backdoor Banque Cybersécurité Social engineering

Piratage d’entreprises au Japon : la moitié ne le savaient pas

attaques DDoS

Sur 140 entreprises privées et publiques japonaises interrogées, 75 organisations ne savaient pas que les données de leurs utilisateurs avaient été volées.

Le piratage informatique n’arrive pas qu’aux autres. Nous sommes toutes et tous susceptibles de finir dans les mains malveillantes de pirate informatique. Nos données sont tellement partagées par les entreprises qu’il est difficile, voire impossible, de les contrôler.

Au japon, par exemple, une étude intéressante vient d’être publiée par le Kyodo News. Sur les 140 entreprises interrogées, et ayant été piratées en 2015, 75 organisations ont confirmé qu’elles n’avaient pas remarqué l’attaque. Plus de la moitié avaient découvert la fuite de données après l’intervention de la police, ou d’une autre source. Sur ces 140 entreprises, 69 étaient du secteur privé, 49 étaient des agences gouvernementales et 22 universités.

Les 65 entreprises restantes ont indiqué s’être rendues compte, via des audits internes, de la fuite de leurs données. En 2015, les sociétés telles que Seki Co (267000 CB piratées) ; Chateraise CO (200000 données clients) ; Tamiya Inc (110000 données clients) ou encore Itochu Corp, l’Université de Tokyo, la Waseda University, l’association du pétrole japonais ont été touchés par un piratage informatique.

La plus grosse fuite aura touché le service des pensions de retraite du Japon (Japan Pension Service) avec 2,7 millions de données dans la nature. En 2014, Japan Airlines avait du faire face à la fuite de 750,000 données de son club de clients VIP. En 2013, Yahoo! Japan enquêtait sur le vol probable de 22 millions de comptes utilisateurs.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets