Des milliers de cas démontrent que les pirates, une fois dans un serveur infiltré, se cachent et agissent sans même que le propriétaire s’en aperçoive. Il est souvent trop tard quand la première alerte apparait sur les prompteurs. Microsoft va proposer un cerbère capable de repérer la moindre modification.

Les pirates sont connus pour se cacher sur les réseaux d’entreprise, et cela durant des semaines, des mois. Ils collectent des données, surveillent ou se servent de l’espace à différentes fins (DDoS, Bot, Chat, stockage, entrainements, …). Microsoft affirme qu’il veut aborder ce problème pour ses clients et a annoncé que son Advanced Threat Analytics, qui sera proposé le mois prochain, est capable de bloquer les pirates. Son outil apprend, un peu à la sauce « Chappie » [Le film].

L’apprentissage de la machine et de l’analyse comportementale doivent permettre de détecter les activités malveillantes qui pourraient passer inaperçus normalement. Une technologie acquise, l’année derniére par Microsoft, lors de l’achat de la start-up israélienne Aorato.

L’ATA utilise les temps de déplacement et les données géographiques pour détecter une connexion saine, ou non. Bref, si vous travaillez à Dunkerque et que la connexion, ou des téléchargements, se font à Manille, ATA alerte et bloque. A suivre !

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets