Home sweet home pokemonGo
La folie PokemonGo n’est plus à démontrer. Il suffit de marcher dans les rues, dans les parcs, sur les plages pour croiser des centaines de « dompteurs ». La question se pose tout de même : et si ce jeu n’était qu’un maître espion.

Ah, le grand jeu vidéo de l’été. Chasser des petits bêtes via l’application PokemonGo. De la « pseudo » réalité augmentée qui a su attirer des millions d’adeptes en quelques jours. Des millions de joueurs qui fournissent des milliards de données privées.

Pokemon GO récupère la position GPS, l’historique des endroits visités, la fréquence et les habitudes de jeu. Un archivage pour une période indéterminée. La société californienne collecte adresses Google, Facebook, l’ensemble de vos informations publiques, l’IP de l’utilisateur, le nom et la version de votre système d’exploitation.

Cerise sur le gâteau, Pokemon Go sauvegarde aussi le nom de la page Web que vous visitiez avant de jouer à Pokémon Go, ainsi que les mots clés que vous avez pu utiliser pour rejoindre PokemonGo lors de votre première visite. A noter que la lecture des conditions d’utilisations est, une fois de plus, magique. L’éditeur Niantic se dégage de toute responsabilité en cas de partage des données. Des données baptisées « actifs ». Autant dire que les partenaires Google et Pokémon Company font partis de ces collecteurs. Un véritable trésor numérique.

Home sweet home pokemonGo

Les joueurs peuvent réclamer la destruction des données. Il faut envoyer un mail, ou visiter la page dédiée, ou écrire une lettre postale. Cependant, n’oublier pas de réclamer la destruction des mêmes données qui se retrouvent dans les sauvegardes.

Pour rappel, l’application était capable, à son lancement, d’ouvrir votre compte Google. Niantic avait le droit de modifier l’ensemble des données, lire vos courriels Gmail, modifier vos documents Google Drive, consulter votre historique de recherche, vos photos personnelles. Du bonheur que cette famille de Pikachu ! Est-ce que cela vaut-il vraiment le coup de lâcher toutes ses données pour quelques Pokeballs ? Bref, une fois de plus, quand une application est gratuite, c’est vous qui êtes le produit. Et si on regarde un peu plus loin, sans la jouer complotiste, PokemonGo n’aurait-il pas un but plus discret, celui de cartographier là ou Google ne peut se rendre avec ses Google Caméra ?

A lire, l’étude de SANS Institut sur l’analyse du logiciel.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets