backdoor BYOD Cloud Cyber-attaque Cybersécurité DDoS Entreprise Fuite de données Leak Piratage

État des lieux de la sécurité sur internet du 4ème trimestre 2014

Sale ambiance numérique pour le dernier trimestre de 2014. Akamai indique que le nombre d’attaques DDoS a pratiquement doublé en un an ; le trafic DDoS a diversifié ses sources à l’échelon mondial et que près de la moitié des attaques DDoS ont exploité plusieurs vecteurs.

Akamai Technologies, l’un des principaux fournisseurs de services de cloud, d’optimisation et de sécurisation de contenus en ligne et d’applications professionnelles, annonce la publication du rapport « Etat des lieux de la sécurité sur internet » du 4ème trimestre 2014 sur les attaques DDoS. Produit par le PLXsert (Prolexic Security Engineering and Research Team), aujourd’hui rattaché à Akamai, qui rassemble des experts des services et stratégies de protection contre les attaques DDoS et de sécurisation cloud, il livre une analyse trimestriel et un éclairage sur les cyber-menaces et attaques à l’échelle mondiale, y compris sur les attaques DDoS observées sur le réseau PLXrouted.

« Un nombre impressionnant d’attaques DDoS ont eu lieu au 4ème trimestre, près du double par rapport à ce que nous avions observé à la même période un an plus tôt », souligne à DataSecurityBreach.fr John Summers, vice president, Security Business Unit chez Akamai. « Le déni de service est une menace répandue qui vise de nombreuses entreprises. Le trafic d’attaques DDoS n’a pas été cantonné à un secteur donné, comme celui du divertissement qui a pu faire la une des medias en décembre. Les attaques ont, au contraire, porté sur de multiples secteurs d’activité. »

Akamai a également observé une hausse de 52 % du débit moyen des attaques DDoS en comparaison du 4ème trimestre de l’année précédente. De volumineux paquets de trafic indésirable peuvent très vite anéantir la capacité d’une entreprise à traiter les requêtes légitimes de ses clients, et ce déni de service entraîner ainsi des pannes. Or, la plupart des sites non protégés sont incapables de résister à une attaque DDoS classique. Par conséquent, les attaques DDoS font aujourd’hui partie intégrante du paysage des menaces et de la cybersécurité que toute entreprise présente sur le Net se doit d’anticiper dans une évaluation des risques.

Le phénomène DDoS-for-hire et la montée en puissance des attaques par réflexion et multi vecteurs. Les suites de booters DDoS-for-hire, ont engagé peu de moyens puisqu’elles ont mis à profit des attaques DDoS par réflexion. Près de 40 % des attaques DDoS en tous genres ont fait appel à ces techniques, qui s’appuient sur des protocoles Internet pour générer un trafic en réponse considérablement amplifié et dispensent le hacker de prendre le contrôle du serveur ou du device.

La généralisation de services DDoS-for-hire a permis à des hackers amateurs d’acheter ces services prêts à l’emploi. L’essor de ce marché a également été propice à l’utilisation de campagnes multivectorielles, l’innovation des attaques étant stimulée par la concurrence. Les attaques multivecteurs observées ont été considérablement plus nombreuses – en hausse de 88 % par rapport au quatrième trimestre 2013. Plus de 44 % des attaques de toute nature ont exploité plusieurs vecteurs.

Répartition mondiale des cibles et des sources d’attaques DDoS
Le rythme des attaques DDoS a été plus homogène au 4ème trimestre lié à un nombre croissant de cibles importantes dans des zones géographiques jusqu’alors sous-représentées. Par ailleurs, l’origine géographique du trafic malveillant s’est déplacée. Les États-Unis et la Chine ont continué à répondre de la plupart du trafic DDoS, mais à la différence du 3ème trimestre 2014 marqué par la domination du groupe BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), le trafic d’attaques DDoS, au 4ème trimestre 2014, a émané, pour l’essentiel, des États-Unis, de la Chine et de l’Europe occidentale. Quelques faits et chiffres marquants :

Par rapport au 4ème trimestre 2013
– Nombre d’attaques DDoS : + 57 %
– Débit crête moyen : + 52 %
– Nombre crête moyen de paquets par seconde : – 77 %
– Attaques de couches applicatives : + 51 %
– Attaques de couches d’infrastructure : + 58 %
– Durée moyenne des attaques : + 28 %
– Nombre d’attaques multivecteurs : + 84 %
– Attaques à plus de 100 Gb/s : + 200 % (9 contre 3)

Par rapport au 3ème trimestre 2014
– Nombre d’attaques DDoS :+ 90 %
– Débit crête moyen des attaques : + 54 %
– Nombre crête moyen de paquets par seconde : – 83 %
– Attaques de couches applicatives : + 16 %
– Attaques de couches d’infrastructure : + 121 %
– Durée moyenne des attaques : + 31 %
– Nombre d’attaques multivecteurs : + 38 %
– Attaques à plus de 100 Gb/s : – 47 % (9 contre 17)

Les botnets à la loupe
Les logiciels malveillants sont souvent utilisés pour favoriser la propagation des botnets DDoS. Leurs caractéristiques – infection multiplate-forme, détection du système d’exploitation et maliciels destructifs – sont exposées dans le Rapport de sécurité. Akamai a, par ailleurs, défini le profil de plusieurs botnets d’attaques visant des applications web au moyen d’une nouvelle technique d’analyse tirant parti de données glanées sur Akamai Intelligent Platform™. Les botnets en question visaient à automatiser la découverte de vulnérabilités dans ces applications web face à des attaques par injection de commandes RFI (Remote File Inclusion) et OS (Operating System). Les experts Akamai ont établi leur profil en isolant des URL et charges utiles de code malveillant identiques entre des attaques apparemment sans lien. Une charge utile a servi à regrouper les données et à cartographier l’activité des botnets, les acteurs en lice et les applications web victimes de ces attaques. Cette technique de profilage permettra de recenser d’autres sources d’attaques.

Neutralisation des bots, scrapers et autres spiders
Si les attaques par déni de service ralentissent considérablement les performances d’un site, les robots d’indexation ont, eux aussi, une incidence, mais dans un degré moindre. Les plus mal codés peuvent même s’apparenter à du trafic DDoS. Akamai établit un classement des robots d’indexation en fonction de leur intérêt et de leur impact sur les performances des sites. Le Rapport de sécurité documente la hiérarchisation et la neutralisation de leurs effets.(Le rapport)

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets