Cyber-attaque DDoS Entreprise

Un DDoS géant perturbe Internet

Une attaque informatique à l’encontre d’un spécialiste de la lutte contre les spams perturbe l’Internet. Spamhaus, une entité basée en Suisse qui s’est donnée pour mission de publier des « listes noires » de serveurs utilisés dans des diffusions massives de spams, des courriels non sollicités. 80% des blocages des pourriels seraient réussis grace à SpamHaus. Depuis quelques jours, une attaque de type DDoS (Dénis Distribués de Service) perturbe le fonctionnement de SpamHaus… et du réseau des réseaux. Matthew Prince, de chez CloudFlare, indique n’avoir jamais vue une attaque prendre une telle ampleur. Tout a débuté la semaine derniére, les Suisses ont placé dans la liste noire du moment le site internet néerlandais Cyberbunker. Motif, le portail serait un repére de pirates et autres spammeurs. « Spamhaus n’a pas été en mesure de prouver ses allégations » indique CyberBunker.

Le New York Times fait parler un « porte-parole » des pirates assaillants. Sven Olaf Kamphuis indique que l’attaque est en représaille contre Spamhaus, qui « abuse de son influence« . L’attaque DDoS a une telle impacte qu’elle aurait « freinée » le débit web, en Europe. A l’AFP Johannes Ullrich, de l’institut de technologie américain SANS, explique que cette attaque est dix fois plus puissantes que les derniérs DDoS enregistrés. Il est vrai que se manger 300 gigabytes de données par seconde, ca à de quoi bloquer des serveurs ! Data Security Breach trouve que le plus inquiétant n’est pas l’attaque en elle même, mais sa facilité de mise en place. Les pirates ont tout simplement profité des vulnérabilités des serveurs DNS. Bilan, chaque attaque est multipliée par 100. Voir Open Resolver Project pour en savoir plus.

Internet a-t-il failli être coupé par une attaque de grande ampleur ?

A cette question que tout le monde se pose en ce moment, la réponse est oui. Avec les attaques qui ont eu lieu récemment et on encore lieu à certaines échelles, Internet a été, tout au moins, déstabilisé pendant plusieurs heures. Que vous ayez un téléphone portable en 3G, un ordinateur pour surfer sur votre site préféré ou voulu recevoir des mails d’outre atlantique, vous avez peut être tous senti à plus ou moins grande échelle des ralentissements.

L’attaque informatique derrière cette déstabilisation est connue, mais n’avait jamais été menée à cette ampleur. Les DDOS et plus spécifiquement les DrDOS sont des attaques par amplification de trafic, ou pour faire simple, les attaquants utilisent des serveurs et des réseaux mal configurés comme des amplificateurs. Ils transforment une ou plusieurs connexions de tailles honorables (mais que tout le monde peut s’offrir pour quelques dizaines d’euros par mois) en canons à trafic de très grande ampleur. Pour prendre une image plus parlante, cela revient à transformer une balle de pistolet en une pluie de munitions. Avec une telle arme, pour chaque « balle » tirée à l’origine, plusieurs centaines de milliers de projectiles arrivent à destination…

Il est important de comprendre cependant qu’aussi puissantes soient ces attaques, elles sont temporaires par essence. Leurs durées de vie se comptent en heures, en dizaines d’heures au maximum, Internet n’est donc pas en risque d’être définitivement « cassé » mais en risque d’être très embouteillé, pendant un long moment. Une question de fond demeure, ces embouteillages dureront-ils très longtemps et seront-ils fréquents ou bien les autorités vont-elles réagir et forcer la prise de mesures concrètes ?

Le laxisme et l’avidité au cœur du problème

Car ce qui rend possible ces attaques, ce sont deux problèmes fondamentaux, tous deux possibles à régler. En effet, ces attaques sont rendues possibles par des serveurs mal configurés. Cette fois-ci ce sont les serveurs DNS qui sont concernés, l’un des services indispensable au fonctionnement d’Internet, qui convertit les noms (comme www.datasecuritybreach.fr) en adresse numériques (dites IP) compréhensibles par les ordinateurs et serveurs. En l’occurrence, ces DNS « ouverts » étaient parfois laissés accessibles en tant que service à la communauté, souvent laissés ouverts par d’autres administrateurs moins compétents par manque de connaissance ou de temps.  Mais auparavant, c’était les protocoles utilisés par les serveurs de jeux sur Internet et d’autres sources sont également possibles à exploiter par les pirates. Le point commun à tous ces supports d’attaques est que les personnes ayant soit développé soit déployé ces services ont mal configuré leurs serveurs et permis à ces attaques d’avoir lieu.

Le second problème est lui très matériel. Il y a des grands bénéficiaires à ces flux démesurés. Pour commencer par le point important, ces attaques ne devraient pas exister et sont simplissimes à bloquer. Il suffit à chaque entité participant au réseau Internet de n’acheminer que les paquets légitimes, provenant réellement de son réseau. Actuellement ce n’est pas le cas. En effet, de très nombreux opérateurs (dont les plus grands Français, Allemands et US) ne filtrent pas les paquets transitant par leurs réseaux et acheminent des paquets qu’ils savent illégitimes.

Ces attaques reposent sur un mécanisme central clé : le fait que l’adresse source, l’identité numérique de l’attaquant est faussée. Cette méthode, appelée le spoofing, est laissée libre à l’utilisation de chacun alors qu’il n’est que normal et logique que chacun ne transporte que les paquets réellement issus de son réseau. Cela revient exactement au même que de transporter des valises d’inconnus que l’on vous aurait remis à l’aéroport. Pourquoi le font-ils ? Car les opérateurs de niveau 2 se facturent le trafic envoyés entres eux. En résumé, plus ils envoient de trafic, plus ils facturent le voisin qui reçoit ce trafic. DataSecurityBreach.fr le confirme, c’est donc une raison très monétaire qui les motive plus qu’une très théorique impossibilité technique derrière laquelle ils se cachent pour ne pas résoudre le problème.

La guerre des boutons 2.0

Cette attaque est par bien des aspects uniques. Unique car elle a visé les plus gros « tuyaux » d’Internet (les tiers 1), ce qui est atypique et à bien failli couper tout le réseau pendant quelques heures. Elle est aussi unique par la violence et son ampleur. A notre connaissance, aucune attaque n’avait encore atteint une telle ampleur, avec près de 300 Gbps de trafic vu par les grands opérateurs par moment. Les plus gros points d’échange d’Internet n’acceptent que 100 Gbps, là où cette attaque a dépassé les 300 Gbps par endroits dans le réseau mondial…

Cela représente, disons 1 million de voitures circulant sur une route où l’on en attend 100 000 en général au grand maximum. C’est l’équivalent de plusieurs dizaines de milliers de connexions ADSL classiques qu’il faudrait réunir à plein débit à un instant donné pour atteindre un tel volume. Un très gros canon à paquet donc et cela n’est encore qu’une partie du trafic maximal généré par cette attaque. Unique enfin par sa cible et son origine. Pour une cause qui ne nécessite très probablement pas une telle Vendetta, le spam, Internet a été déstabilisé quelques heures. On ne règle pas les bagarres de gamins dans une cours de récré à coup de taser et de flashball, on ne règle pas un différend avec Spamhaus avec une DDOS de cette taille, cela est déraisonnable.

Unique, cette attaque à malheureusement de grande chance de ne pas le rester car rien n’est fait à l’heure actuelle par les autorités pour forcer des configurations plus efficaces des réseaux opérateurs et des services clef d’Internet. Les solutions sont connues, la volonté de les appliquer manque. Elle ne restera pas unique car mener une telle attaque n’est pas extrêmement complexe, les méthodes sont connues et les personnes capables de les mener se comptent en dizaines de milliers dans le monde, à minima. Bien sûr la très grande majorité d’entre elles sont des personnes raisonnables, mais il suffit d’une seule en l’occurrence pour atteindre un tel résultat…

La structure de base d’internet la rend résiliente à beaucoup de dangers différents, mais d’un autre côté,  certains points clés sont toujours très fragiles et les milieux underground le savent …

Moi vouloir tuer Internet L’architecture principale du DNS peut être mise à terre. Ce n’est pas chose aisée mais un DDOS massif peut la faire plier et donc casser le système de résolution de nom et le processus de diffusion, entrainant ainsi un situation très inconfortable. Le second point que je voulais souligner est que la faille dévoilée par Dan Kaminsky durant l’été 2008 est encore présente sur presque un quart des DNS mondiaux et permet une attaque par cache poisoning, aussi simple que redoutablement efficace.

BGP. Cette partie est aussi sensible et fragile. Les membres de la DFZ (Default Free Zone) sont supposés se faire confiance les uns aux autres les yeux fermés. Nous prenons des routes depuis d’autre AS et diffusons notre routage aux autres membres…Mais si des paquets étranges sont envoyés dans le pré-carré, ils peuvent faire chuter l’ensemble, comme par exemple ce fameux mois d’août 2010, durant lequel le Ripe à mener une expérience qui tourna mal, brisant ainsi beaucoup de routes et dérangeant une partie du trafic Internet pour plusieurs minutes. Les Chinois ont aussi commis leur « erreur », générant un des plus spectaculaires détournements de trafic de l’histoire d’Internet. Il est dit que c’était une erreur (par ceux qui l’ont commise 🙂 ) mais il apparait tout de même comme rien de moins que le plus large et important piratage jamais réalisé sur internet, montrant une fois encore que les piliers d’Internet peuvent encore facilement « trembler sur leurs bases.

L’IPV4 est le plus fondamental des protocoles d’Internet. Il est présent depuis des décennies et à été attaqué de tellement de façon différentes que je ne peux imaginer donner un chiffre pertinent à fournir dans cet article. Quelques points sont cependant sûr concernant IPV4, le protocole est utilisé partout (moins de 8% d’internet est prêt pour IPV6), il comporte de nombreuse erreurs de conceptions, il permet de nombreuse attaque par DDOS, spoofing, sniffing et chacun l’implémente « à sa sauce ». Tout cela fait d’IPV4 le plus utilisé des protocoles de niveau 3 du monde et, bien entendu, le plus connu, testé, reversé et attaqué…

Une lutte de pouvoirs ?

CloudFlare après sa méga panne plongeant des centaines de milliers de sites dans le noir le plus total avait bien besoins d’une énorme publicité. En aidant cette fois des « gentils », c’est pour eux l’occasion rêvée pour redorer cette image ternie. Il n’y a pas que les attaques qui peuvent être amplifiées, il y a aussi les paroles. Oui, car contrairement à ce que raconte certains ahuris, le trafic Internet en Europe n’a pas bougé d’un pouce : chiffres à l’appui. Quant aux évènements, il s’agit bien d’un règlement de compte entre Spamhauss et de véritables cybercriminels aguerris qu’il vaut mieux éviter de chicaner, même pour plaisanter.

Spamhauss est sauvé, CloudFlare devient un super-héros auprès des gentils mais laisse une ouverture béante aux whitecollars du CB-31337 qui ne se font pas prier pour récupérer habillement l’histoire en diabolisant à nouveau Spamhauss (ouvertement critiqué pour avoir le cul entre deux chaises et pour ses méthodes de cowboys) et gagnant ainsi de nouveaux clients. Si vous n’avez pas encore compris, Internet va bien, très bien même. Business is business… Cependant ça démontre une nouvelle fois les faiblesses connues qui peuvent (mais ça ce n’est pas nouveau, disons « qu’ils osent ») être utilisées dans d’autres types d’attaques. Avec ces escarmouches, ils ne font que frapper du poing, peut être un avertissement comme tu le soulignes,… ou simplement une évaluation. Ces gens là ont largement la capacité de mener des offensives nettement supérieures (avec dégâts). A mon sens, il faut se souvenir d’une chose très importante : il n’est pas possible d’évaluer les capacités offensives avec certitude de l’ensemble des acteurs en présence car ils sont connectés indirectement avec divers milieux, autres que l’underground traditionnel. Ils peuvent changer de facette l’espace d’un instant et devenir un bras armé. Mettez une dose d’agences de renseignements, une pincée de politiques… et très franchement, je doute que les moyens déployés, même extra-ordinaires, depuis les claques Estoniennes, Géorgiennes,… suffisent à contre-carrer des attaques disons.. hors normes. Quoiqu’ils pourront certainement mener des investigations, compter les morceaux et tenter de recoller ce puzzle bordélique mais ça sera définitivement trop tard. Rassurez-vous, tant qu’il y aura des enjeux financiers, rien de tout cela n’arrivera. (Avec NBS-SYSTEM)

10 Comments
  1. Mickael Lenoury 6 ans ago

    Sans résolution DNS tu n’as pas d’internet, à moins que tu connaisse les adresses ip de tes sites favoris, et encore avec les virtuals hosts, tu n’auras pas ce que tu veux.

  2. src 7 ans ago

    Je suis pas certain que les DNS fassent partie d’Internet… C’est un service (certes plus qu’utile) qui utilise internet. Mais son absence n’empêcherait pas le réseau d’acheminer les paquets.

  3. OlivierBzh 7 ans ago

    Et un simple ctrl+u se fait aussi rapidement…

  4. H3 7 ans ago

    Bonjour,

    news très intéressante, par contre, pourquoi ne pas :

    – Citer vos sources (utile pour le lecteur qui, comme moi, veut en savoir plus)
    – Empêcher le copier coller ? Ca existe encore ça ? Et le clic droit en général ? Genre, je vois le terme SpamHaus, je veux le sélectionner pour utiliser le menu contextuel pour rechercher dans mon moteur de recherche… Ben non, pas possible.

    A bon entendeur…

    • Damien Bancal 7 ans ago

      Bonjour,
      Les sources sont citées, quand nous ne sommes pas nous même les auteurs de l’enquête/infos/écrit, elles font même l’objet d’un lien.
      Pour le clic droit, je ne vois pas le problème, sauf pour ceux qui copient/collent intégralement les écrits pour s’en servir ensuite, sans demander.
      Pour finir, taper Spamhaus dans un moteur de recherche se fait aussi rapidement qu’un copier/coller.

      • SMed79 7 ans ago

        Et le code source de la page tu fait quoi pour le protègé ? Si q1q viens ici pour copier le text tu ne va pas … offf brèf tu nous derage nous les lecteur :-/

        • Flip Flop 7 ans ago

          Bonjour,
          Pourquoi toujours vouloir copier le travail des autres ? Lire ne vous suffit pas ? Ah non, il faut que vous puissiez remplir votre blog, forum… afin de fournir du contenu qui n’est pas à vous et vous générer des sous via une régie pub ! La personne qui veut copier va effectivement dans le code source, mais ça lui laisse un peu de temps pour se dire « et si j’étais un peu honnête avec moi même. Je réécris l’article et je mets le lien sur ma source ». A première vue, vous préférez râler sur celui qui vous permet de vous informer gratuitement. Moi, si j’ai besoin de relayer, je prends l’url et cela est largement suffisent.

    • Damien Bancal 7 ans ago

      Bonjour,
      La source de l’article c’est votre webzine et NBS, c’est marqué dans l’écrit.

  5. HMA 7 ans ago

    Quelqu’un (d’indépendant) a-t-il vraiment constaté quelque chose ?
    Il semble que non… Seuls quelques vendeurs de sécurité montent un truc en épingle.
    Même Slate n’est pas tombé dans le panneau.

  6. nusto 7 ans ago

    Bonjour,

    Désolé de te contredire mais c’est absolument faux, il n’y a eu aucune saturation de l’internet en Europe – c’est simple à vérifier. L’objectif est de faire LE buzz avec des goodguys et non plus avec des badguys comme ils l’ont fait par le passé. Ce qui ne les empêchent pas de protéger les plus gros salasses que la Terre ai porté. De plus, ces attaques sont connues et ont déjà été simulées. Souvenez vous que cette société avait commencé à se faire connaitre via les mass-médias sur des affaires très controversées. Récemment, l’image de CloudFlare s’est détériorée à cause d’une énorme panne qui a rendu des centaines de milliers de sites inaccessibles à travers le monde. Intéressez vous à l’histoire de CloudFlare, intéressez vous aux créateurs et vous verrez les choses autrement.

Comments are closed.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets