Argent Arnaque Cyber-attaque Cybersécurité Espionnae Leak

NetTraveler : code malveillant en guerre sur le web

Les experts de Kaspersky Lab ont identifié un nouveau vecteur d’attaque utilisé par NetTraveler. Datasecuritybreach.fr vous en a déjà parlé sous les noms de « Travnet », « Netfile » ou encore « Red Star APT » ; un malware ayant déjà touché plusieurs centaines de cibles dans plus de 40 pays. Les victimes de NetTraveler, identifiées à ce jour, incluent des activistes tibétains/ouïgours, des groupes pétroliers, des centres ou instituts de recherche scientifique, des universités, des entreprises privées, des gouvernements ou institutions gouvernementales, des ambassades et des partenaires militaires.

Suite aux révélations autour de la découverte de NetTraveler en juin 2013, ses auteurs avaient arrêté tous les systèmes de commande et de contrôle pour les déplacer vers de nouveaux serveurs en Chine, à Hong Kong ainsi qu’à Taiwan. Ils ont ensuite continué leurs activités sans entrave. Au cours des derniers jours, une attaque de phishing ciblée a été lancée contre plusieurs activistes ouïgours. « L’exploit » Java, utilisé pour distribuer cette nouvelle variante de l’APT Red Star, n’a bénéficié d’un patch que récemment (en juin 2013) et enregistre donc un taux de réussite très élevé.

En complément, NetTraveler adopte des nouvelles techniques pour piéger ses victimes, notamment le « watehing hole », le « drive-by downloads » et le recours à des domaines infectés. Un certain nombre d’attaques émanaient du domaine « wetstock[z]org », connu pour avoir été utilisé lors des précédentes attaques de NetTraveler. Ces redirections semblent venir d’autres sites en lien avec la communauté ouïgoure, qui ont, en réalité, été infectés. D’autres « exploits » récents pourraient être intégrés et utilisés à plus large échelle. Voici donc les règles à suivre pour se protéger de cette typologie d’attaque :

[+]  Mettre à jour Java pour utiliser la version la plus récente, où désinstaller Java si vous ne l’utilisez pas,

[+]  Mettre à jour Microsoft Windows et Office pour utiliser la version la plus récente,

[+]  Mettre à jour tous les autres logiciels tiers, comme Adobe Reader,

[+]  Utiliser un navigateur sécurisé tel que Google Chrome, dont les cycles de mise à jour et de développement des patches sont plus rapides que ceux d’Internet Explorer, installé par défaut dans Windows,

[+]  Etre attentif aux liens sur lesquels vous cliquez et aux pièces jointes que vous ouvrez dans les emails provenant de personnes inconnues.

« Jusqu’ici, aucune vulnérabilité de type zero-day ne semble avoir été exploitée par le groupe NetTraveler. Pour s’en protéger, les patches sont impuissants mais des technologies comme Automatic Exploit Prevention et DefaultDeny offrent une protection efficace contre les menaces persistantes. » explique à data security breach magazine Costin Raiu, Directeur du GReAT chez Kaspersky Lab.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets