Secure-k

Testé pour vous la Secure-K, une clé USB sécurisée

La clé USB Secure-k couple une clé USB chiffrée, un digicode, un OS sécurisé, de quoi transporter ses données privées en toute sécurité.

Si vous êtes à la recherche d’un système d’exploitation portable chiffré et puissant qui peut être chargé sur n’importe quel ordinateur, la clé USB Secure-K de chez Mon-K que j’ai reçu début août est peut-être la réponse que vous recherchez pour chiffrer et sécuriser les données que vous souhaitez transporter.

Secure-K est intéressante sur plusieurs points. D’abord, c’est une clé USB chiffrée. Il existe de nombreuses solutions, gratuites et payantes, comme « L’intégral » CryptoDual ou encore KryptKey. La Secure-K propose aussi un système d’exploitation chiffré (environnement linux, moteur graphique gnome). Bilan, protection de l’environnement sans sacrifier la facilité d’utilisation de l’outil de sécurité.

 

Pour lancer le petit singe (Mon-k étant le nom de la société, ca donne Monkey), il faut d’abord l’activer en rentrant un code pin d’au moins 8 chiffres. Au bout de 10 essais infructueux, la clé se met en alerte et il n’est plus possible de l’utiliser. Les 8 bons chiffres fournis, vous pouvez configurer cette protection du hardware jusqu’à 15 chiffres, il suffit d’allumer l’ordinateur et lui permettre de lire une clé USB au boot. Le lancement de la clé est très rapide. Une second mot de passe est réclamé. Ici, lettres, chiffres, signes de ponctuation sont à votre convenance. Le précieux sésame va active l’OS et l’ensemble des outils proposés par la clé.

La clé est chiffrée, d’abord en mode hardware. L’environnement USB est chiffré en mode « sécurité militaire » FIPS 140-2. Le hardware est chiffré en AES 256 et en ce qui concerne l’OS et les fichiers, de l’AES 512 bits. Autant dire qu’avec une telle armure, il est déconseillé de paumer ses mots de passe.

Secure-K transporte une suite complète d’applications chiffrées : chat, vidéo, outils VOIP, TOR, et tout ce qui est indispensable pour travailler avec une suite bureautique et image. La société propose aussi, en option, de sauvegarder les données dans un cloud chiffré. Je déconseille, dans tous les cas, de sauvegarder ses informations ailleurs que dans un espace de stockage que vous contrôlez et avez sous les yeux. Le reste du fonctionnement de la Secure-K ne perturbera pas les utilisateurs, comme moi, de Tails.

Quelques points négatifs à noter, mais ils sont loin d’être éliminatoires. D’abord la taille des touches du digicode. Il est conseillé d’avoir les doigt d’un minimoys pour enfoncer les boutons rikikis. Autre point noir et vraiment casse pied. La clé permet de se mettre en mode sécurisé. Comprenez qu’il faut rentrer un mot de passe quand la Secure-K passe en mode « pause ». Sauf que si vous tapez votre mot de passe en « azerty » lors de l’installation de votre password, ce dernier passe en « qwerty » une fois la clé activée. Autant dire que mon mot de passe Qponz157!=#7awq c’est transformé en Aponw157!=#7qza.

Lors des tests, les logs des sites visités étaient incapables de cibler le point de connexion de la machine sous Secure-K. Aucune traces, non plus, dans les machines utilisées pour les tests. Seul bémol, les fichiers téléchargés sur la clé USB Secure-K ont pu être transférés sur une autre clé USB, connectée en même temps, sans que les documents ne soient chiffrés sur le nouveau support. Cela implique donc qu’il ne faut jamais quitter la machine des yeux, même quelques secondes. La clé Dunky m’a permis de copier des fichiers RTF en quelques secondes, automatiquement.

Secure-k

Le supplément de sécurité proposé par Secure-K devrait plaire aux voyageurs et internautes sensibles à la sécurité de leur vie numérique. Au DSI aussi. Ce type de clé répond au nouveau Règlement Général sur la sécurité des Données Personnels, le RGPD. L’article 32 sur la « Sécurité du traitement » indique que l’entreprise doit garantir la sécurité des données grâce à la mise en place d’un chiffrement des données personnelles, d’être dans la capacité d’assurer la confidentialité et l’intégrité permanentes des données, et avoir une disponibilité et une résilience du système, par une restauration rapide afin d’accéder aux données personnelles, rapidement, en cas d’accident physique ou technique.

Dernier point, la clé a été testée en zone humine (Thaïlande), elle a résisté sans problème à la mousson. Cependant, ne l’oubliez pas dans une poche de pantalon, là, elle va s’y noyer.
Plusieurs clés Secure-K sont proposées, la personnelle et l’entreprise, 8 Go, 16 Go, 32 Go et 64 Go sont disponibles d’ici peu au prix de départ de 99€.

Après le test et le mode d’emploi pour utiliser l’outil de chiffrement gratuit et open source Diskcryptor, découverte d’une autre solution de sécurité, VeraCrypt. Elle va permettre de protéger les données dans votre ordinateur, et lors du transport des précieuses informations. En savoir plus. ; La sécurisation de nos données est devenue indispensable aujourd’hui. Piratage, espionnage, malveillance, sont légions et nous sommes tous, potentiellement, des cibles. Je vais vous expliquer comment chiffrer vos supports de sauvegarde afin de les rendre illisibles sans votre accord avec le logiciel Diskcryptor. En savoir plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *