Base de données Cybersécurité Entreprise Mise à jour

Analyser ses logs, 33% des entreprises le font correctement

vulnérabilités

Pour respecter la Réglementation Européenne sur la protection des données, l’entreprise doit être capable d’analyser les millions de données qu’elle collecte chaque jour. Avec 238 millions de logs collectés en moyenne par jour dont « seulement » 33% sont analysés, les entreprises n’ont pas conscience de toutes les données personnelles qu’elles ont en leur possession.

Balabit, a présenté lors du FIC 2016 sa Suite de solution Contextual Security Intelligence (CSI) permettant aux entreprises d’assurer leur conformité aux exigences réglementaires, notamment la nouvelle Réglementation Européenne sur la protection des données (GDPR), grâce à la collecte, l’analyse et le stockage optimisés de leurs logs, la surveillance des actions des utilisateurs privilégiés, et la détection des comportements utilisateurs suspects. Une suite qui offre également une protection renforcée contre les menaces internes et l’utilisation frauduleuse de comptes utilisateurs par des attaquants externes, que 70% des professionnels de sécurité considérent comme les menaces les plus risquées, selon une étude de Balabit.

La collecte et le traitement des logs directement impactés par la GRDP
Les actions des utilisateurs ainsi que les applications laissent quasiment toutes des empreintes – dans le réseau – qui  sont collectées dans les logs. Même si les noms des individus ne sont pas collectés, la gestion des logs inclut des données personnelles. Or les propriétaires des données étant considérés comme des personnes physiques identifiables directement ou indirectement, les entreprises collectant et gérant des quantités importantes de logs (cela inclut par exemple des adresses emails, des adresses IP, des données de géolocalisation, des données de santé, etc.) sont directement impactées par les exigences dictées par la GRDP. Les entreprises doivent ainsi se préparer à répondre à de nouvelles exigences car les sanctions en cas d’infraction sont particulièrement lourdes : jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% de leur chiffre d’affaires mondial pour les entreprises victimes de faille de sécurité ayant impactées les données à caractère personnel en leur possession. Et cette sanction réglementaire s’ajoute aux coûts déjà importants générés par une violation de données, que l’institut Ponemone estime en moyenne à 3,5 millions de dollars pour l’entreprise victime.

Toutefois, les sanctions peuvent être réduites lorsque les entreprises utilisent les solutions de sécurité adaptées répondant aux exigences de la GDPR (par exemple : l’anonymisation, la pseudonymisation et le chiffrement des logs). Le problème pour les entreprises est que le volume de logs générés chaque jour au sein de leur réseau est considérable. Selon une étude menée par Balabit, une entreprise collecte en moyenne 238 millions de logs chaque jour et est capable d’analyser 33% de ces logs. Les 67% de logs non analysés peuvent toutefois contenir des données personnelles dont l’entreprise n’a donc pas connaissance (cf. infographie en pièce jointe).

La mise en place de solutions adaptées pour traiter toutes leurs données de logs revêt donc un véritable enjeu de conformité pour les entreprises. Mais au delà, cela leur assurerait une vraie visibilité sur les données qu’elles collectent et stockent : un élément indispensable pour avoir la capacité de mener des analyses forensiques.

Zoltán Györko, CEO de Balabit déclare : « La protection des données est un enjeu majeur et la GDPR de même que l’invalidation du Safe Harbor par l’Union européenne, sont des signaux positifs envoyés aux entreprises et aux citoyens européens. Toutefois, le problème est que de nombreuses entreprises possèdent automatiquement des données générées par les utilisateurs, tout en ne sachant pas qu’il s’agit de données personnelles. Le Règlement Européen sur la protection des données va inciter ces entreprises à en faire plus pour conserver et gérer ces données ».

Visibilité avancée dans le cadre d’investigation post-incident
En intégrant la gestion des logs, la surveillance des utilisateurs privilégiés et le nouvel outil d’analyse comportementale des utilisateurs, Balabit garantit aux entreprises leur conformité aux nouvelles exigences réglementaires, notamment en matière de collecte et conservation des données de logs,  indispensables en cas d’investigation post incident. La nouvelle Suite Contextual Security Intelligence de Balabit inclut syslog-ng, l’outil de collecte et de traitement de gestion des logs de référence sur le marché. syslog-ng peut collecter plus de 650 000 messages de logs par seconde, issus de milliers de sources différentes, tout en garantissant l’authenticité de la preuve numérique dans le cadre d’investigation post-incident.

En réponse à la GDPR, syslog-ng renforce également la sécurité des données de logs grâce à leur anonymisation, pseudonymisation et chiffrement, prévenant ainsi leur utilisation par de potentiels cybercriminels. Un argument fort obtenir une réduction des sanctions prévues par la GDPR en cas d’incident. La Suite CSI inclut des interfaces utilisateur avancées qui offrent aux équipes de sécurité une visibilité instantanée sur le paysage des menaces et leur permettent de zoomer sur les activités les plus à risques. Elle délivre ainsi un haut niveau de visibilité dans le cadre d’investigations, grâce notamment à des fonctionnalités de recherche avancée et la capacité de rejouer en vidéo les activités des utilisateurs enregistrées.

Le Machine Learning au service de la surveillance des comportements utilisateurs
Avec sa nouvelle Suite Contextual Security Intelligence, Balabit offre une solution de sécurité qui protège activement les entreprises contre les menaces liées aux abus d’utilisation des comptes utilisateurs. Grâce à l’analyse comportementale et l’outil Blindspotter, les responsables sécurité de l’entreprise disposent d’une meilleure visibilité et compréhension des activités des utilisateurs. Les menaces de sécurité potentielles peuvent ainsi découvertes avant que les données ne fuitent ou ne soient détruites. A titre d’exemple Blindspotter est capable d’identifier les comptes détournés par des pirates et d’empêcher les cybercriminels d’accéder aux données sensibles détenues par l’entreprise.

Le Machine Learning ainsi que des algorithmes avancés sont utilisés pour définir les profils de comportements normaux des utilisateurs et ainsi identifier les anomalies qui sont potentiellement des menaces de sécurité. De cette manière, les menaces inconnues peuvent être priorisées et investiguées avec une large visibilité sur les circonstances de la menace.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets