cryptojacking

Cryptojacking : le danger des objets connectés résidentiels

Un nouveau rapport de sécurité révèle que les objets connectés résidentiels constituent une nouvelle cible pour le cryptojacking.

Quasiment aucune entreprise n’échappe à un exploit majeur : l’analyse des événements critiques souligne une tendance inquiétante : 96% des entreprises ont subi au moins un incident majeur de sécurité. En clair, les entreprises, dans leur quasi-totalité, cèdent au moins une fois aux attaques des cybercriminels. De plus, près d’un quart des entreprises ont été confrontées à un malware de cryptojacking, tandis que six variantes de malwares ont, à elles seules, impacté plus de 10 % de toutes les organisations. FortiGuard Labs a également identifié 30 nouvelles vulnérabilités zero-day sur ce trimestre.

Le cryptojacking s’en prend aux objets connectés résidentiels : pour renforcer le minage des crypto-monnaies, les objets connectés résidentiels – et notamment les dispositifs multimédias – sont désormais ciblés. Ces dispositifs présentent un attrait certain compte tenu de leurs ressources informatiques importantes pouvant être détournées à des fins malveillantes. Les assaillants tentent ainsi d’inoculer un malware qui assurera un minage permanent, puisque ces appareils sont généralement toujours actifs. De plus, leurs interfaces sont exploitées en tant que navigateurs web modifiés, ce qui étend le nombre de vulnérabilités et de vecteurs de minage. La segmentation devient ainsi essentielle pour cloisonner ces dispositifs personnels si leurs utilisateurs les connectent à des réseaux d’entreprise.

La créativité des cybercriminels au service des botnets : la tendance en matière de botnets illustre comment les cybercriminels maximisent l’impact de ce type de malware grâce à de multiples actions malveillantes. WICKED, une nouvelle variante du botnet Mirai, s’est ainsi enrichi de trois nouveaux exploits pour cibler les objets connectés non patchés. VPNFilter, l’attaque sophistiquée qui cible les environnements industriels SCADA/ICS grâce à une surveillance des protocoles MODBUS, est devenue une menace majeure qui exfiltre les données et peut mettre à l’arrêt un dispositif, voire un groupe de dispositifs. La variante Anubis du malware Bankbot a fait l’objet de plusieurs innovations : elle agit en tant que ransomware et enregistreur de frappe, mais peut également assurer une fonction de cheval de Troie (avec accès distant malveillant), intercepter des SMS, verrouiller les écrans et transférer des appels. Ces évolutions au niveau des attaques doivent être suivies précisément, grâce notamment à une veille pertinente sur les menaces.

Cryptojacking, malware and co !

Les concepteurs de malware misent sur un développement agile : les malwares ont longtemps été polymorphes pour éviter de se faire détecter. Les récentes attaques soulignent une adoption des pratiques de développement agile pour rendre la détection des malwares plus complexe et contourner les toutes dernières fonctions des produits anti-malware. GandCrab compte déjà plusieurs versions cette année et ses concepteurs continuent à le faire évoluer rapidement. L’automatisation des attaques, tout comme les méthodes de développement agile, pose un réel défi aux organisations ciblées, ces dernières ne disposant pas toujours du savoir-faire nécessaire pour contrer des menaces toujours plus furtives. Le développement agile utilisé par les cybercriminels incite à déployer des fonctions évoluées de protection et de détection pour combattre ces attaques de nouvelle génération.

Un ciblage efficace des vulnérabilités : les cybercriminels sélectionnent avec précision les vulnérabilités qu’ils souhaitent exploiter. Ces dernières sont sélectionnées compte tenu de leur prévalence et du volume d’exploits détectés : ainsi seules 5,7% des vulnérabilités connues sont réellement exploitées. Mais si la majorité d’entre elles ne seront pas exploitées, elles doivent néanmoins être restaurées proactivement par les entreprises.

L’utilisation des applications dans les secteurs de l’enseignement et des services publics : lorsqu’on compare le nombre d’applications utilisées par secteur d’activité, l’utilisation d’applications SaaS dans le secteur public surperforme la moyenne de 108%. D’autre part, ce secteur est devancé par celui de l’enseignement sur le critère du nombre total d’applications utilisées chaque jour, ce chiffre étant de 22,5% et 69% supérieur à la moyenne, respectivement. Le besoin pour un panel diversifié d’applications explique le taux d’utilisation plus important sur ces deux secteurs d’activité. Il s’agira néanmoins de décloisonner ces différentes applications au sein des environnements multi-cloud, pour renforcer la visibilité et appliquer les fonctions de sécurité. (Merci à Fortinet)

1 commentaire sur “Cryptojacking : le danger des objets connectés résidentiels”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *