Cybersécurité Entreprise Fuite de données Mise à jour Patch Propriété Industrielle ransomware Securite informatique

Failles de sécurité : responsables de la sécurité des systèmes d’information, pourquoi faire l’aveugle ?

Matrix Appliances responsables de la sécurité des systèmes d'information RSSI

Selon une enquête réalisée par ServiceNow, 90 % des responsables de la sécurité des systèmes d’information français déclarent que les failles de données dont ils ont connaissance ne sont pas traitées. Les RSSI augmentent l’efficacité de leur réponse aux incidents de sécurité en automatisant les tâches de sécurité et en hiérarchisant les menaces en fonction du risque pour l’entreprise.

Une nouvelle enquête menée par ServiceNow, the enterprise Cloud company, auprès de 300 responsables de la sécurité des systèmes d’information (RSSI — Chief Information Security Officer, CISO) du monde entier souligne la nécessité d’adopter une nouvelle approche pour répondre à l’augmentation du nombre de menaces qui pèsent sur la sécurité des données, ainsi qu’à la hausse de leur coût. Selon cette étude intitulée « The Global RSSI Study: How Leading Organizations Respond to Security Threats and Keep Data Safe », 90 % des RSSI français indiquent que les failles de données détectées ne sont pas traitées (80 % au niveau mondial) et 68 % déclarent pour leur part éprouver des difficultés à hiérarchiser les menaces en fonction du risque qu’elles représentent pour l’entreprise.

Ces lacunes ont un coût : 14 % des RSSI français (13 % au plan mondial) déclarent avoir vécu au cours des trois dernières années une importante faille de sécurité ayant eu un impact important sur l’image ou les finances de leur entreprise. Les processus manuels, le manque de ressources et de talents, ainsi que l’impossibilité de hiérarchiser les menaces grèvent l’efficacité de la réponse aux incidents de sécurité. Résultat, les RSSI augmentent l’automatisation des tâches de sécurité pour répondre et remédier aux failles de sécurité avec une plus grande efficacité.

« En France, les RSSI consacrent de plus en plus de temps à prévenir et détecter des failles de sécurité, mais notre étude souligne que c’est sur la réponse à apporter qu’ils devraient se concentrer », a déclaré Matthieu de Montvallon, Directeur Technique de ServiceNow France. « L’automatisation et l’orchestration de la réponse aux incidents de sécurité constituent le chaînon manquant qui empêche les RSSI d’accroitre de façon significative l’efficacité de leurs programmes de sécurité ».

Principales conclusions de l’étude menée en France via la réponse de responsables de la sécurité des systèmes d’information

· seulement 18 % des RSSI interrogés considèrent que leur entreprise lutte très efficacement contre les failles de sécurité (19 % à l’échelle mondiale) ;

· ce sont les clients qui souffrent le plus de ces lacunes : seulement 38 % des RSSI — en France et dans le monde — pensent protéger les données de leurs clients de façon très efficace contre les failles de sécurité ;

· environ un cinquième des RSSI français (22 %) déclare que les processus manuels entravent la capacité de leur entreprise à détecter des failles de sécurité et à y faire face ; 26 % d’entre eux imputent cette difficulté au manque de ressources ;

· seulement 4 % des RSSI français estiment que leurs employés disposent des compétences nécessaires pour hiérarchiser avec succès les menaces qui pèsent sur la sécurité, contre 7 % au plan mondial.

Au sein du panel couvert par cette enquête, un petit groupe (11 % à l’échelle mondiale et 14 % en France) de « leaders dans la lutte contre les incidents de sécurité » affiche une tendance différente en ce sens où ils souhaitent :

· automatiser un pourcentage supérieur d’activités de sécurité, en incluant des tâches plus avancées telles que les rapports de tendances ;

· hiérarchiser les réponses aux alertes de sécurité en fonction du niveau de risque pour l’entreprise ;

· et nouer des relations plus étroites avec la DSI et autres services de l’entreprise.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets