Des pirates passeraient par des connexions satellites pour effacer leurs traces. Ils agiraient cependant de la Russie.

Les pirates informatiques, du moins les « professionnels », ont une mission qu’il ne souhaite rater pour rien au monde, cacher leurs traces. Bref, cacher leur connexion, leur IP, est une obligation pour une attaque efficace et discrète.

Selon les chercheurs de Kaspersky, un groupe de pirates originaire de Russie aurait exploité des connexions par satellite pour être le plus discret possible. Pourquoi l’espace ? Un satellite diffuse sur un plus large spectre. Plus de pays, plus compliqué à remonter. Les pirates, connus sous le pseudonyme de Turla, utiliseraient donc cette solution de « camouflage » d’IP.

Les chercheurs auraient trouvé des preuves que le gang Turla utilise cette technique depuis au moins 2007. Depuis une décennie, Turla aurait ciblé des organismes gouvernementaux, des ambassades et des militaires dans plus de 40 pays, dont le Kazakhstan, la Chine, le Vietnam et les Etats-Unis. Des codes malveillants exploités par ces pirates, découverts cette année par les chercheurs de l’éditeur de solution de sécurité informatique, cachaient en leur sein des IP, dont deux correspondants à des connexions par satellite.

Les vulnérabilités exploitées par la Turla Team ont été documentées en 2009 et 2010. Les deux adresses IP codées communiquaient avec un serveur appartenant à un fournisseur d’accès Internet par satellite allemand.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets