Chiffrement cryptage cryptolocker Cybersécurité escroquerie Logiciels Particuliers

Découverte de Manamecrypt, un nouveau ransomware

Le G DATA SecurityLabs a découvert un nouveau ransomware nommé Manamecrypt. Aussi connu sous le nom de CryptoHost, ce programme malveillant est un Trojan de chiffrement qui ne s’attaque pas uniquement aux données mais qui empêche également l’exécution de certains programmes sur la machine comme les antivirus, Netflix, twitter, Facebook, youtube… Le ransomware se répand d’une manière assez peu commune : il est intégré à certaines versions de logiciels de torrents comme Utorrent.

Il est possible de récupérer vos données !

Dans sa mise en œuvre actuelle, le ransomware est en fait sensible aux attaques. Les victimes peuvent restaurer leurs données. Le mot de passe pour le fichier RAR se compose des éléments suivants:

SHA1Hash (Win32_processor.processorID + VolumeSerialNumber_Volume_C + Win32_BaseBoard.SerialNumber) + nom d’utilisateur.

Le SHA1 est le nom du fichier .RAR. Le nom peut être déterminé comme suit: appuyez sur la touche Windows + R; puis entrez cmd et appuyez sur Entrée. Dans la fenêtre de ligne de commande nouvellement ouverte, entrez echo% username% et appuyez sur Entrée à nouveau. La chaîne affichée est le nom d’utilisateur.

Exemple: Le fichier .RAR créé par Manamecrypt est appelé 123456789DSB et le nom d’utilisateur est 92829. Le mot de passe est donc 123456789DSB92829.

Pendant ce temps, les amis de Manamecrypt …

L’éditeur en a profité pour faire un petit retour sur l’année 2015. La fin d’année 2015 a été marquée par plusieurs vagues d’attaques. Les kits exploit ont surfé sur des vulnérabilités rendues publiques. Quant au trojan bancaire Dridex, il a utilisé des emails en français pour se répandre. Le G DATA PC Malware Report du 2e semestre 2015 est disponible.

5 143 784 nouveaux types de programmes malveillants en 2015

Au 2e semestre 2015, les experts du G DATA Security Labs ont recensé 2 098 062 nouveaux types de programmes malveillants. Sur l’année 2015, le chiffre s’élève à plus de 5 millions. La très forte hausse des derniers semestres, liée à une explosion des adware, est retombée sur une croissance plus linéaire.

Vagues d’attaques par kits exploit

Les kits exploit Neutrino, Angler, Nuclear et Magnitude ont été particulièrement prédominants au second semestre 2015. Un niveau de risque élevé, ponctué de pics d’attaques liés à des diffusions publiques de vulnérabilités. Par exemple, le 5 juillet, la fuite de documents relatifs à la société italienne Hacking Team a engendré un pic d’attaque inattendu. Le 7 juillet, une vulnérabilité Flash détaillée dans ces documents, était intégrée dans des kits exploit ! L’attaque a pris fin 3 jours plus tard, après la mise à jour de Flash par Adobe. L’histoire s’est répétée le 13 octobre, lorsqu’une vulnérabilité du groupe APT28, alias Sofacy, a été rendue publique.

La France touchée par la vague Dridex

Au début du 2e semestre 2015, la baisse des attaques par chevaux de Troie bancaires était notable, avec notamment la disparition du code dominant Swatbanker. Malheureusement, cette baisse ne fut que temporaire. En fin d’année, la campagne massive de diffusion du code Dridex a fait remonter les détections de Trojan bancaires à leur plus haut niveau. En France, cette vague d’attaque a reposé principalement sur l’envoi d’emails en français contenant des fichiers bureautiques intégrant des macros manipulées. (G Data)

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets