vulnérables aux cyberattaques données d’une personne décédée

TOR a-t-il été piraté par le FBI ?

Des documents judiciaires utilisés par le gouvernement américain à l’encontre de réseaux de BlackMarket font référence à un groupe de recherche universitaire qui aurait aidé à trouver une faille dans TOR. Le FBI réfute les accusations.

Le service de chiffrement Tor a été conçu pour garder ses utilisateurs anonymes, mais l’année dernière, une faille aurait été découverte. Il y a quelques jours, les informaticiens derrières TOR ont annoncé que cette faille était plausible. Le groupe affirme que Tor a été « infiltré » par le FBI, avec l’aide de chercheurs de l’Université Carnegie Mellon. Ces derniers auraient été payée 1 million de dollars pour leur travail. Le FBI a réfuté ces accusations.

Dans son témoignage, le Projet Tor souligne que l’attaque ayant visé son service a débuté en février 2014. Plus d’une centaine de nouveaux relais sur le réseau Tor avaient été créés à la fin du mois de janvier, et avaient été utilisés jusqu’au 4 juillet 2014. Une infiltration qui aurait permis de collecter des informations. A l’époque, le Projet TOR ne connaissait pas encore le niveau de données collectables. Seule chose certaine pour l’équipe, c’était le Computer Emergency Response Team Carnegie Mellon (CERT) qui était derrière cette « visite ».

L’année dernière, lors du Black Hat de Las Vegas, des chercheurs du Carnegie Mellon devaient expliquer comment, avec du matériel n’ayant pas coûté plus de 3.000 dollars, ils avaient réussi à pirater le réseau TOR. Une conférence annulée au dernier moment. Le projet Tor dit que les chercheurs en question ont cessé de répondre à leurs mails.

TOR accuse le FBI, à la suite de la lecture des documents utilisés par le gouvernement, et le Département de la Justice US, à l’encontre de la boutique de blackmarket Silk Road 2.0. Son créateur, Brian Richard Farrell, aka DoctorClu, avait été arrêté en janvier 2015, et jugé. Le document indique que Farrell avait été identifié grâce à une information obtenue par « un institut de recherche universitaire. » Lors de la perquisition, le mandat judiciaire indiquait, dans les mots de l’agent spécial Michael Larson, que la source du FBI avaient permis de trouver « les adresses IP fiables Tor et des services cachés tels que Silk Road 2.0 ». Des adresses collectée entre Janvier 2014 et Juillet 2014, lors de l’opération Onymous.

L’opération Onymous a été lancée, en 2014, contre des boutiques du blackmarket par Europol, Eurojust, le FBI, le département américain de la Sécurité intérieure, et plusieurs autres services de police. 17 vendeurs et administrateurs de Silk Road 2.0 seront arrêtés, 1 million de dollars US, en Bitcoin, seront saisis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *