Cyber-attaque Cybersécurité escroquerie Hacking Mise à jour Particuliers Patch Piratage

Un million d’ordinateurs piégés par un botnet

zombies Sednit Fleercivet Xagent ransomwares espion LatentBot ransomwares Effacer les virus SynAck virus

Un botnet infectant près d’un million de machines détourne les requêtes effectuées sur Google, Bing et Yahoo. Les programmes d’affiliation publicitaires génèrent des millions de dollars de revenus, ce qui n’a pas échappé aux pirates. Les redirections frauduleuses de trafic et le détournement de clics sont exploités depuis longtemps.

Il y a seulement quelques semaines, les auteurs du malware botnet DNSChanger ont été condamnés à sept ans de prison pour ce type de pratiques. Grâce à ce malware, Vladimir Tsatsin avait ainsi pu gagner un million de dollars en modifiant les paramètres DNS des ordinateurs infectés pour détourner les publicités, effectuer du « clickjacking » ou modifier les résultats des moteurs de recherche. Avec la nouvelle génération de clickbots tels que le Trojan Redirector.Paco ce type de détournement de revenus publicitaires prend une ampleur sans précédent. Le cheval de Troie Redirector.Paco repose sur un fichier PAC (Proxy auto-config) permettant de rediriger toutes les recherches effectuées via Google, Bing ou Yahoo des machines infectées sur des résultats définis par les pirates.

Comment ça marche ?
L’objectif du malware est de rediriger tout le trafic généré lors de l’utilisation d’un des principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo ou Bing) et de remplacer les résultats de cette recherche par ceux obtenus à partir d’un autre moteur conçu à cet effet. Le but étant de permettre aux cybercriminels de gagner de l’argent grâce au programme AdSense. Le programme Google AdSense for Search affiche normalement des publicités contextuelles sur les pages de résultats du moteur de recherche et partage une partie de ses revenus publicitaires avec les partenaires du réseau AdSense. Pour rediriger le trafic, le malware effectue quelques réglages simples au niveau du registre. Il modifie les valeurs des clés AutoConfigURL et AutoConfigProxy des paramètres Internet de sorte que pour chaque requête effectuée par l’utilisateur, une requête de fichier PAC (Proxy auto-config) soit effectuée. Ce fichier impose au navigateur Web de rediriger le trafic vers une adresse différente.

Le malware s’efforce de donner une apparence d’authenticité aux résultats obtenus. Cependant, certains indices devraient normalement alerter les utilisateurs. Dans la barre d’état du navigateur, des messages tels que « Waiting for proxy tunnel » ou «Downloading proxy script » peuvent être affichés. Deuxièmement, la fausse page Google est anormalement longue à charger. De plus, le malware n’affiche pas les lettres colorées habituelles du logo Google au-dessus des numéros de page. Le botnet Redirector.Paco est en activité depuis la mi-septembre 2014. Depuis, il a réussi à infecter plus de 900 000 adresses IP dans le monde entier, principalement en Inde, Malaisie, Grèce, Italie, au Pakistan, au Brésil, aux États-Unis, et en Algérie.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets