Cyber-attaque DDoS Entreprise Fuite de données Leak

Les principales menaces de sécurité qui pèsent sur les entreprises

HP vient de publier son rapport Cyber Risk Report 2013, où sont identifiées les principales vulnérabilités qui touchent les entreprises dans le domaine de la sécurité. Cette étude propose par ailleurs une analyse du paysage des menaces, actuellement en pleine expansion.

Réalisée par le laboratoire de la recherche en sécurité HP Security Research, cette étude annuelle fournit des données complètes et une analyse approfondies des questions de sécurité les plus pressantes pour les entreprises. Cette édition dévoile les facteurs qui ont le plus contribué à élargir la surface d’attaque en 2013 – à savoir l’utilisation croissante des terminaux mobiles, la prolifération des logiciels non sécurisés et l’utilisation croissante de Java – tout en proposant aux entreprises des mesures appropriées pour réduire les risques de sécurité, ainsi que l’impact global des attaques.

« Les hackers sont plus performants que jamais et ils collaborent plus efficacement entre eux dans le but d’exploiter au mieux les vulnérabilités sur une surface d’attaque en expansion permanente », a déclaré Jacob West, directeur de la technologie, Enterprise Security Products, HP. « L’industrie doit par conséquent faire preuve de proactivité et partager les renseignements et les tactiques de sécurité pour lutter contre les activités malveillantes entraînées par un marché du cybercrime en plein essor. »

Faits marquants et principales conclusions de l’étude Cyber Risk 2013
·  Si les recherches consacrées aux vulnérabilités ont continué à susciter un vif intérêt, le nombre total de vulnérabilités annoncées officiellement a baissé de 6 % en un an, tandis que le nombre de vulnérabilités importantes a diminué pour la quatrième année consécutive (-9 %). Bien que non quantifiable, ce déclin peut être l’indication d’une forte augmentation des vulnérabilités qui ne sont pas annoncées officiellement mais, au contraire, qui sont transmises au « marché noir » en vue d’une utilisation privée et/ou malveillante.

·  Près de 80 %(2) des applications examinées contenaient des vulnérabilités dont l’origine se situe à l’extérieur du code source. Même un logiciel développé avec rigueur peut s’avérer particulièrement vulnérable s’il est mal configuré.

·  Les définitions variables et incohérentes du terme « malware » compliquent l’analyse des risques. Dans un examen portant sur plus de 500 000 applications mobiles pour Android, HP a constaté des écarts importants entre la façon dont les moteurs antivirus et les fournisseurs de plateformes mobiles classent les logiciels malveillants.(3)

·  46 %(2) des applications mobiles étudiées utilisent le chiffrement de manière inappropriée. L’étude de HP montre que les développeurs d’applications mobiles font rarement appel aux techniques de chiffrement pour stocker des données sensibles sur les appareils mobiles, s’appuient au contraire sur des algorithmes faibles, ou utilisent de façon inappropriée des outils de chiffrement plus forts, ce qui les rend inefficaces.

·  En 2013, Internet Explorer était l’application la plus ciblée par les spécialistes en vulnérabilités de la HP Zero Day Initiative (ZDI) avec plus de 50 %(4) des vulnérabilités acquises par le programme. Cette attention est liée au fait que les forces du marché [officielles et illégales] concentrent leurs recherches sur les vulnérabilités de Microsoft, ce qui ne reflète pas le niveau de sécurité global d’Internet Explorer.

·  Les vulnérabilités liées au contournement de la « sandbox » des applications sont les plus fréquentes et les plus graves pour les utilisateurs de Java(2). Les hackers ont considérablement haussé le niveau des agressions contre Java en ciblant simultanément plusieurs vulnérabilités connues (et « jour zéro ») dans des attaques combinées menées contre des objectifs spécifiques.

Principales recommandations
Dans un environnement où les cyberattaques sont de plus en plus nombreuses et la demande en logiciels sécurisés de plus en plus forte, il est impératif d’éliminer les possibilités de révéler involontairement des informations pouvant être exploitées par des pirates informatiques. Les entreprises comme les développeurs doivent rester au fait des failles de sécurité dans les frameworks et autres codes tierce partie, tout particulièrement dans le cas des plates-formes de développement mobile hybrides. Des directives de sécurité robustes doivent être appliquées pour protéger l’intégrité des applications et la confidentialité des utilisateurs. S’il est impossible d’éliminer la surface d’attaque sans pénaliser les fonctionnalités, une bonne combinaison des personnes, des processus et des technologies peut permettre aux entreprises de minimiser efficacement les vulnérabilités alentour pour réduire considérablement les risques globaux. La collaboration et le partage de renseignements sur les menaces entre les professionnels de la sécurité informatique permet de connaître de façon plus approfondie la tactique des adversaires, avec à la clé des stratégies de défense davantage proactives, l’incorporation de protections renforcées dans les solutions de sécurité proposées, et un environnement globalement plus sûr.

HP publie son étude Cyber Risk chaque année depuis 2009. Le laboratoire HP Security Research s’appuie sur un certain nombre de sources internes et externes pour réaliser cette étude, parmi lesquelles la HP Zero Day Initiative, les évaluations de sécurité HP Fortify on Demand, les études de sécurité HP Fortify Software Security Research, les laboratoires ReversingLabs et le référentiel de vulnérabilités du gouvernement américain (National Vulnerability Database). La méthodologie complète est présentée en détail dans le rapport.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets