Cybersécurité Emploi Entreprise Fuite de données Mise à jour Patch ransomware Sauvegarde

Les équipes de sécurité sont dépassées par le nombre d’alertes de sécurité quotidiennes

76% des professionnels de sécurité interrogés par Rapid7 déclarent ne pas arriver à gérer plus de 25 alertes par jour alors que 29% d’entre eux reçoivent quotidiennement plus de 75 alertes de sécurité.

Rapid7, éditeur de solutions de sécurité analytique des données, dévoile les résultats de son étude 2015 sur la détection des menaces et la réponse aux incidents de sécurité. Face aux enjeux cruciaux de la protection des données de l’entreprise dans des contextes de réseaux étendus, les équipes de sécurité augmentent progressivement leurs capacités de détection des menaces et de réponses à incidents.

A travers une étude menée auprès de 271 professionnels de sécurité dans 20 pays, Rapid7 a cherché à analyser et à mieux comprendre le contexte et les problématiques auxquelles sont confrontées les équipes de sécurité en entreprise – leurs initiatives, les outils utilisés et leurs défis au quotidien – en matière de détection des menaces et de réponses aux incidents de sécurité.

Les équipes sécurité dépassées par le nombre d’alertes de sécurité générées par les équipements
Parmi les enseignements importants de cette étude, il ressort que les équipes de sécurité sont submergées par un volume d’alertes de sécurité trop important et pour lesquelles elles ne peuvent procéder à des recherches approfondies :

–       Les professionnels de la sécurité signalent un écart entre le nombre d’alertes générées par leurs systèmes de détection et le nombre de ces alertes que leurs équipes sont capables de gérer – c’est à dire de consulter, d’enquêter et de remédier.

–       76% des personnes interrogées n’arrivent pas à gérer plus de 25 alertes par jour, alors que 29% d’entres elles reçoivent plus de 75 alertes de sécurité par jour

La détection du vol d’identifiants : le problème majeur des équipes sécurité
Bien que cela souligne la nécessité d’une meilleure contextualisation, corrélation et hiérarchisation des alertes, les entreprises ne sont toujours pas satisfaites de leur capacité à détecter le premier vecteur d’attaque à l’origine des failles de sécurité : le vol d’identifiants.

–       90% des professionnels interrogés s’inquiètent des attaques utilisant des identifiants dérobés, et 60% déclarent ne pas bénéficier de solutions adaptées pour détecter le vol d’identifiants.

Concrètement, les équipes de sécurité ont toutes le même défi : elles doivent gérer trop d’alertes de sécurité ; les enquêtes sur chaque alerte prennent trop de temps ; elles ont trop peu de visibilité contextuelle sur les utilisateurs et les risques sur leur réseau.

Face à ces problématiques, les professionnels interrogés ont mis en place trois grandes initiatives en 2015, (dans l’ordre) :
1)    Le déploiement et le maintien d’une solution SIEM
2)    Le développement de leur programme de gestion des vulnérabilités
3)    L’amélioration ou le remplacement de leur réseau de pare-feu

L’étude rapporte également que 52% des entreprises interrogées utilisaient déjà un SIEM en 2015 alors que 21% prévoyaient de s’équiper dans le futur. Alors que la capacité flexible à agréger et corréler les logs permet aux entreprises de surveiller simultanément les données issues de pare-feu, de terminaux et des DNS, les professionnels estiment qu’il subsiste toujours un manque à ce niveau pour les services Cloud, des protocoles DHCP et des honeypots.

Les services Cloud, une surface d’attaque à risque
Les services Cloud sont une surface d’attaque importante et à risque, puisque 79% des personnes sondées dans le cadre de l’étude Rapid7 déclarent utiliser au moins un service Cloud, particulièrement Office 365, Google Apps et Salesforce. Pour les cybercriminels, il s’agit de voler les identifiants pour accéder aux dossiers confidentiels placés dans ces services. Et à ce sujet, les professionnels sont 59% à signaler un manque de visibilité au niveau de la sécurité des services Cloud.

Léonard Dahan, Regional Sales Manager pour la région Europe du Sud de Rapid7 indique à DataSecurityBreach.fr que « les enseignements de cette étude démontrent que les équipes de sécurité doivent prioriser la détection des identifiants compromis et les comportements suspicieux, non seulement sur le réseau mais également en local sur les postes de travail, tout comme autour des services Cloud. Le point positif est que les entreprises continuent de s’équiper et de mettre en place des programmes de détection et de réponse à incidents. Mais les équipes de sécurité doivent également s’appuyer sur une approche qui leur permettra d’améliorer la précision des alertes détectées, d’accélérer les enquêtes post-incidents et de mettre en évidence les risques liés aux utilisateurs de leur terminal jusqu’au Cloud ».

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets