Olivier Iteanu

Augmentation des attaques et des tactiques plus agressives du groupe d’extorsion DD4BC

Akamai indique dans une nouvelle étude une forte augmentation des attaques DDoS provenant du groupe d’extorsions de Bitcoin DD4BC.

Akamai Technologies, Inc., publie, via PLXert (Prolexic Security Engineering & Research), présente une nouvelle étude dans le domaine de la cybersécurité. Elle fait état d’une augmentation des attaques DDoS provenant du groupe d’extorsions de Bitcoin DD4BC, contre les clients d’Akamai entre septembre 2014 et août 2015. Depuis avril 2015, l’équipe a identifié 114 attaques de DD4BC, dont certaines, plus agressives, ciblant la réputation de marques via les réseaux sociaux.

« DD4BC exploite les attaques DDoS pour extorquer des paiements en Bitcoin de ses victimes en échange d’une protection contre de futures attaques », explique Stuart Scholly, Senior Vice President & General Manager, Security Division d’Akamai. « Les dernières attaques en date, visant principalement le secteur des services financiers, ont fait appel à de nouvelles stratégies et tactiques destinées à harceler, exercer un chantage, puis finalement mettre à mal publiquement la victime. »

Qu’est-ce que le groupe DD4BC et quel est son mode opératoire ?

Le groupe DD4BC est à l’origine d’un grand nombre de campagnes d’extorsion de Bitcoin dont les premières remontent à 2014. L’an passé, le groupe a étendu ses extorsions de fonds et attaques DDoS à un éventail plus large de secteurs d’activité, parmi lesquels les services financiers, les médias et le divertissement, le jeu en ligne et la grande distribution. Le groupe informe ses victimes par e-mail qu’une attaque DDoS de bas niveau va être lancée contre leur site Web, De juin à juillet 2015, l’intensité de certaines de ces attaques a dépassé 20 Gbit/s. Il exige ensuite une rançon en Bitcoin pour protéger l’entreprise contre une attaque DDoS de plus grande ampleur qui pourrait rendre son site Web inaccessible. PLXsert a retracé l’historique des activités du groupe dans le Bulletin de sécurité Akamai : profil opératoire de DD4BC, publié en avril 2015.

DD4BC utilise les réseaux sociaux pour exploiter les entreprises

D’après les recherches de PLXsert, DD4BC a récemment menacé de divulguer sur les réseaux sociaux le nom des entreprises ciblées, aggravant ainsi les dommages causés par l’attaque DDoS proprement dite. L’objectif est d’attirer l’attention sur la capacité du groupe à provoquer des interruptions de services en révélant publiquement l’identité de leur cible et en ternissant la réputation de l’entreprise via ces canaux à très forte audience.

Pour ce faire, le groupe DD4BC s’appuie généralement sur des campagnes d’attaques DDoS à vecteurs multiples, en s’en prenant à d’anciennes cibles et en y intégrant des attaques au niveau de la couche 7, pour se concentrer en particulier sur la vulnérabilité pingback de WordPress. Cette faille est utilisée pour envoyer à la victime, des requêtes GET itératives en miroir afin de saturer son site Web. Les chercheurs Akamai ont vu cette technique d’attaque intégrée dans des booters DDoS.

Neutralisation des menaces

Depuis septembre 2014, l’étude PLXsert a observé au total 141 attaques DD4BC confirmées contre des clients d’Akamai. La bande passante moyenne de ces attaques DDoS s’établit à 13,34 Gbit/s, la plus importante ayant atteint 56,2 Gbit/s. (L’étude)

1 commentaire sur “Augmentation des attaques et des tactiques plus agressives du groupe d’extorsion DD4BC”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *