Logiciels Mise à jour

Snort prend du poil de la bête avec une annonce de Cisco

Cisco, lors du rachat de Snort en 2012, avait annoncé continuer à soutenir les projets Open Source. Le géant américain va annoncer, ce mardi, qu’il mettait les petits plats dans les grands avec la détection et le contrôle d’accès applicatif Open Source via le langage OpenAppID. Une annonce qui va permettre un développement rapide des contrôles applicatifs grâce à la communauté. « OpenAppID permet de donner aux utilisateurs de Sourcefire toute la flexibilité attendue pour gérer la détection d’application, la corrélation temps réel et le contrôle d’accès applicatif (NGFW) sur des applications spécifiques ou sensibles. » explique à Data Security Breach Cyrille Badeau, Directeur Europe du Sud de Sourcefire. En s’appuyant sur la puissance de l’open source et de sa communauté, Cisco annoncera demain mardi qu’elle offrira désormais la possibilité de créer et d’intégrer de nouvelles fonctionnalités d’accès applicatif open source dans son moteur Snort grâce à OpenAppID. »Un message fort pour la communauté OpenSource et c’est dans la ligne tracée par Marty Roesch (créateur de Snort, ndr) depuis 12 ans. » confirme Cyrille Badeau à DataSecurityBreach.fr.

La détection et le contrôle d’accès applicatif open source est activé par le nouveau langage OpenAppID de Cisco centré sur la couche applicative. OpenAppID fournit une visibilité sur les applications, accélère le développement de systèmes de détection des applications, contrôle et offre à la communauté la possibilité de partager les systèmes de détection pour une meilleure protection. Comme de nouvelles applications sont développées et introduites dans les systèmes d’information des entreprises à un rythme sans précédent, ce nouveau langage permet aux utilisateurs, grâce à une flexibilité accrue, de contrôler les nouvelles applications sur le réseau. OpenAppID est particulièrement intéressant pour les entreprises qui utilisent des applications propres ou personnalisées et pour celles qui évoluent dans des secteurs réglementés qui exigent les plus hauts niveaux de contrôle et d’accès. « L’ouverture de l’OpenAppID va donner au NGFW de CISCO ce que SNORT a donné et donne au NGIPS historique de Sourcefire, indique Cyrille Badeau à Data Security Breach France. Pour ce dernier, le succès de la solution est très liée au caractère OpenSource du moteur de détection. Les clients sensibles vont pouvoir utiliser le NGFW SF-CISCO en gardant le contrôle et la confidentialité nécessaire sur leurs applications maisons et sensibles. »

Snort est le système de détection et de prévention d’intrusions open source et gratuit, créé par Martin Roesch en 1998. La détection et le contrôle applicatif open source permet aux utilisateurs de créer, partager et mettre en place une détection des applications personnalisée pour répondre aux nouvelles menaces qui visent les applications, aussi rapidement que possible.

Martin Roesch, créateur de Snort, Vice-Président et Directeur technique de Cisco Security Business Group précise que « l’open source est très important car il permet de créer une véritable collaboration et une confiance entre les éditeurs et les experts chargés de lutter contre les menaces persistantes et avancées. En plaçant le contrôle applicatif et la visibilité en mode open source, Cisco offre à la communauté une autonomie pour lui permettre de créer des solutions techniquement supérieures afin de répondre aux enjeux de sécurité les plus complexes« .

Dans le cadre de cette annonce, Cisco livre également une nouvelle version du moteur Snort qui inclut les nouveaux préprocesseurs OpenAppID. La communauté Snort a ainsi la possibilité de commencer à utiliser le langage OpenAppID pour créer des systèmes de détection d’applications. En outre, une bibliothèque de plus de 1000 règles OpenAppID sera disponible gratuitement avec la communauté Snort sur http://www.snort.org. Chaque membre de la communauté pourra ajouter des règles, y compris les entreprises qui disposent d’applications propres et qui ne sont pas commercialement disponibles. « Utiliser le NGFW de CSICO – SF sur des applications non connues et spécifiques, termine Cyrille Badeau. Dans beaucoup de cas, ces applications ne peuvent être partagées avec l’éditeur par le client (trop sensible, ndr). Avec OpenAppID, ce partage n est plus nécessaire car l’écriture du détecteur d’application se fait chez le client. (tout comme les règles spécifiques snort, ndr) »

 

 

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets