Cyber-attaque Cybersécurité DDoS Leak

La place de la France dans la cyberdéfense de l’Otan

François Loncle, député socialiste de l’Eure a interrogé le Ministre de la Défense (QSuestion 52074) sur la réflexion stratégique en matière de cyberdéfense. Après plusieurs années de coopération, la France a décidé à l’été 2013 d’adhérer officiellement au Centre d’excellence de cyberdéfense de l’OTAN (CCD-COE) basé à Tallinn (Estonie). Elle rejoint une institution créée en 2008, installée dans une ancienne caserne et regroupant onze autres pays, dont l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Pologne, les États-unis.

L’idée de ce centre avait été lancée par l’Estonie qui avait subi, en 2007, des attaques informatiques, ce qui avait mis en évidence la vulnérabilité potentielle des membres de l’Alliance atlantique à ce type de menace. Ce centre remplit plusieurs fonctions : il réfléchit à la codification juridique de la cyberdéfense ; il incorpore la dimension informatique dans la réflexion tactique et stratégique ; il envisage des contre-mesures à des agressions informatiques ; il forme des militaires à la gestion d’incidents, à l’infiltration, à la balistique digitale, à la surveillance et à la prévention, en particulier en organisant des simulations de cyberattaques. Il lui demande donc de lui fournir des précisions chiffrées sur le personnel militaire français en poste au CCD-COE, sur la participation financière française à ce centre, sur les activités concrètes de celui-ci.

Le député a demandé à connaître les résultats du dernier exercice CCD-OTAN de novembre 2013 et savoir comment s’est comporté notre réseau informatique national, en comparaison de celui de l’OTAN basé en Belgique. Nous attendons avec impatience le « secret défense » qui sera accolé à la potentielle réponse !

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets