Voitures connectées

Un Français invente un anti piratage de l’électronique d’une voiture

Un garagiste du Maine-et-Loire a trouvé une solution ingénieuse pour bloquer les tentatives de piratage de l’électronique d’une voiture.

Landry Bourrieau, le patron du garage VL Auto basé à la Romagne dans le Maine-et-Loire a-t-il découvert le système ultime anti piratage de l’électronique d’une voiture ? Peut-être pas, mais chose est certaine, son idée retardera un maximum les voleurs de voitures. Un détail que ces derniers ne vont pas apprécier, leur mission étant d’être rapide.

VL Auto a inventé une solution qui coûte moins de 60€. L’idée, bloquer la prise l’OBD ou OBD2 en inversant les files électriques. Le matériel permettant le piratage de la voiture ne peut plus fonctionner sans posséder la bonne connexion. Bilan, le voleur doit posséder la panoplie complète d’adaptateurs et tous les essayer. Il peut aussi inverser les fils électriques, mais ici aussi, il faut tout démonter. Bref, pas rapide. Malin, le système continue d’être alimenté électriquement, permettant de perturber, encore plus, le malveillant et son matériel.

De quoi donner du fil à retordre aux pirates et voleurs de véhicules. De quoi aussi et surtout ressortir, pour les concepteurs et les bibliothécaires CAO les planches à dessin.

Espionnage via l’autoradio

Et les problèmes de sécurité informatique ne cessent de toucher les voitures et autres objets connectés. Par exemple, fin d’année 2018, près de 90 000 conducteurs américains découvraient qu’ils avaient été mis sur écoute durant 3 mois.

Le constructeur automobile expliquait alors une « étude » pour mieux cibler les consommateurs clients et leur fournir des publicités ciblées. Bref, vendre des biens de consommation à partir des stations, musiques et publicités écoutées.

Un espionnage via l’autoradio ? Un ciblage à quatre roues parmi tant d’autres !

Il y a quelques semaines, le moteur de recherche Français Qwant s’inquiétait de l’accord signé entre le constructeur automobile Renault et le moteur de recherche américain Google. L’alliance franco-japonaise Renault-Nissan-Mitsubishi signe avec le diable ? Qwant, concurrent de Google, n’a pas apprécié que le constructeur automobile fournisse, dès 2021, les applications Google dans ses véhicules.

Ce que fait déjà Hyundai, par exemple, avec Androïd Connect. Pour rappel, il est obligatoire de connecter son téléphone à la voiture … et donc vos données.

Chez General Motors, la réflexion aura été plus personnelle. Les propriétaires (un peu moins de 90 000 conducteurs) surveillés durant 3 mois via leur autoradio. Un autoradio connecté via le Wi-Fi des autos. Le constructeur américain a reconnu les faits après la révélation du Detroit Free Press. GM a avoué collecter des données afin de les utiliser “manière intelligente“.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *