Communiqué de presse Cybersécurité Securite informatique

Le coût moyen des attaques DNS a augmenté de 49% en 2018 et s’élève à près d’un million d’Euros

Une étude d’EfficientIP, en partenariat avec IDC, pointe que le nombre d’attaques – au niveau mondial – a augmenté de 34 % en 2018. En France, elles augmentent également pour un montant estimé à 937 000 euros par attaque.

EfficientIP, pépite française leader dans l’automatisation et la sécurité réseau qui assurent la continuité du service, la protection des utilisateurs et la confidentialité des données, annonce les résultats de son étude annuelle « Global DNS Threat Report 2019 » menée en partenariat avec IDC. Cette étude examine les causes et l’évolution des menaces DNS, ainsi que leurs effets potentiels sur les entreprises du monde entier.

L’année dernière, le nombre d’attaques DNS a augmenté en moyenne de 34 %, passant à 9,45 attaques au niveau mondial ; cette augmentation a coûté près d’un million d’euros par attaque à 20 % des entreprises concernées et provoqué l’indisponibilité d’applications pour 63 % d’entre elles. Ce constat confirme le rôle critique du DNS dans la sécurité globale des réseaux.

Cette 5ème édition de l’étude met l’accent sur le coût des attaques DNS qui a augmenté de moitié (49%), ainsi que sur l’évolution de la liste des attaques les plus courantes et leur grande diversité, allant des attaques volumétriques aux attaques qui génèrent des signaux faibles. Il s’agit notamment d’attaques de phishing (47%), d’attaques de logiciels malveillants (39%) et d’attaques DDoS classiques (30%). L’étude souligne également que les entreprises qui ne protègent pas le DNS contre toutes les attaques potentielles risquent plus que jamais de compromettre leur réputation et de perdre des clients.

FRANCE : Par rapport à l’an passé, la France affiche un coût par attaque en augmentation de 8%. Ce pourcentage est relativement faible si on le compare au Royaume Uni (+ 105%), Au Canada (+ 80%) ou encore aux EU (+72%).

Le DNS est un élément central du réseau qui, sans qu’on le sache, permet aux utilisateurs d’accéder à toutes les applications dont ils ont besoin au quotidien. La majorité du trafic réseau passe d’abord par un processus de résolution DNS, qu’il s’agisse d’une activité réseau légitime ou malveillante. Tout impact sur les performances du DNS a donc d’importantes répercussions sur l’entreprise.

Romain Fouchereau, responsable de la recherche sur la sécurité européenne chez IDC, déclare: «Avec un coût moyen de près d’un million d’Euros par attaque et une fréquence de plus en plus importante, les entreprises ne peuvent tout simplement pas se permettre d’ignorer la sécurité DNS et doivent la mettre en œuvre en tant que partie intégrante du dispositif stratégique pour protéger leurs données et leurs services. « 

Les principaux impacts des attaques DNS : réputation ternie et perte de chiffre d’affaires

Les cyberattaques très médiatisées telles que WannaCry et NotPetya ont porté atteinte à la réputation d’entreprises du monde entier et entraîné des pertes financières. L’impact des attaques ciblant le DNS est tout aussi important en raison de son rôle essentiel. Plus des trois quarts (82%) des entreprises sondées ont fait l’objet d’une attaque DNS. À l’échelle mondiale, le coût moyen par attaque DNS a augmenté de 49 % en un an, pour atteindre près d’un million d’Euros. Ce coût est le plus élevé en Europe : 1 061 900 euros.

Cependant, le coût par attaque et son augmentation varient d’un pays à l’autre

C’est le Royaume-Uni qui a enregistré la plus forte augmentation annuelle (105%) et le coût le plus élevé (1 460 000 €). En revanche, la France n’a augmenté que de 8% avec un coût estimé à 940 000 €. En Amérique du Nord, les entreprises ont le coût le plus élevé (1 005 000 €), mais les entreprises canadiennes enregistrent l’augmentation la plus forte (80%). En Asie-Pacifique, Singapour a le coût le plus élevé (825 000 euros par attaque) et l’augmentation la plus forte (30 %).

Les cinq attaques DNS les plus fréquentes en 2019

Les attaques DNS les plus courantes ont changé par rapport à l’année dernière. Le phishing (47%) est désormais préféré aux programmes malveillants (39%), suivis des attaques DDoS (30%), du déclenchement de fausses alertes (26%) et des attaques de domaine par blocage (26%).

Aucun secteur n’est à l’abri des attaques DNS cette année

Le secteur des services publics est celui dont le coût par attaque est le plus élevé, soit 25 % supérieur à 980 000 euros. Le secteur des services financiers a été le plus ciblé de tous les secteurs ; 88 % des entreprises sondées ont déclaré avoir été ciblées l’année dernière. À titre de comparaison, le secteur de la distribution a enregistré la perte de chiffre d’affaires la plus importante (35 %), particulièrement inquiétante dans le contexte commercial actuel. Les sites Web de la moitié des entreprises du secteur de la santé (50 %) ont été compromis par une attaque, ce qui a réduit l’accès des patients aux ressources en ligne. Encore plus inquiétant, les administrations ont enregistré le plus grand nombre d’informations sensibles volées (19 %) et ont mis plus de temps à corriger les vulnérabilités, 74 % ayant mis au moins deux jours.

David Williamson, Directeur Général d’EfficientIP commente : « L’importance du DNS est enfin largement reconnue par les entreprises. Toutefois, ces chiffres sont les pires que nous ayons vus depuis cinq ans. Les entreprises commencent seulement à utiliser le DNS comme un élément clé de leur stratégie de sécurité pour anticiper les menaces, contrôler les règles et automatiser les processus. Heureusement, en mettant l’accent sur les menaces DNS, comme le fait cette étude, les entreprises peuvent renforcer la sécurité d’Internet pour tous».

Confidentialité des données et conformité, un an après le RGPD

Depuis l’entrée en vigueur du RGPD en mai 2018, des entreprises de tous les pays ont réalisé d’importants investissements, notamment dans le renforcement de la sécurité des réseaux.

Un an après, les entreprises investissent dans l’analyse afin de renforcer la sécurité. Les entreprises sondées estiment que la sécurisation des extrémités du réseau (32 %) et l’amélioration de la surveillance du trafic DNS (29 %) sont les meilleurs moyens d’assurer la protection des données, outre l’ajout de pare-feux (22 %).

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets