la mise au jour des groupes à l’origine des menaces persistantes avancées (APT), les plus élaborés d’entre eux s’attachent désormais à multiplier le nombre de composants de leur plate-forme malveillante afin d’en réduire la visibilité et d’en améliorer la discrétion. Les dernières plateformes comportent de nombreux modules qui leur permettent de sélectionner et de réaliser un large éventail de fonctions différentes, selon les victimes ciblées et les informations en leur possession. Selon les estimations de Kaspersky Lab, EquationDrug comprend 116 modules distincts.

« Les auteurs d’attaques commanditées par des Etats cherchent à créer des outils de cyber espionnage plus stables, invisibles, fiables et universels. Ils se concentrent sur le développement de frameworks permettant d’intégrer ces codes dans des éléments personnalisables sur des systèmes actifs et offrant un moyen sûr de stocker l’ensemble des composants et des données sous une forme cryptée, inaccessible au commun des utilisateurs », explique Costin Raiu, Directeur de l’équipe GReAT de Kaspersky Lab. « La sophistication d’un tel framework distingue ce type de menace des cybercriminels traditionnels, qui préfèrent se focaliser sur les capacités du code malveillant, conçu dans l’optique de gains financiers directs. »

D’autres caractéristiques différencient les tactiques des auteurs d’attaques commanditées par des Etats, comparés aux cybercriminels classiques :

·         Echelle. Les cybercriminels traditionnels diffusent en masse des e-mails contenant des pièces jointes malveillantes ou infectent des sites Web à grande échelle, tandis que les acteurs étatiques privilégient des frappes chirurgicales extrêmement ciblées, n’infectant qu’une poignée d’utilisateurs spécifiques.

·         Personnalisation. Tandis que les cybercriminels classiques réutilisent généralement du code source disponible dans le domaine public, à l’exemple des chevaux de Troie de sinistre réputation Zeus ou Carberb, les acteurs étatiques confectionnent des malwares personnalisés, y intégrant même des restrictions qui empêchent leur décryptage et leur exécution en dehors de l’ordinateur ciblé.

·         Extraction d’informations sensibles. Les cybercriminels tentent en général d’infecter le plus grand nombre possible d’utilisateurs. Ils ne disposent cependant pas de suffisamment de temps ni d’espace de stockage pour examiner manuellement chacune des machines infectées et analyser l’identité de leur propriétaire, la nature des données qu’elle renferme et le type des logiciels qui y sont exécutés, puis transférer et conserver la totalité des informations potentiellement intéressantes.

o    En conséquence, ils codent des malwares de vol « tout en un » qui se bornent à n’extraire que les données les plus précieuses (mots de passe ou numéros de cartes de crédit, par exemple) sur les machines des victimes, une activité susceptible d’attirer rapidement sur eux l’attention de tout logiciel de sécurité installé.

o    Par contre, pour leur part, les auteurs des attaques étatiques, disposent de ressources suffisantes pour stocker autant de données qu’ils le souhaitent. Afin de passer inaperçus des logiciels de sécurité, ils évitent d’infecter des utilisateurs au hasard et font plutôt appel à un outil générique de gestion de systèmes à distance, capable de copier toutes les informations éventuellement nécessaires, quelle qu’en soit la quantité. Cela risque toutefois de jouer contre eux car le transfert de volumes massifs de données pourrait ralentir la connexion réseau et éveiller les soupçons.

« Il peut sembler inhabituel qu’une plate-forme de cyber espionnage aussi puissante qu’EquationDrug n’offre pas toutes les capacités de vol en standard au cœur de son code malveillant. L’explication tient au fait que ses concepteurs préfèrent personnaliser l’attaque pour chacune de leurs victimes. Ce n’est que s’ils ont décidé de vous surveiller activement et que les produits de sécurité sur vos machines ont été neutralisés que vous recevrez un module espionnant en direct vos conversations ou d’autres fonctions spécifiques liées à vos activités. Nous pensons que la modularité et la personnalisation vont devenir la marque distinctive des attaques étatiques à l’avenir », termine Costin Raiu.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets