Les tendances phares en matière de cybersécurité pour 2019

Du point de vue de la cybersécurité, l’année 2018 s’est révélée assurément riche en événements ! En mai, le RGPD est finalement entré en vigueur en Europe. Cette avancée a démontré que les instances dirigeantes prennent enfin au sérieux la protection des données personnelles de leurs citoyens. Les entreprises qui travaillent en Europe se trouvent soudainement confrontées à de nouvelles conséquences si elles ne parviennent pas à protéger leurs données sensibles, nous propulsant tous à l’étape suivante de la cybersécurité mondiale.

Par ailleurs, nous avons vu la cybersécurité occuper une place centrale dans le paysage géopolitique tandis que les conversations sur le piratage financé par l’état et les attaques ciblant des infrastructures critiques attisaient les tensions à travers le monde. La société McAfee nous en a récemment donné un exemple en révélant qu’une nouvelle opération de piratage organisé, « Sharpshooter », ciblait spécifiquement les fournisseurs d’infrastructures critiques dans les secteurs de l’énergie, de la finance et de la défense.

Dans les entreprises, une certaine crainte envers la cybersécurité se ressent parmi les décideurs, beaucoup d’entre eux citent la sécurité et la protection de la vie privée comme des facteurs empêchant la progression de leur transformation numérique. De récentes études montrent que 40 % des personnes interrogées ont mentionné les problèmes de sécurité comme un thème récurrent, 37 % évoquant également la protection de la vie privée.

Alors qu’une perspective morose semble ainsi se dessiner tandis que 2018 touche à sa fin, nous avons le temps de réfléchir à l’année écoulée et de commencer à préparer notre défense pour 2019, et au-delà. Pour vous aider à élaborer ces plans, voici quelques-unes des principales tendances en matière de cybersécurité que nous anticipons pour 2019 :

Les nouvelles réglementations influencent les politiques de protection des données

L’entrée en vigueur de nouvelles réglementations sur la protection des données, telles que le RGPD européen, influencera fortement l’année 2019. Même si le RGPD est une bonne nouvelle car il améliore la sécurité des données, il représente un défi majeur pour les entreprises. Par ailleurs, même s’il est déjà en place depuis quelques mois, les importantes pénalités prévues en cas de non-conformité ne verront probablement le jour qu’à partir de 2019. Les entreprises de toute taille doivent repenser entièrement leurs politiques de protection des données pour faire face à plusieurs séries de réglementations internationales sur la confidentialité des données, en constante évolution.

L’IA joue un rôle croissant dans la cybersécurité

L’intelligence artificielle (IA) a émergé comme l’une des technologies qui a le plus changé le monde ces dernières années. En réalité, la valeur générée par les activités dérivées de l’IA atteindra presque 3,9 trillions de dollars d’ici 2022, selon Gartner. Cependant, cette technologie pourrait également être utilisée par des pirates informatiques pour lancer des attaques de plus en plus sophistiquées. La bonne nouvelle est que l’IA peut aussi être mise à profit par les entreprises pour identifier et contrer de telles menaces. Par exemple, des plateformes de prédiction des cyberattaques, basées sur la technologie de l’apprentissage automatique (Machine Learning), peuvent aider les chercheurs en sécurité à trier les menaces et à traiter les plus urgentes aussi rapidement que possible.

Les compétences en cybersécurité sont de plus en plus demandées

Les compétences requises pour traiter les cybermenaces, qui changent constamment, doivent évoluer et les entreprises doivent relever le défi afin de garder l’avantage. Cependant, nous sommes confrontés à une pénurie mondiale de compétences en cybersécurité sur le marché du travail. Selon un rapport récent de l’organisation International Information System Security Certification Consortium, ou (ISC)2, il existe 2,9 millions de postes vacants dans le domaine de la cybersécurité, ce qui représente une augmentation considérable par rapport au 1,8 million enregistré l’année précédant le rapport. Avec un nombre croissant d’entreprises s’engageant dans la transformation numérique, une attention accrue sera apportée à cultiver les compétences requises en cybersécurité au sein de la main d’œuvre existante et à recruter plus de spécialistes.

La prévention cède le pas à la résilience

En 2019, nous continuerons de nous éloigner de la prévention pour nous concentrer sur la résilience pour tout ce qui concerne les failles de sécurité. Il n’est plus possible d’éviter complètement ces menaces. Il faut donc se concentrer désormais sur l’identification de ces failles afin d’y remédier le plus rapidement possible. Les ressources jusqu’alors tournées vers la prévention des cyberattaques continueront d’être réattribuées à la protection, en 2019 et après.

La technologie IoT au cœur de la sécurité nouvelle génération

La technologie de l’Internet des Objets (IoT) devenant de plus en plus répandue, l’enjeu de la protection des données clients sensibles se complexifie considérablement. Les fabricants et les fournisseurs de services doivent s’assurer que leurs appareils, plateformes et logiciels garantissent un certain niveau de sécurité à leurs utilisateurs. La technologie IoT est largement utilisée non seulement pour le matériel de consommation, tel que les appareils de domotique, mais également dans les secteurs de la fabrication et du commerce de détail, ce qui fait de la sécurité une priorité. L’essor de l’IoT contribue à favoriser le développement de cadres de sécurité nouvelle génération. Ceux-ci peuvent être adaptés pour prendre en charge les technologies émergentes et les nouvelles menaces de sécurité au fur et à mesure qu’elles se développeront. Mieux encore, les données générées par les appareils IoT pourront également aider à détecter les failles de sécurité.

Les entreprises de toutes tailles sont la cible de cybercriminels

Alors que les grandes entreprises sont clairement une cible privilégiée des cyberattaques majeures, quelque 58 % des victimes de violation de données sont en réalité des petites entreprises, selon un rapport Verizon. Avec un budget sécurité moindre, les petites entreprises peuvent être considérées par les pirates informatiques comme des proies faciles, leur offrant un profit élevé pour des efforts minimums. Les cybermenaces les plus fréquentes sont les rançongiciels, les attaques par déni de service (DDoS) et les logiciels malveillants. Selon le rapport, des données à caractère personnel ont été compromises dans 36 % des cas de violation de données l’année dernière, ce qui souligne l’importance de la protection contre de telles attaques. Le rapport indique que le secteur de la santé a été le plus touché par les cyberattaques tandis que les atteintes dans le secteur de la finance ont chuté, suite à des investissements massifs dans la cybersécurité. (Srinivasan C.R., Chief Digital Officer, Tata Communications)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *