BYOD Chiffrement cryptage Entreprise Fuite de données Propriété Industrielle Sauvegarde

L’assurance contre les cyber-risques d’Allianz ne peut être qu’un « filet de sécurité » pour les entreprises

Le ransomware

Le spécialiste de l’assurance Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) vient d’annoncer une nouvelle gamme de produits destinée à protéger les entreprises contre les problèmes qui peuvent découler d’une cyber-attaque grave ou d’une violation de données. Cette annonce fait suite à de récentes études qui indiquent que les cyber-attaques sont susceptibles de faire perdre plusieurs millions d’euros aux entreprises, dans un contexte où elles sont visées par des cyber-attaques de plus en plus sophistiquées.

Nigel Pearson, responsable de la  cybernétique chez Allianz, déclare à ce sujet que les entreprises ne réalisent pas l’ampleur du risque actuel alors que « de nombreux cybercriminels sont déjà en mesure de pirater les systèmes de petites et moyennes structures, et qu’ils peuvent ainsi trouver un moyen d’accéder aux systèmes des grandes entreprises avec lesquelles ces PME sont partenaires ».

Jean-Pierre Carlin, directeur commercial Europe du Sud chez LogRhythm, a fait les commentaires suivants : « La cybercriminalité et l’espionnage industriel sont devenus tellement banals que les récents incidents n’ont pas réussi à susciter l’intérêt requis des entreprises au moment où ils ont été rapportés. Le fait que la cybercriminalité ait coûté plus de 2,5 milliard d’euros en 2012 aurait dû servir de détonateur et envoyer un message fort et clair aux organisations. Malheureusement, vu les nombreuses attaques médiatisées auxquelles nous avons pu assister jusqu’ici cette année, le chemin est encore long et certains iront même jusqu’à dire que nous sommes déjà en train de perdre la bataille.« 

Ce qui est intéressant ici, cependant, c’est que les assureurs commencent à reconnaître à la fois la nouvelle source de revenus, et les nouvelles opportunités commerciales offertes par cette nouvelle catégorie de risque. Comme les attaques des cybercriminels deviennent plus sophistiqués, et que nous nous rendons compte du caractère inéluctabilité de la crise, il semble logique que les entreprises souhaitent bénéficier du plus haut niveau de protection.

Il est également judicieux pour les assureurs de commencer à reconnaître ce risque lié à l’ère du temps – comme ils l’avaient fait avec le détournement des avions et à la cendre volcanique. Pour les entreprises, les conséquences d’une faille grave pourraient être comparées aux dommages d’un incendie ou d’un cambriolage important – si ce n’est pire… Il ne serait donc pas surprenant de voir d’autres assureurs suivre l’exemple d’Allianz très prochainement.

« Cependant, cette nouvelle prise en compte du risque par l’assurance doit être considérée comme un filet de sécurité, et ne pas donner un prétexte aux entreprises pour entretenir un faux sentiment de sécurité. Il est impératif que les bonnes pratiques en matière de sécurité soient maintenues afin de préserver l’étanchéité des réseaux de l’entreprise. La protection des renseignements personnels devrait être primordiale, par exemple, plutôt que de simplement couvrir les frais d’une violation. Le contrôle de la protection devrait être la norme dans toutes les organisations car il offre une vue étendue de toutes les activités du réseau de façon à ce que si quelque chose de suspect est identifié, il peut être arrêté avant que le mal ne soit fait. Cette protection devrait être élargie aux fournisseurs tiers, comme les petites entreprises qui desservent les grandes, et qui sont de plus en plus perçues comme maillon faible par les pirates qui veulent contourner la sécurité des grandes multinationales« .

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets