Virus Rombertik : rien de nouveau chez le malveillant

Suite à la découverte du malware Rombertik par les équipes de Cisco, il s’avère que le microbe n’a rien de bien nouveau. Il additionne les attaques.

Il n’y a rien de neuf dans ce que fait le malware Rombertik, donc ce n’est pas vraiment une « nouvelle génération » en tant que telle. Il s’agit surtout d’une compilation de plusieurs attaques simultanées « Le premier objectif du malware est de voler les données confidentielles utilisées dans le navigateur Internet. explique Christophe Kiciak, de chez Provadys. Dans le cas où il n’y arrive pas, il passe a son second objectif qui consiste à rendre le poste inutilisable« . Un petit souvenir du virus Leonard de Vinci ?

Rombertik est un spyware de navigateur polyvalent ; c’est également un malware conçu pour pirater les transactions du navigateur et lire des informations d’identification telles que les combinaisons noms d’utilisateurs/mots de passe de messagerie, de comptes bancaire ou d’autres systèmes, et de renvoyer ces informations d’identification au serveur des attaquants. Rombertik sabote le Master Boot Record (MBR) pour empêcher le redémarrage de l’ordinateur attaqué, ou à défaut, chiffre les données de l’utilisateur. Un blocage qui a le goût d’un ransomware, mais sans la rançon. Les données ne sont pas récupérables du tout.

Etant donné que Rombertik est très sensible à la traditionnelle sandboxing réactive, il est crucial d’utiliser des systèmes de défense modernes – prédictifs. Des systèmes qui n’attendent pas qu’un utilisateur clique pour déclencher un téléchargement potentiel de Rombertik. De plus, comme le malware peut être expédié via de multiples vecteurs – comme Dyre, via des URL ou des fichiers .doc ou .zip/exe etc. – il est crucial d’utiliser des systèmes qui examinent l’ensemble chaîne destructrice, et bloquent l’accès des utilisateurs aux URL et pièces jointes envoyées par emails avant ceux-ci ne cliquent dessus.

« Les aspects « autodestruction » de Rombertik étant susceptibles d’être déclenchés par les technologies telles que les antivirus, il est crucial que les entreprises utilisent des systèmes automatisés de réponse aux menaces » confirme à DataSecurityBreach.fr Charles Rami, responsable technique Proofpoint.

Des systèmes qui peuvent localiser et bloquer l’exfiltration de données par Rombertik – sans – déclencher d’action sur le PC, et alerter les équipes de sécurité pour répondre rapidement aux dommages pouvant être causés.

Bref, pour se protéger de Rombertik, ici aussi rien de nouveau sous les palmiers : ne pas cliquer sur n’importe quoi ; mettre l’ensemble de ses logiciels à jour ; ne pas utiliser l’ordinateur avec un compte administrateur. Cela vous évitera de donner l’ensemble de vos privilèges au pirate ; faire des sauvegardes et s’assurer qu’elles fonctionnent.

1 commentaire sur “Virus Rombertik : rien de nouveau chez le malveillant”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *