BYOD Cybersécurité DDoS Entreprise IOT Piratage

Piratage inédit de caméras de surveillance connectées

caméras de surveillance Guardzilla

La société américaine Sucuri a mis en lumière un piratage inédit de caméras de surveillance connectées permettant de mener des attaques par déni de services contre des entreprises.

La société américaine Sucuri a mis en lumière un piratage inédit de caméras de surveillance connectées (25 000 caméras concernées dont 2% estimé en France), destiné à créer un réseau de botnet (machines zombies utilisées à l’insu de leur propriétaire) permettant de mener des attaques par déni de services contre des entreprises. Ce cas met une nouvelle fois en avant la problématique de sécurité des objets connectés. Ce n’est pas la premiére fois que le problème des caméras Ip est dénoncé. Lire les articles à ce sujet ICI et LA. Peter Gyöngyösi, Responsable produits chez BalaBit IT Security, fournisseur européen de solutions de sécurité contextuelle indique à ce sujet que « Les coûts de fabrication priment toujours sur la sécurité : Ce cas de piratage de 25 000 caméras de surveillance démontre une nouvelle fois la problématique de la sécurité des objets connectés de notre quotidien ». Cette fois, les conséquences ne ciblent pas directement les utilisateurs, le piratage n’aura donc clairement pas la même portée que celui d’un fabricant de jouets comme Vtech ou le piratage de babyphones, mis en lumière il y a quelques mois par exemple.

En effet, dans ce cas les criminels ont piraté des objets connectés pour utiliser leur puissance au sein d’un réseau de machines zombies- botnet (utilisées donc à l’insu de leur propriétaire) en vue de mener des attaques par déni de services contre des entreprises (envoi simultanée de milliers de requêtes dans le but de saturer les serveurs au sein des entreprises).

Même s’il fait moins parler, ce cas démontre l’importance d’un engagement fort des fabricants d’objets connectés en matière de sécurité. Car aujourd’hui, le développement d’objets connectés est une véritable aubaine pour les cybercriminels. Et malheureusement, aujourd’hui nous constatons qu’il est encore utopique de penser que la sécurité sera un jour une priorité dans la conception des objets connectés grand public.

Aujourd’hui, objets connectés signifient des développements très rapides, des objectifs de coûts les plus bas possibles, tout en conservant une expérience utilisateur simple, rapide et agréable. Et clairement, personne ne veut se compliquer la tâche avec des problèmes de sécurité complexes lorsqu’il s’agit d’utiliser un objet connecté. Ceci n’est pas une fatalité et il faut espérer que les choses vont changer, les fabricants doivent prendre de vraies mesures de sécurité et mettre en place des politiques de sécurité plus strictes. Rappelons que dans ce cas mis en lumière par la société Sucuri, le piratage a été permis par une simple faille présente dans un système commun utilisé par toutes les caméras. Une simple mise à jour aurait donc suffi à empêcher le piratage.

A noter que le 14 juin, Imperva Incapsula a neutralisé une attaque par déni de service distribué (DDoS) à 470 gigabits par seconde (Gbit/s), la plus intense enregistrée à ce jour.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

PUBLICITES

Autres sujets