Cyber-attaque DDoS Piratage

DDoS : plus loin, plus fort

DDoS prison

Une nouvelle enquête étudie les conséquences des attaques par DDoS et qualifie la réaction des entreprises face aux menaces actuelles.

Corero Network Security, spécialiste des solutions de sécurité contre les attaques par DDoS avec Première Ligne de Défense, publie les résultats d’une enquête menée lors d’Infosecurity en Europe et de la Conférence RSA 2015 aux Etats-Unis. Plus de la moitié des professionnels de la sécurité (52%) déclarent que la perte de confiance des clients est la conséquence la plus néfaste des attaques DDoS pour leurs entreprises. En outre, un cinquième des répondants (22%) indique que les attaques DDoS ont un impact direct sur leurs résultats – perturbant la disponibilité du service et empêchant que l’activité soit génératrice de revenus.

« La capacité d’une entreprise à maintenir la disponibilité du service pendant une attaque DDoS est primordiale pour conserver la clientèle, ainsi que pour gagner de nouveaux clients, sur un marché très concurrentiel », déclare à DataSecurityBreach.fr Dave Larson, CTO et Vice-Président Produits chez Corero Network Security. « Quand un utilisateur final se voit refuser l’accès à des applications Internet ou si des ralentissements le gênent, le résultat financier est immédiatement impacté. »

Un cinquième des personnes interrogées citent l’infection par virus ou par logiciel malveillant comme la conséquence la plus destructrice d’une attaque DDoS, alors que pour 11%, le vol de données ou la perte de propriété intellectuelle résultant d’une attaque DDoS reste le plus préoccupant.  Les attaques par DDoS sont souvent utilisées comme technique de diversion avec une arrière-pensée. Leur intention n’est pas toujours le déni de service. Il s’agit plutôt d’un moyen détourné, destiné à affaiblir les défenses sécuritaires, submerger les outils de logging et distraire les équipes informatiques tandis que diverses formes de malware se faufilent.

Près de la moitié des personnes interrogées admettent n’agir que par réaction aux attaques DDoS. Lorsqu’on leur demande comment elles savent qu’elles ont subi une attaque DDoS, 21% citent comme indicateur de l’attaque les plaintes des clients pour un problème de service, 14% les pannes d’infrastructure (par exemple, lorsqu’un pare-feu tombe), tandis que 14% évoquent les défaillances des applications, tel un site Web en panne pour les alerter qu’un DDoS est en cours. En revanche, moins de la moitié des répondants (46%) est capable de détecter par avance le problème, grâce à l’utilisation d’autres outils de sécurité réseau, remarquant les pics élevés de bande passante, signe avant-coureur qu’une attaque est imminente.

«  C’est malheureux – mais encore bien trop fréquent – que ce soit vos clients qui vous alertent d’une interruption de service. D’un point de vue technique, il est beaucoup plus difficile de faire face à une panne si vous n’êtes pas sur la défensive. La protection en temps réel est réellement le seul moyen pour combattre de manière proactive les attaques DDoS qui ciblent l’entreprise », remarque Dave Larson. « L’utilisation d’un centre de nettoyage hors site pour la mitigation des attaques DDoS revient à jouer au chat et à la souris. Avec 96% des attaques DDoS qui ne dépassent pas les 30 minutes, lorsque la demande de défense est engagée, il est déjà trop tard et les dommages sont faits. »

Environ 50% des personnes qui ont répondu comptent sur les infrastructures informatiques traditionnelles, comme les pare-feu ou les systèmes de prévention contre les intrusions pour se protéger des attaques DDoS ou bien dépendent de leur fournisseur en amont pour faire face aux attaques. Seulement 23% des personnes interrogées ont une protection dédiée contre les DDoS, via une technologie basée sur des appliances sur site ou provenant d’un fournisseur de services cloud anti-DDoS. Il semble cependant que de nombreuses organisations aient pris la mesure des conséquences des attaques DDoS, puisque 32% indiquent qu’elles ont l’intention d’adopter une solution de défense anti-DDoS dédiée pour mieux protéger leur entreprise à l’avenir.

Les attaquants inventent de nouvelles façons d’appliquer la tactique des DDoS et de masquer les logiciels malveillants et autres exploits de vulnérabilité, ce qui montre que le DDoS est un type de menace en mutation que l’entreprise connectée à Internet ne peut pas se permettre de négliger. On ne peut pas décider de compter sur l’infrastructure traditionnelle ou les services en amont pour se protéger contre les fréquentes attaques DDoS de plus en plus sophistiquées. Une technologie dédiée à la protection contre les DDoS, déployée en périphérie immédiate du réseau, ou l’appairage (peering) en mode Internet peut effectivement inspecter tout le trafic Internet et mitiger les attaques DDoS en temps réel, éliminant ainsi la menace sur votre entreprise avant que des dommages ne lui soient infligés.
L’enquête menée par Corero Network Security a étudié l’avis de 100 professionnels de la sécurité informatique présents aux conférences Infosecurity en Europe et RSA aux Etats-Unis. RSA s’est déroulée à San Francisco, en Californie du 20 au 24 Avril 2015 tandis qu’Infosecurity Europe a eu lieu à Londres du 2 au 4 Juin 2015.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets