crypto-monnaies

Le minage de crypto-monnaies pirate dépasse les ransomwares

L’usage des ransomware a drastiquement chuté au profit du minage de crypto-monnaies. Pendant les trois premiers trimestres de l’année 2018, 5 millions d’utilisateurs ont été attaqués en ligne, par des mineurs de cryptomonnaie, contre 2,7 millions en 2017.  Les infections sont dues, en grande majorité, au téléchargement et à l’installation de logiciels sans licence, ce qui implique un ciblage des victimes plutôt orienté vers le grand public.

Le principe même de la criminalité, qu’il s’agisse du cyber ou du physique, repose sur l’appât du gain, la possibilité de gagner beaucoup d’argent, en très peu de temps. Pendant plusieurs années, le prix des crypto monnaies a été très élevé. Aujourd’hui, les cours sont fluctuants, voire  en chute libre depuis quelques semaines. Très vite, le minage de crypto monnaies ne sera plus rentable car les gains ne couvriront plus les investissements en temps. Ce sera particulièrement vrai si les criminels continuent de cibler les machines individuelles, plutôt que les grandes entreprises disposant de fortes puissances de calcul. En revanche, si les crypto monnaies continuent leur démocratisation, il faudra surveiller les plates-formes d’échange qui pourront devenir de véritables nids d’opportunités pour les criminels dans des opérations de phishing de leur client ou de piratage direct.

 L’extorsion de fonds à grande échelle

Ronan Mouchoux du GReAT explique : «  En mars 2010, la plate-forme pionnière d’échange de cryptomonnaies, BitcoinMarket, effectuait la toute première transaction financière entre bitcoin et monnaie fiduciaire. Un bitcoin échangé alors pour 0.003 dollar US. Huit ans plus tard, l’écosystème s’est développé, avec des milliers de nouvelles blockchains et des centaines de plates-formes de trading. Sur cette durée, au moins 31 piratées pour un montant de 1,3 milliard de dollars. Les détenteurs de crypto monnaies, les développeurs de blockchains et les plates-formes d’échange sont les trois cibles des cybercriminels. Rien qu’au deuxième trimestre 2018, plus de 2 millions de dollars extorqués à des possesseurs de crypto monnaies par phishing ou arnaque. En septembre dernier, l’une des principales plates-formes japonaises d’échange, Zaif, se faisait voler l’équivalent de 60 millions de dollars. »

 

 Investisseurs individuels vs. banques : une inégalité en matière de sécurité

Les crypto monnaies se démocratisent toujours davantage et sont désormais accessibles à la plupart des investisseurs. La tendance devrait encore se renforcer grâce à l’ouverture annoncée du marché directement via les buralistes en 2019. Il faut s’attendre à d’importantes tentatives d’exploitation de failles de sécurité. Les détenteurs de crypto monnaies, les développeurs de blockchain et les plates-formes d’échanges doivent impérativement accroître leur niveau de sécurité, encore beaucoup trop faible par rapport aux banques historiques et traditionnelles. Preuve en est, le plus gros casse bancaire de l’histoire se baptise Carbanak : l’attaque avait entrainé le vol de 1 milliard de dollars. Durant le premier semestre 2018 au Japon, près de 500 millions de dollars dérobés par piratage de plusieurs plateformes d’échanges de ce pays. De quoi attirer les cybercriminels, bien plus qu’avec le minage.

 Comment se protéger ?

Il est primordial pour les utilisateurs de choisir leur plate-forme en fonction de leur sécurité. Pour les plus gros détenteurs de cryptoactifs, on ne peut que recommander fortement d’investir dans un porte monnaies physique à la réputation éprouvée. Quant aux développeurs de blockchain et aux plates-formes d’échanges, ils doivent utiliser des solutions et recruter de véritables experts en cybersécurité. Tout ce qui est tendance sur un marché, l’est aussi pour la cybercriminalité. Bien entendu comme toute activité qui implique un accès en ligne, disposer d’appareils et de solutions à jour et ne pas installer de logiciels non certifiés font partie des recommandations basiques. (Rapport)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *